Savoir appréhender les questions :  « Pourquoi une/notre école de commerce ? » Savoir appréhender les questions :  « Pourquoi une/notre école de commerce ? »
Le jury d’école de commerce cherche à connaître principalement deux choses chez le candidat qu’il à en face de lui : son potentiel de savoir-être... Savoir appréhender les questions :  « Pourquoi une/notre école de commerce ? »

Le jury d’école de commerce cherche à connaître principalement deux choses chez le candidat qu’il à en face de lui : son potentiel de savoir-être (soft skills) mais également la cohérence de sa candidature, le pourquoi de sa venue ici. Cette volonté, finalement logique, peut se retranscrire par deux questions très fréquentes en entretien : « Pourquoi une école de commerce ? » Et « Pourquoi notre école de commerce ? ».

Nous allons ici vous expliciter la raison d’être de ces questions et vous donnerons des pistes de réflexion.

 

Pourquoi une école de commerce ?

 Cette question demande au candidat d’expliciter les raisons de son choix d’orientation. Que va t-il trouver, en école de commerce, qui l’attire et lui permettra de progresser aussi bien personnellement que professionnellement ?

Pour pouvoir répondre à cette question, le candidat doit connaître suffisamment bien l’école de commerce, ce qu’on y fait et ses opportunités. Pour cela pas de secret : il faut parler à des personnes qui y sont ! Rien de pire qu’un candidat qui recrache des généralités sur les écoles de commerce sans montrer pourquoi cela l’intéresse dans ses projets (pas uniquement professionnelles).

Au contraire, cette question doit être l’occasion pour le candidat d’évoquer des choses concrètes qu’il trouvera en école (cours, association, échanges, rencontres, solidarités entre anciens…) et de justifier pourquoi cela l’amène-t-il à candidater en école de commerce.

Enfin, le candidat doit éviter le dernier gros écueil de cette question : la critique des autres formations alternatives à l’école de commerce (l’université, l’IAE voire l’entrée dans la vie active). Il risquerait de faire penser au jury que l’école de commerce est juste « la moins pire » des formations proposées. Il s’agit donc de répondre strictement à la question en mettant en valeur les atouts pour son projet d’une école de commerce.

 

Pourquoi notre école de commerce ?

Il s’agit sans doute de la question la plus récurrente en entretien, donc une des plus importantes !

Le principal problème des candidats est la mauvaise appréhension de la question. Le jury demande quelles sont les choses que propose l’école et qui constituent aux yeux et pour le projet du candidat des atouts certains. Le candidat ne doit absolument pas se lancer dans l’énumération vague des atouts de l’école, dont la plupart se retrouvent dans toutes les écoles (triple accréditation, partenaires prestigieux, vie associative riche…)  ou ne sont pas du tout en accord avec ses projets dans et après l’école (les 3 campus de SKEMA alors que l’étudiant ne veut aller qu’à Raleigh, le double diplôme avec la LSE dont la spécialité ne correspond pas au vœux professionnel du candidat…) . Que d’immaturité ainsi démontrée !

 

Le jury attend ici que l’étudiant connaisse suffisamment bien l’école et les opportunités qu’elle propose et qu’il donne ainsi une réponse structurée sur ce qui constitue à ses yeux et pour ses projets des atouts dans son choix. Ici aussi, pour pouvoir briller lors de cette question, le candidat doit être suffisamment bien informé sur l’école et donc avoir parlé à des personnes de l’école ! En s’aidant uniquement des sites internet des écoles, il aura du mal à trouver les véritables éléments de plus-value que propose l’école en question.

Il doit rentrer suffisamment dans le détail des masters, des cours, des associations, des échanges, des partenariats, etc pour être précis et pertinent le jour J. En étant suffisamment précis, il s’évite ainsi de donner des éléments de réponse qu’il pourrait finalement dire à toutes les écoles. Par exemple, dire qu’un Master en Product Management l’intéresse ne suffit pas car beaucoup d’écoles en proposent ; le candidat se doit pour être plus concret et pertinent que ses concurrents de trouver les éléments à l’intérieur de ce Master qui le distinguent des autres à ces yeux (cours en anglais, partenariats, étudiants étrangers, etc).

Attention enfin au dernier écueil de cette question : les classements ou le prestige d’une école ou d’un parcours ne saurait constituer un argument accepté ! Le candidat passera pour quelqu’un de « bling bling » et finalement superficiel. Au contraire, il doit s’interroger sur les causes de ce classement ou de cette renommée (les atouts concrets !). Enfin, les villes, sauf en le justifiant par son tissu socio-économique ne sont pas un argument recevable (combien de fois a t-on entendu « ce n’est pas loin de chez moi », « c’est une ville qui bouge beaucoup »…).

En conclusion, le candidat doit voir ces questions sous le prisme de ses projets et être suffisamment concret pour persuader le jury. Pour cela, une seule solution : parler à des étudiants !

 

Last but not least : répondez bien à la question qui vous est posée ! Rien de plus énervant qu’un candidat qui commence par répondre « NEOMA propose … » à la question « pourquoi UNE école de commerce ? ». Ce qui n’empêche pas de tendre des perches dans la réponse pour ensuite emmener le jury sur l’école dont on passe l’entretien… On appelle cela mener un entretien !

 

Par Robin Morth

Mehdi Cornilliet Fondateur

22 ans, étudiant à HEC Paris, ancien étudiant en prépa ECS au Lycée La Bruyère (Versailles) et fondateur de Major-Prépa.