Pourquoi vous et pas un autre ? Pourquoi vous et pas un autre ?
« Pourquoi vous et pas un autre ? » Cette question est un classique de l’entretien de motivation. Par celle-ci, le jury attend du candidat non... Pourquoi vous et pas un autre ?

« Pourquoi vous et pas un autre ? » Cette question est un classique de l’entretien de motivation. Par celle-ci, le jury attend du candidat non seulement une preuve d’introspection mais également la certitude que celui-ci s’est projeté dans l’école et en entreprise, soient des choses que tout jury est en droit d’attendre d’un candidat sérieux. Or, il s’avère que cette question très classique désarçonne de manière étonnante les candidats. Il s’agit donc ici de donner des axes de réflexions au candidat.

Vous ne connaissez pas les autres !

Quand la question est posée avec la précision « et pas un autre », le candidat peur rapidement se débarrasser de cette précision qui tend à le déstabiliser (alors même que certains jurys l’ajoutent sans y faire attention plus que cela !). Et, comme souvent, rien de mieux que l’honnêteté !

Le candidat peut donc commencer par avouer en toute honnêteté que se comparer à des gens qu’il ne connait pas, mais qu’il pourra dire avec plaisir au jury pourquoi il doit le prendre.

Votre atout : vos qualités, mais pas seulement !

Très logiquement, la base de la réponse à la question « Pourquoi vous et pas un autre ? » pour l’étudiant sera les qualités dont il dispose et qui font de lui un candidat intéressant pour l’école de commerce. Cependant, lister des qualités présentes chez lui mais aussi potentiellement chez les autres candidats ne sera en général pas suffisant pour convaincre les membres du jury. Et c’est là que le candidat doit se démarquer et rassurer le jury. En effet, plus que de tomber dans un listing fastidieux de ses qualités, il doit pour chacune d’entre elle faire un lien avec le futur et donner au jury une (ou plusieurs) situation future concrète durant laquelle sa qualité s’exprimera et qui rassurera le jury sur sa réussite future dans la situation évoquée.

Pour clarifier cette exigence dans l’esprit du lecteur, donnons un exemple : « Tout d’abord, je dirais que vous devriez me choisir car je suis quelqu’un qui sait maitriser ses émotions. D’ailleurs, dans l’association du Triathlon d’Audencia qui organise le plus grand Triathlon de France, je saurai faire preuve de calme dans l’organisation et la gestion d’un événement, qui comme tout événement réserve toujours son lot de surprises le jour J. De plus, je suis convaincu que la maitrise des émotions est une qualité essentielle pour tout manager qui exerce un métier avec des responsabilités. Ensuite, (…) »

Et pour réussir à mettre les mots adaptés sur ses qualités et faire des liens pertinents et concrets avec le futur, un vrai travail d’introspection et de recherche d’informations sur l’école et les entreprises est absolument nécessaire !

 

Mettez une cerise sur le gâteau !

Certes les qualités et les liens avec le futur que vous ferez avec celles-ci constituent une partie importante de la réponse, mais le candidat ne doit absolument pas se contenter de manière trop scolaire de celle-ci. A lui également de trouver SA petite cerise sur le gâteau qui finira de convaincre  le jury et de faire en sorte qu’il se souvienne de lui plus tard. Un engagement dans le réseau des anciens de l’école ? Un projet particulier à mener au sein de l’école ? Un attachement à bien représenter l’école au sein des échanges ou en entreprise ?

 

A chaque candidat sa cerise sur le gâteau !

Ainsi, cette question, étonnamment laborieuse pour la majorité des candidats, doit principalement aborder sous le prisme des qualités et de ce qu’en feront les candidats dans le futur. Pour autant, le candidat ne doit pas être trop scolaire et savoir se distinguer par un point distinctif qui lui est propre ! De la même manière, un candidat qui comprend l’enjeu de la question ne peut répondre à cette question sans un minimum d’enthousiasme, de sourire et une profonde volonté de donner envie au jury de le prendre. La conviction passe aussi par le non-verbal !

 

Par Robin Morth 

 

Mehdi Cornilliet Fondateur

Ancien étudiant à HEC Paris après une prépa ECS au Lycée La Bruyère (Versailles) et fondateur de Major-Prépa.