La percée d’Excelia Business School (ex-La Rochelle BS) au classement du FT La percée d’Excelia Business School (ex-La Rochelle BS) au classement du FT
L’année 2020 restera comme une année particulièrement instable et incertaine, et le petit monde des Grandes Écoles de management ne fait pas exception. Les... La percée d’Excelia Business School (ex-La Rochelle BS) au classement du FT

L’année 2020 restera comme une année particulièrement instable et incertaine, et le petit monde des Grandes Écoles de management ne fait pas exception. Les dynamiques d’attractivité des écoles ont considérablement évolué, avec des changements spectaculaires au sein d’une hiérarchie souvent réputée immuable.

Excelia Business School, la Grande École basée à La Rochelle et à Tours, se situe clairement du côté des grandes gagnantes. En plus de rentrer dans le cercle fermé des écoles triples accréditées (AACSB, AMBA et EQUIS, les labels internationaux qui garantissent la qualité des business schools), Excelia a gagné pas moins de 16 places cette année au sein du classement de référence du Financial Times des business schools européennes. Elle devient ainsi la 13ème Grande École française de ce ranking.

Comment expliquer la nouvelle dimension qu’a pris l’école sur la scène française et mondiale ? Rencontre avec Sébastien Chantelot, le Directeur d’Excelia Business School.

 

Pouvez-vous revenir en détail sur votre progression au sein du classement du FT ? Quels critères ont permis cette progression ?

Excelia Business School a gagné 30 places en deux ans, 16 depuis l’année dernière et se hisse ainsi à la 63ème place du classement des meilleurs business schools européennes. Nous sommes ainsi devenue par la même occasion la 13ème école française post-prépa au sein de celui-ci. Cette progression fait écho à celle du classement des Master in Management du même journal, où  nous sommes entrés dans le top 50 mondial et le top 10 français après une progression de 16 places entre 2019 et 2020.

Plusieurs critères ont permis ces belles progressions : d’abord, la satisfaction des diplômés, notamment sur le volet de l’accompagnement proposé pendant le cursus et du salaire de sortie. Notre proposition d’expériences à l’international est également très valorisée par les concepteurs de ce classement : nous étions 8ème du classement général en 2019 et nous voilà 5ème aujourd’hui. Il faut rappeler qu’à Excelia Business School, il est possible de partir jusqu’à 2 ans et demi à l’étranger – sans compter l’éventuelle année de césure – pendant son cursus.

 

Cette progression au sein du FT a pour corollaire la reconnaissance des accréditeurs internationaux…

C’est exact. Cela corrobore notre bonne dynamique et démontre les efforts consentis pour faire entrer Excelia Business School dans une autre dimension. Entre 2019 et 2020, nous avons obtenu coup sur coup le renouvellement d’EPAS et de AACSB et décroché les labels AMBA et EQUIS, faisant d’Excelia l’une des rares écoles à posséder tous ces sésames au niveau français comme mondial (moins de 1% des business schools à l’échelle du monde, ndlr). C’est la conséquence d’un travail de longue haleine dont nous récoltons les fruits aujourd’hui.

 

Justement, qu’est-ce qui vous a permis de progresser aussi rapidement en termes de classements et d’accréditations ?

Notre plan stratégique actuellement en cours est très orienté sur le management de la qualité dans les programmes et dans la manière de les mettre en œuvre. Nous avons notamment recruté un grand nombre d’enseignants-chercheurs de haut niveau, ce qui nous a permis de progresser considérablement sur le volet de la recherche. Notre corps professoral est, par  ailleurs, désormais paritaire et à 50% composé d’internationaux.

Aussi, le rachat de l’ESCEM (école de commerce basée à Tours) nous permet d’étoffer notre nombre d’étudiants et de diplômés (+ 20 000 alumni). Cette acquisition renforce un peu plus notre implantation dans notre territoire et la grande proximité que nous cultivons avec les entreprises : à titre d’exemple, nous proposons d’ores et déjà près de 1000 places en alternance à nos étudiants grâce à ces liens très étroits.

 

Outre ces nouveautés, quels sont selon vous les atouts fondamentaux d’Excelia BS ?

C’est peut-être d’abord un ADN très tourné vers la RSE (Responsabilité Sociétale des Entreprises) et le développement durable : plusieurs modules qui abordent ces sujets sont inscrits au sein du cursus, et ce dès la première année. Nous possédons également une chaire de recherche sur ce sujet et 25% de notre production académique a trait à ces enjeux. On peut aussi parler de Humacité et Climacité, des programmes qui permettent aux étudiants de s’investir dans des projets à fort impact social et / ou écologique. Ce qui nous distingue des autres, c’est que nous avons été pionniers dans ce domaine.

Autre atout majeur : la dimension éminemment internationale de l’école. Nous avons signé avec plus d’une trentaine de partenaires internationaux depuis 2019, tous accrédités. Avec, au total, plus d’une centaine de partenaires internationaux répartis dans une cinquantaine de pays, le choix qui s’offre aux étudiants est immense. Le dispositif Humacité dont j’ai parlé précédemment se fait également à l’international pour l’essentiel. Enfin, nous offrons la possibilité aux étudiants de suivre un parcours 100% en anglais pour ceux qui le souhaitent.

 

Pour finir, quelles sont les perspectives de l’école dans les années à venir ?

Notre développement passera par celui du campus de Tours, notamment pour le Master Grande École, avec des parties prenantes à convaincre et un écosystème à valoriser. Nous sommes de plus en plus attractifs et de ce fait, nous recrutons de plus en plus d’étudiants : à nous de gérer au mieux cette croissance des effectifs, à La Rochelle comme à Tours, et de conserver la même qualité que plébiscitent nos diplômés.

Enfin, avec le changement de nom (l’école s’appelait jusqu’à l’année dernière La Rochelle Business School, ndlr), Excelia devient un véritable écosystème avec plusieurs campus et plusieurs types d’enseignement (management, digital et tourisme) et des synergies qui se renforcent. C’est un atout indéniable dans un marché du travail où les compétences requises par les employeurs sont de plus en plus éclectiques.

 

Retrouvez des conférences thématiques (marketing, culture générale, management responsable), témoignages d’étudiants et de diplômés sur le forum virtuel spécial prépa d’Excelia Business School les 11 et 12 décembre, puis en replay : https://www.excelia-group.fr/evenements/forum-virtuel-special-prepas.

Dimitri Des Cognets

Rédacteur en chef de Major-Prépa