Les auteurs incontournables en prépa ECT #5 – Henry Mintzberg Les auteurs incontournables en prépa ECT #5 – Henry Mintzberg
Les composantes de la structure d’une entreprise Pour commencer, il est important de rappeler que la structure se définit comme étant l’ensemble des mécanismes... Les auteurs incontournables en prépa ECT #5 – Henry Mintzberg

Henry Mintzberg est un auteur que vous avez vu à coup sûr au moins une fois en prépa tant ses travaux ont fortement marqué la recherche en management, notamment l’organisation et la stratégie. Économiste, professeur, sociologue, Mintzberg est essentiel pour appréhender et mieux comprendre le monde des entreprises, depuis les décisions qu’elles prennent jusqu’à leur organisation. C’est donc, pour vous, un auteur incontournable à placer dans votre copie si la question et le sujet s’y prêtent, afin de montrer au correcteur que vous maîtrisez les auteurs importants.

Utilise les flèches ← → pour naviguer entre les éléments !

Les composantes de la structure d’une entreprise

Pour commencer, il est important de rappeler que la structure se définit comme étant l’ensemble des mécanismes qui visent à définir les différents niveaux de responsabilité et les modes de coordination mises en œuvre dans l’entreprise. Bien que complexe aux premiers abords, ce chapitre répond à une question toute simple : comment s’organise l’entreprise ?

Pour mieux comprendre l’intérêt de cette notion de structure, on pourrait évoquer un terme que vous avez déjà dû entendre : l’entreprise libérée. Ce nouveau modèle d’entreprise, théorisé par Isaac Getz et Brian M. Carney, s’oppose aux structures traditionnelles puisque les salariés, ici, ont la possibilité de prendre individuellement des initiatives (non sans qu’il n’y ait aucun contrôle pour autant, attention !). Ce modèle repose sur la confiance et la reconnaissance des compétences des salariés : ils connaissent mieux que les dirigeants leur métier, pourquoi ce seraient ces derniers qui imposeraient les directives ? Le but est donc de modifier la structure de l’entreprise afin de la rendre plus souple.

Nous fermons donc cette petite parenthèse pour en revenir aux différentes structures. Nous pouvons en compter 4 :

-La structure simple : le dirigeant est au cœur de l’entreprise, il prend seul les décisions et a un lien direct avec ses salariés du fait de la petite taille de l’entreprise. Si la proximité avec les salariés est facilitée, ces derniers ne peuvent prendre part à la prise de décision, ce qui peut les démotiver. Néanmoins, cela permet une cohérence dans les décisions prises.

-La structure fonctionnelle : les différentes activités sont regroupées par fonction et sous l’autorité d’un responsable spécialisé dans son domaine. Les salariés reçoivent donc les ordres par ces responsables, mais cela peut causer une pluralité des ordres (par exemple, un salarié peut recevoir deux ordres contradictoires venant de deux responsables).

-La structure divisionnelle : ce modèle s’applique par exemple aux entreprises internationales qui ont des unités dans plusieurs pays. Les unités de l’entreprise sont autonomes et les salariés sont dirigés par un seul manager. Cela permet à l’entreprise d’être flexible sur son marché mais peut poser problème quant à la cohérence dans la stratégie.

-La structure matricielle : il s’agit ici d’un mix entre les structures fonctionnelle et divisionnelle. C’est par exemple le cas lors de la création d’une équipe projet : les salariés sont à la fois sous l’autorité d’un chef de projet mais aussi d’un responsable de fonction. Cela permet à l’entreprise d’être réactive puisque ces équipes sont constituées au fil des besoins, mais cela peut entraîner une contradiction des ordres reçus et un conflit entre les différents chefs sur la priorité des tâches à effectuer.

C’est là que nous retrouvons (enfin) notre cher Mintzberg. Ces structures sont organisées et ont différentes composantes qui permettent de coordonner, prendre des décisions et appliquer ces dernières. Ces composantes, selon Mintzberg, sont :

-Le sommet hiérarchique : ce sont ici les managers qui dirigent l’entreprise, prennent les décisions.

-La ligne hiérarchique : ce sont les managers qui dirigent et animent les différentes équipes, tout en restant sous le contrôle du sommet hiérarchique.

-Le centre opérationnel : ce sont les salariés qui exécutent le travail.

-La technostructure : ce sont les spécialistes et experts qui réalisent des travaux d’analyse, de conseils, de planification et de contrôle des activités. Ce sont par exemple le directeur marketing, le directeur des ressources humaines, le directeur des systèmes d’information, etc.

-Les fonctions de support logistique : ce sont ceux qui fournissent les services internes (cafétéria, entretien des locaux, etc.).

Ce sont ces composantes qui déterminent donc la structure d’une entreprise. Si on reprend le cas de l’entreprise libérée, on constate que certaines de ces composantes – comme la ligne hiérarchique – ont été retirées afin de permettre davantage d’initiative de la part des employés qui constituent le centre opérationnel.

Utilise les flèches ← → pour naviguer entre les éléments !

Audrey Hoarau

Étudiante à l'emlyon business school après avoir fait une classe préparatoire ECT au lycée Henri Moissan à Meaux