TBS, une expérience étudiante à vivre pleinement TBS, une expérience étudiante à vivre pleinement
TBS, ce sont ceux qui y vivent qui en parlent le mieux ! Annabel-Mauve Bonnefous, directrice du Programme Grande Ecole, et Anthony Cros, tout juste... TBS, une expérience étudiante à vivre pleinement

TBS, ce sont ceux qui y vivent qui en parlent le mieux ! Annabel-Mauve Bonnefous, directrice du Programme Grande Ecole, et Anthony Cros, tout juste diplômé d’un M2 en Marketing international, échangent leurs points de vue sur les atouts de l’école toulousaine.

 

Anthony, vous venez de terminer votre cursus à TBS, que retenez-vous de ces années ?

Anthony Cros : J’ai énormément aimé l’école et j’y ai pris beaucoup de plaisir ! La vie étudiante est très rythmée par le cadre associatif et les nombreux projets dans lesquels on peut s’impliquer. TBS propose le bon équilibre entre la formation et l’enrichissement personnel des étudiants, on se sent bien, dans un véritable esprit communautaire, c’est une superbe expérience.

 

Annabel-Mauve Bonnefous : A notre niveau, nous faisons le maximum pour que l’école « vibre » et que la vie sur le campus soit la plus épanouissante possible, pour soutenir nos étudiants, appuyer leurs projets, sachant qu’ils fourmillent d’idées ! Pour leur rappeler aussi qu’il faut savoir s’impliquer autant dans la réussite académique que dans la vie étudiante et associative, mais Anthony nous donne l’exemple que cela fonctionne bien. Nous menons un travail de fond pour que tous nos campus s’animent de la même manière, à Toulouse, Barcelone, Casablanca et Paris, et que les étudiants vivent la même expérience quel que soit l’endroit où ils se trouvent.

 

Comment l’administration de l’école s’implique-t-elle dans la réussite des étudiants ?

AMB : Notre mission consiste à faire grandir les jeunes et leur permettre d’accéder à de belles carrières. C’est ce qui nous motive et nous fait nous lever le matin, et pour cela nous faisons en sorte de leur proposer à la fois une expérience agréable et un vrai accompagnement. Nous sommes toujours là pour eux, immédiatement disponibles pour les orienter, les aider quand ils rencontrent des difficultés. D’ailleurs, toute l’équipe du Programme Grande Ecole est située au cœur du campus, au plus près d’eux. Nous passons du temps à leurs côtés, que ce soit au foyer ou lors de rencontres que nous organisons régulièrement en amphithéâtre pour écouter ce qu’ils ont à nous dire et répondre à leurs interrogations. Cette proximité et cette convivialité sont primordiales : nos étudiants sont là pour passer de belles années, même si nous sommes exigeants, ils savent qu’ils trouveront du soutien auprès de nous.

AC : Je l’ai vraiment vécu comme cela, cette proximité géographique contribue à faire tomber les barrières. Je me revois par exemple aller poser des questions au directeur des études de façon très naturelle. La valeur que je retiens le plus de mon expérience, c’est l’aspect humain. L’administration fait preuve d’empathie, de compréhension, de soutien, et en parallèle nous pousse à donner le meilleur. Cette proximité crée une relation de confiance.

 

Quels sont les points forts de la vie académique ?

AC : En 1re année, on aborde les fondamentaux, ce qui nous permet de connaître d’un point de vue théorique tous les aspects que nous aurons à rencontrer en entreprise. Puis au fur et à mesure, l’enseignement devient de plus en plus professionnalisant. Dans ma spécialisation, en dernière année, plus de 70% des intervenants étaient des professionnels : c’est en rencontrant les mêmes contraintes et les mêmes situations qu’en entreprise que nous devenons vraiment opérationnels. En parallèle, nous devons nous impliquer dans des projets, comme les Ateliers Think&Create en 1re année. Celui auquel j’ai participé était consacré au leadership et au commandement : nous avons suivi un stage d’aguerrissement de 3 jours au  régiment de génie parachutiste de Montauban, puis nous avons créé un blog, c’était vraiment intéressant. En M2, pour le projet Sésame, nous étions en équipe pendant deux semaines pour répondre aux problématiques très concrètes d’une entreprise, avec des contacts de très haut niveau. Ce type d’exercice nous fait expérimenter, en réel, de multiples compétences : défendre un projet, un budget, penser une stratégie de communication…

AMB : Cette expérience du Sésame en M2 est un moment clé où les étudiants analysent, diagnostiquent, construisent un projet, le pitchent, le budgètent, face à des donneurs d’ordre réels. Pour les y préparer, nous avons introduit un exercice similaire en 1re année, le Semis, (Séminaire d’initiation à l’entreprenariat), où ils développent des projets internes destinés à améliorer la vie dans l’école. Cette année, ils ont travaillé sur l’homophobie et les discriminations, et une association a vu le jour, PRISM, pour promouvoir la diversité et le respect. L’année prochaine, un des thèmes sera le bien-être et la santé des étudiants. D’un point de vue pédagogique, ils apprennent de façon robuste à créer un projet, et c’est une vraie préparation pour le Sésame.

 

Comment la vie associative s’intègre-t-elle dans le cursus ?

AMB : La vie associative offre aux étudiants l’opportunité d’appliquer ce qu’ils ont appris en cours. C’est pour cela que nous les incitons à se professionnaliser. Ils peuvent s’appuyer sur notre responsable de l’expérience étudiante qui les accompagne et les aide à développer et à faire vivre leurs projets, et sur deux professeurs qui les encadrent sur les questions juridiques et financières. Nous les encourageons fortement à s’engager, d’ailleurs depuis l’année dernière ils peuvent valoriser l’acquisition de compétences au sein des associations en gagnant jusqu’à 0,3 point sur leur moyenne générale.

AC : J’ai présidé une liste en 1re année pour le Bureau des sports extrêmes. J’y ai vécu une expérience à part entière, où j’ai acquis des soft skills et des techniques de management sans même m’en rendre compte ! C’est une excellente préparation pour plus tard et il faut aussi reconnaître que c’est assez amusant. TBS permet à quasiment tous les étudiants de s’impliquer dans la vie associative, qui fait complètement partie de la vie étudiante.

 

Quelques mots sur Toulouse pour finir ?

AC : Toulouse vient d’être classée n°1 des villes étudiantes en France, on comprend pourquoi : elle est accueillante, dynamique et accessible pour les étudiants, les loyers ne sont pas excessifs, elle offre un super cadre de vie, et en plus le campus de TBS est en plein centre-ville. Comme les promos ne sont pas énormes, on noue vite des liens très forts d’amitié et on se construit simplement un bon réseau professionnel pour l’avenir. On se sent dans une vraie communauté.

AMB : Nous avons la chance d’être dans une ville d’une grande beauté, qui offre une vie étudiante exceptionnelle, proche de la mer et des Pyrénées, où il y a toujours des choses à faire. Quel bonheur cette ville !

 

 

La Rédaction