L’EDHEC se taille une part de Lyon – Duels SIGEM 2019 L’EDHEC se taille une part de Lyon – Duels SIGEM 2019
Peut-on réellement s’intéresser aux duels qui concernent l’EDHEC Business School ? A sa gauche, l’emlyon business school, solidement ancrée à la quatrième place du... L’EDHEC se taille une part de Lyon – Duels SIGEM 2019

Peut-on réellement s’intéresser aux duels qui concernent l’EDHEC Business School ? A sa gauche, l’emlyon business school, solidement ancrée à la quatrième place du SIGEM. A sa droite, Audencia Business School, tout aussi confortablement et durablement installée à la 6ème place du palmarès défini chaque année par le choix des étudiants de prépa. Si ces places ne sont a priori pas destinées à bouger dans l’immédiat, l’écart EDHEC / emlyon et EDHEC / Audencia s’était légèrement resserré l’année dernière : de 10,65%/89,35% en 2017 à 11,33%/88,67% en 2018 pour le premier duel, et de 97,53%/2,47% en 2017 à 94,82%/5,18% en 2018 pour le second.

Et que dire de cette année 2019 ! Non seulement l’EDHEC prend ses distances avec Audencia, mais surtout elle se rapproche véritablement de l’emlyon business school, au point qu’une inversion des hiérarchies à moyen terme parait désormais beaucoup moins chimérique.

Statistiques

Classement SIGEM : 5ème (2018) – 5ème (2017) – 5ème (2016) – 5ème (2015) – 5ème (2014)

Rang du dernier intégré : 1393 (2019) • 1449 (2018) • 1503 (2017) • 1500 (2016)

 

Où vont les étudiants qui ont choisi de ne pas intégrer l’EDHEC après y avoir passé les oraux ?

 

Les duels

EDHEC vs Audencia

 

 

emlyon vs EDHEC

 

 

L’analyse

Cette année 2019 restera dans les annales comme celle qui aura véritablement initié le duel SIGEM emlyon-EDHEC : cette année, quelque 112 candidats se sont laissés tenter par l’école du Nord alors même qu’ils étaient également admis à l’emlyon. L’an dernier, ils étaient seulement 46 à faire ce même choix. Autre fait notable, l’EDHEC, seule école du top 5 à ne pas accueillir davantage de prépas au sein de sa promotion en septembre prochain, est aussi seule parmi les cinq premières à voir son rang du dernier affecté progresser, passant de 1449 en 2018 à 1393 cette année (+56).

La directrice du PGE Michelle Sisto s’est félicitée de ces bons résultats dans un communiqué de presse : « L’EDHEC propose à ses étudiants une expérience d’exception fondée sur une grande diversité de parcours au meilleur niveau mondial. Nos nouveaux admis pourront demain aussi bien être étudiants sur nos campus à Paris, Lille ou Nice, qu’à Berkeley, Saint Gallen, ou Station F. La richesse de l’offre académique, conjuguée à la qualité de notre service Carrières, sont des atouts majeurs pour nos étudiants. »

Difficile néanmoins de comprendre la raison de l’émergence soudaine de ce (véritable) duel. L’augmentation importante du nombre de préparationnaires admis à l’emlyon  sur ces dernières années a peut-être donné le sentiment d’un supposé estompement de la sélectivité de l’école. Celui-ci se vérifie d’ailleurs assez nettement après les admissibilités pour l’école lyonnaise, dont les oraux sont pourtant réputés très exigeants : alors qu’elle n’avait pris que 82,2% des candidats classés à l’issue des oraux en 2018, ce chiffre s’élève cette année à… 98,5% ! En d’autres termes, l’emlyon n’a écarté que 23 candidats classés sur liste complémentaire cette année.

Engagée dans une course à l’hypercroissance, l’emlyon a ainsi augmenté la taille d’une promotion PGE de 116% entre 2009 et aujourd’hui. Une hausse notamment portée par la filière des admissions parallèles, dont les pratiques de recrutement observées à l’emlyon ont été critiquées par d’autres écoles cette année. Cette dernière a en effet admis d’office les 100 premiers candidats AST admissibles à l’issue des écrits, alors que cela n’était a priori par prévu dans leur processus de recrutement. Si l’EDHEC propose elle aussi de telles modalités d’admission aux candidats AST les mieux classés après les écrits, celles-ci sont clairement stipulées sur leur site.

Lire aussi : et si l’emlyon préfigurait le futur des écoles de commerce ?

Ce resserrement du duel EDHEC-emlyon va-t-il se confirmer, voire se renforcer, dans les années à venir ? La possibilité d’un tel scénario, qui peut aller jusqu’à la relégation à la 5ème place de l’emlyon, n’est clairement pas à exclure : le SIGEM a quelque chose d’auto-prophétique dans son fonctionnement, et certains préparationnaires qui intégreront une école en 2020 seront sans doute sensibles aux résultats de cette année lorsque viendra l’heure de choisir entre l’une de ces deux écoles.

Dimitri Des Cognets

Rédacteur en chef de Major-Prépa