Kino#1 La vie des autres-Das Leben der Anderen Kino#1 La vie des autres-Das Leben der Anderen
Si tu ne connais pas encore ce film culte, je te conseille de le regarder un soir ou un weekend (auf Deutsch bien sûr)... Kino#1 La vie des autres-Das Leben der Anderen

Si tu ne connais pas encore ce film culte, je te conseille de le regarder un soir ou un weekend (auf Deutsch bien sûr) histoire de travailler accent, civi et voca en même temps ! Ce film de Florian Henckel von Donnersmarck date de 2007 mais est ancré dans l’Allemagne de la Kalter Krieg, et plus exactement, l’ex-Allemagne de l’Est (la DDR pour les intimes). Il témoigne sur fond de romance de la vie – en l’occurrence de l’élite culturelle – à l’époque de l’Allemagne de l’Est.

L’intrigue, un tableau réaliste de l’époque

Nous sommes au début des années 1980 en Allemagne de l’Est donc. Georg Dreyman est un auteur à succès et fait partie, au même titre que sa compagne, de l’élite intellectuelle de la République. Toutefois, comme le craint tout bon dictateur, l’élite est souvent émancipée dans ses idées. C’est le cas du couple qui, secrètement n’adhère pas aux idées du parti. Le Ministère de la Culture commence à espionner, comme cela était courant à l’époque, Christa-Maria Sieland (la compagne).

Wiesler, un agent secret, est nommé spécialement. Il écoute, observe nuit et jour et reporte méticuleusement les informations récoltées sur un rapport.  Parallèlement à l’intrigue elle-même et aux éléments historiques représentés, on observe une dimension psycho-sociologique intéressante.  Wiesler travaille pour le parti et, si on analyse crument la situation, a pour but de ruiner la vie du couple au nom du parti.

Pourtant, il va peu à peu se prendre d’admiration pour le couple, tiraillé entre sa mission et la sorte de relation qui s’installe indirectement entre lui et le couple qu’il traque. Il intervient parfois même pour sauver ce couple : il essaie de dissuader Cristina de fréquenter un homme, couvre Dreyman lorsqu’il écrit de controversés articles pour le Spiegel (on notera l’importance du journal, déjà à cette époque).

Toute l’histoire de la Guerre Froide vue de Berlin Est le temps d’un film

Si l’on décèle de nombreux éléments témoins de l’histoire dans l’intrigue elle-même, le fond n’est autre qu’une rétrospective de la Guerre froide vue de l’Allemagne de l’Est. Lorsque l’intrigue débute, l’Allemagne est divisée en deux. Il y a officiellement l’Allemagne de l’Est (die Deutsche Demokratische Republik) et l’Allemagne de l’Ouest (die Bundesrepublik Deutschlands).

Les artistes sont surveillés de près comme potentiels ennemis du régime à l’Est. L’organe en charge de l’espionnage est la Stasi. Et si l’Est apparaît comme scientifiquement brillant, à l’Est on rêve de coca et de libéralisme… Peu à peu, le cœur du régime de l’Est, comme celui de Wiesler, connait une faiblesse. Une simple brèche et c’est la fin. Le mur tombe, la carrière de Wiesler s’effondre.

Toute cette euphorie, mais aussi la chute des puissants du régime de l’Est sont représentées. Et puis il y a l’après. Ces doutes, ces hésitations à consulter les archives où sont classées tous les rapports de la Stasi pour savoir qui vous a trahi ou non.

Quelques précisions sur la Stasi

De la division à la réunification, en passant par cette journée historique du 9 novembre 1989 –soir de la chute du mur de Berlin, le film retrace donc tout le processus historique. On comprend l’importance de l’espionnage à l’époque, le rôle de la Stasi. La Stasi est l’abréviation pour « Staatssicherheit », nom donné au ministère de la Sécurité d’État de l’époque  (MsF ou Ministerium für Staatsicherheit).

Comme son nom l’indique, il s’agissait de la police politique, le service d’espionnage (et contre-espionnage) de l’époque. Instituée en  1950, c’est à dire après la naissance de la DDR (1949), elle disparaît officiellement en 1990 avec la réunification (le 3 octobre). Son apparition coïncide avec la prise totale de pouvoir du SED (le parti socialiste unifié). Au départ, elle constitue un simple outil de répression pour assurer la transition vers le socialisme.

En 1957 Erich Mielke est nommé Ministre de la Sécurité (jusqu’en 1989). Il donne alors à la Stasi tous les moyens pour espionner les habitants et dissuader les opposants au régime. En 1980 elle compte 80 000 officiers. Au-delà d’une réalité digne d’un film, la paranoïa a alimenté le mythe de la Stasi. On notera toutefois que cet important dispositif n’a pas permis d’anticiper la chute du mur…

 

Ainsi, on retiendra que :

  • Le film se déroule dans les années 1980 et l’Allemagne est divisée officiellement depuis 1949 (création de la DDR, ou RDA en français).

 

  • Il retrace la chute du régime de l’Est avec l’ouverture du mur de Berlin le soir du 9 novembre 1989, puis l’ « après ».

 

  • La Stasi, omniprésente au quotidien à l’époque est mise en avant à travers, entre autres, le personnage de Wiesler.

 

Si tu as vu le film, j’espère que cet article t’aura donné des clés de compréhension. Et si tu ne l’as pas encore vu, j’espère qu’il t’aura donné l’envie de le voir (promis pas vraiment de spoil sur l’intrigue elle-même).

 

 

Astrid Plonquet

Après trois années de préparation dans une prépa parisienne, j'ai intégré l'ESSEC où je suis élève en première année. Bien qu'ancienne S, mes matières de prédilection sont plutôt littéraires : il s'agit de la géopolitique, de la CG et de l'Allemand !

No comments so far.

Be first to leave comment below.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *