ESC Clermont : l’alumni qui révolutionne le transport aérien ESC Clermont : l’alumni qui révolutionne le transport aérien
Notre vidéo “From ESC Clermont to Silicon Valley : ou comment un frenchie installé à San Francisco révolutionne les transports en créant le Uber... ESC Clermont : l’alumni qui révolutionne le transport aérien


Notre vidéo “From ESC Clermont to Silicon Valley : ou comment un frenchie installé à San Francisco révolutionne les transports en créant le Uber de l’hélicoptère (et sera sur Mars dans 10 ans) ?” publiée sur notre page Facebook le 6 juin dernier, (et désormais publiée sur youtube)  revenait sur le parcours hors norme d’un diplômé de l’ESC Clermont.

 

Un parcours étonnant

Diplômé de l’ESC Clermont en 2011, après avoir été président du BDS de l’école, Clément Monnet s’est passionné pour l’aviation au cours de sa césure qu’il a  effectuée “un peu par hasard” dans une des filiales du groupe Airbus.

C’est, de son propre aveux, d’abord une passion pour le groupe, puis pour l’industrie et enfin pour le secteur qui l’a poussé à intégrer définitivement Airbus à la sortie de l’école. Clément est d’ailleurs en train de passer son diplôme de pilote, preuve de son amour pour le monde de l’aviation.

Aujourd’hui, Clément Monnet, est COO (Directeur des Opérations) de Voom Flights. Cette start-up, incubée et soutenue par le centre innovation d’Airbus vise “à faire dans le ciel ce qu’Uber a fait au sol” confie ainsi Clément. Avec quels moyens ? Avec des hélicoptères, ni plus ni moins.

 

Un projet fou : l’ubérisation du transport en hélicoptère

L’objectif est simple : contourner le problème des embouteillages qui tétanisent les grandes villes, en rendant accessible à (presque) tous les vols en hélicoptères. Comptez entre 70 et 80 dollars la course, ce qui reste un prix bien en deçà des tarifs  d’un vol classique, et peut se révéler très avantageux en termes de gain de temps.

Cette entreprise est soutenue par Airbus, et bénéficie donc à la fois de l’agilité de la start-up et de la puissance des grands groupes. “C’est un énorme avantage de combiner ces deux aspects” confie Clément.

 

Vivre l’expérience startup dans la Silicon Valley ça change quoi ?

Après avoir travaillé en Chine et à Singapour, Clément reconnaît avoir été confronté à une toute autre manière de travailler, qui n’est pas pour lui déplaire. Il retrouve dans le système managérial, la vitesse de travail et les outils  utilisés par les américains, une forme d’idéal.

Sur le plan managérial,  l’utilisation des OKR (Objectives and Key Results) semble l’avoir particulièrement séduit. Cet indicateur mis en place par Google, permet à l’employeur d’évaluer ses employés, mais permet aussi à ces derniers de se sentir intégrés dans le développement de l’entreprise. En effet, les OKR définissent des objectifs clairs à atteindre, et laissent aux employés une totale liberté pour y parvenir.

Pour ce qui est de la vitesse et des outils, il apprécie particulièrement toutes les facilités qui résultent des synergies existantes entre les entreprises de la Silicon Valley. La proximité entre les lui permettent de travailler plus vite et efficacement.

 

Une startup à dimension internationale

De l’aveu de Clément, Voom Flights, c’est un projet à visée internationale, et donc une équipe de près de 20 personnes partout dans le monde avec qui Clément est en relation permanente. Le but est d’abord de conquérir les marchés mexicain, puis brésilien afin d’éprouver le modèle avant de se positionner dans les immenses métropoles asiatiques.

Thibaut Pellerin

Ancien étudiant de la prépa Saint Jean de Passy, en première année à NEOMA Reims et en troisième année de Licence d'Histoire et Géopolitique à l'URCA