Etude : d’où viennent les Admissibles à HEC ? Etude : d’où viennent les Admissibles à HEC ?
Pour vous et en exclusivité, Major-Prépa publie une double étude comparée. Celle du nombre d’admissibles par grande catégorie de prépas et de son évolution... Etude : d’où viennent les Admissibles à HEC ?

Pour vous et en exclusivité, Major-Prépa publie une double étude comparée.

Celle du nombre d’admissibles par grande catégorie de prépas et de son évolution avec le temps, d’une part ; et la comparaison entre le nombre total d’admis par rapport au nombre d’admissibles de chaque grand type de prépas pour l’année 2017, à lire ici.

Les résultats présentent des statistiques intéressantes à avoir en mémoire lors du choix de sa classe préparatoire.

Mais avant tout, il convient de faire un point sur la méthodologie utilisée.

 

Méthodologie

Nos chiffres sont obtenus en combinant les classements Major-Prépa 2015, 2016, 2017, 2018 d’admissibilité à HEC.

La subdivision des groupes de prépas a été effectuée de la façon suivante :

  • On appellera « grosse prépa publique parisienne » l’ensemble composé par Louis-le-Grand, Saint-Louis, Henri IV, Janson de Sailly, Hoche, et Lakanal. Le choix de ces prépas répond à la logique des classements, ce sont les prépas publiques de Paris et sa banlieue pour lesquelles on a constaté une moyenne de plus de 10 admissibles HEC sur les cinq années.
  • On appellera de la même manière « grosse prépa privée parisienne » l’ensemble composé par Sainte-Geneviève, Saint-Louis de Gonzague, Daniélou, Stanislas, Notre-Dame du Grandchamp, et Saint-Jean de Passy. Ces prépas privées sous contrat remplissent le critère d’avoir obtenu en moyenne plus de 10 admissibles sur les 2 dernières années.
  • On appellera « grande prépa lyonnaise » l’ensemble composé des Chartreux, du Parc et des Maristes. Ce sont les prépas lyonnaises ayant eu en moyenne plus de 8 admissibles sur les quatre dernières années.
  • On appellera Autre grande prépa provinciale ou étrangère toute prépa de province ou étrangère ayant figuré au moins une fois dans le top 35 des prépas pour l’admissibilité à HEC en 2017 ou 2018, et ayant présenté plus de 20 candidats, et n’étant pas située à Lyon, sauf Saint-Jean de Douai.
  • On appellera « Prépa à fort effectif de cubes » les prépas hors contrat (groupes Ipésup, Intégrale, Commercia, Ipecom), et Saint-Jean de Douai. Ces prépas sont rassemblées dans une seule et unique catégorie même si Saint-Jean de Douai est sous contrat car Saint-Jean de Douai présente de nombreuses caractéristiques communes avec les prépas hors contrat : surreprésentation des cubes, professeurs en commun, pédagogie similaire…

Cette subdivision et ces critères sont évidemment discutables, mais il a fallu faire des choix, et tels ont été les miens.

Nous n’avons pas pu trouver les données tous les ans pour certaines prépas publiques provinciales ou étrangères, celles qui figurent dans le décompte sont donc mentionnées dans la colonne en dessous.

On appelle proportion d’admissibles le quotient du nombre d’admissibles d’un type de prépas et du nombre total d’admissibles . Ce n’est donc pas la proportion d’élèves admissibles à HEC parmi le total des élèves d’une catégorie de prépa.

 

Évolution du nombre d’admissibles par type de prépa en fonction du temps

Type de prépas Admissibles

2014

Admissibles

2015

Admissibles

2016

Admissibles

2017

Admissibles

2018

Proportion 2014 Proportion 2015 Proportion 2016 Proportion 2017 Proportion 2018
“Grande” prépa publique parisienne : LLG, HIV, St Louis, Hoche, Janson, Lakanal 155 177 176 171 164 22,11% 25,25% 25,11% 24,39% 22,13%
“Grande” prépa privée parisienne : Ste Geneviève, Grandchamp, Stanislas, Daniélou, Saint-Jean de Passy, Franklin 162 180 170 189 166 23,11% 25,68% 24,25% 26,96% 22,40%
“Grande” prépa lyonnaise : Ste Marie, Le Parc, Chartreux 60 50 51 42 59 8,56% 7,13% 7,28% 5,99% 7,96%
Prépa à forte proportion de cubes : Groupes Intégrale, Ipésup, Commercia, Ipécom, et Institution Saint-Jean de Douai 149 135 138 123 185 21,26% 19,26% 19,69% 17,55% 24,97%
“Grande” prépa de province ou de l’étranger : Groupe La Résidence, Masséna, Chateaubriand, Thiers, Montaigne, Ozenne, Kléber, St Vincent Providence, Joffre, Champollion, Fermat, Berthollet 45 61 58 75 55 6,42% 8,70% 8,27% 10,70% 7,42%
Grande prépa de province ou de l’étranger : prépas retenues dans le calcul Chateaubriand, Thiers, Montaigne, Kléber, Fermat Chateaubriand, Thiers, Montaigne, Ozenne, Berthollet Fermat, Masséna, Kléber, Joffre La Résidence, Masséna, Châteaubriand, Thiers, Saint Vincent Providence, Joffre, Champollion, Fermat, Kleber Toutes Toutes
Total 571 603 593 600 629 81,46% 86,02% 84,59% 85,59% 84,89%

Analyse de l’évolution des grands groupes de prépas avec le temps.

Si la régularité statistique prévaut dans ce tableau, quelques remarques intéressantes semblent pouvoir être faites.

 

Tout d’abord, la chute progressive des trois grandes prépas lyonnaises en terme de nombre d’admissibles s’est enrayée en 2018, grâce au rebond soudain et violent des Chartreux. La prépa lyonnaise, après avoir connu une année noire en 2017 (1 admissible, 0 admis) a su rebondir de fort belle manière, en cumulant non moins de 16 admissibles, soit deux fois sa moyenne sur 5 ans. Cette lumière baigne un tableau attristant pour les grandes prépas lyonnaises, qui avaient perdu 1/3 de leurs admissibles entre 2015 et 2017.

 

Les autres grandes prépas publiques provinciales se distinguent par un très important écart-type dans leurs résultats. Le nombre (12) de prépas retenues fait que les contreperformances des unes sont globalement compensées par les performances des autres, pour donner un total d’à peu près 8% des admissibles chaque année en moyenne, mais, hormis Montaigne (Bordeaux) et Fermat (Toulouse), les autres prépas retenues réalisent bien souvent des performances très variables selon les années. Le cas de la Résidence est typique : 5 admissibles cette année, 24 l’an dernier, 15 en 2016.

 

Les grandes prépas publiques et privées parisiennes et versaillaises font preuve d’une grande régularité au sommet de ces classements. Le nombre d’admissibles issus de ces douze prépas divisé par le nombre d’admissibles reste plus ou moins constant dans le temps, au gré des meilleures ou moins bonnes années d’une des grosses, mais globalement, en sommant le nombre d’admissibles de ces douze prépas, on obtient déjà plus de 50% des admissibles d’une promotion (51,42% en 2017).

 

Jusqu’en 2017, le nombre d’admissibles de chacun de ces deux types de prépas a eu tendance à augmenter progressivement, mais la tendance a pris fin en 2018, limitant ainsi le phénomène d’oligarchie croissante qui règne sur l’accès à HEC. Ainsi, de 2014 à 2017, les grosses prépas publiques parisiennes avaient gagné 16 admissibles, contre 27 pour les grosses prépas privées.

 

Le passage a 740 admissibles a de plus visiblement souri aux prépas à fort effectif de khubes : elles augmentent leur nombre d’admissible de 50% entre 2017 et 2018, alors qu’il était tendanciellement sur le déclin depuis 2014.

Clément Chaffard