Derniers conseils pour l’épreuve de culture générale Ecricome 2019 Derniers conseils pour l’épreuve de culture générale Ecricome 2019
Afin de préparer au mieux les épreuves, Major-Prépa te propose une fiche te permettant d’apprivoiser au mieux l’épreuve de culture générale Ecricome 2019. Y... Derniers conseils pour l’épreuve de culture générale Ecricome 2019

Afin de préparer au mieux les épreuves, Major-Prépa te propose une fiche te permettant d’apprivoiser au mieux l’épreuve de culture générale Ecricome 2019. Y figurent les sujets des dernières années, un condensé de ce que disent les rapports de jury ainsi que des conseils pour cartonner le jour J ! Bon courage ! 🙂

Sujets de culture générale Ecricome des dernières années

2018 : Qu’est ce qui fait qu’un corps est humain ? / Rester soi-même

2017 : Parler peut-il être créateur ? / Est-il raisonnable d’espérer ?

2016 : Le spectacle de la nature nous révèle-t-il quelque chose de nous-mêmes ? / Les rêveurs sont-ils inutiles ?

2015 : En quel sens peut-on dire d’une chose qu’elle est vraie ? / Pourquoi punir ?

2014 : Habiter un espace, est-ce se l’approprier ? / Qu’est-ce qu’un humaniste ?

2013 : Le plaisir se partage-t-il ? / La science nous guérit-elle de l’illusion ?

2012 : La société des individus. / Les héros sont-ils morts ?

2011 : Pauvreté des images, richesse de l’imagination. / La souffrance peut-elle avoir un sens ?

Ce que disent les rapports de jury de culture générale Ecricome

« Difficulté éprouvée par les candidats pour délimiter correctement le sujet, difficulté ayant pour conséquence de nombreux passages qui sortaient du sujet. » (2016)

« La problématisation est insuffisante, le plan est trop souvent une énumération d’idées simplement juxtaposées selon la formule : “d’abord, ensuite – ou de plus – enfin”. Ce qui revient à regretter l’absence de transitions qui devraient expliciter le mouvement et la progression d’une réflexion personnelle. Cette dernière est trop souvent sacrifiée à une restitution de connaissances indifférente à la spécificité de la question à traiter. » (2016)

« Si l’on peut comprendre la difficulté éprouvée à dégager le sens de l’énoncé, celle-ci n’autorise pas à en traiter un autre qui est sans rapport. » (2015)

« Les erreurs les plus regrettables viennent d’une connaissance indirecte des auteurs, qui n’ont pas été lus, mais simplement découverts par ouï-dire. » (2015)

Les conseils pour cartonner le jour J

  • Bien analyser le sujet et prendre la question dans sa globalité. L’analyse ne doit pas se traduire par une interprétation hâtive et réductrice des termes de l’énoncé.
  • Ne pas se précipiter dans la recherche de la problématique. Elle doit avoir une unité, il faut donc éviter qu’elle soit dispersée dans une multiplication de questions qui allongent inutilement les introductions.
  • Ne pas numéroter les paragraphes ni hacher la continuité de la réflexion par des titres intercalés. Une dissertation n’est pas un exposé dans lequel on communiquerait des informations. C’est avant tout une réflexion qui s’interroge et argumente, en progressant, en s’approfondissant. Il est important que ce mouvement de la réflexion s’exprime et se manifeste par des transitions, qui doivent animer le développement dans sa totalité. On le rappelle, pour l’épreuve de culture générale Ecricome comme pour toutes les autres : les informations sont au service de la réflexion, et non l’inverse.
  • Les titres, et seulement eux, doivent être soulignés et les guillemets réservés aux citations. L’usage de couleurs n’est pas de mise.

Dimitri Des Cognets

Rédacteur en chef de Major-Prépa