Comment limiter la casse en contraction de texte Comment limiter la casse en contraction de texte
Cet article n’aidera pas forcément tout le monde. En effet, il doit y avoir des cracks de la culture générale parmi vous, des cracks... Comment limiter la casse en contraction de texte

Cet article n’aidera pas forcément tout le monde. En effet, il doit y avoir des cracks de la culture générale parmi vous, des cracks de l’orthographe et des cracks de l’épreuve de résumé. Mais, pour toutes les personnes qui comme moi ont connu les 9 à répétion durant toute une année, bienvenue, asseyez-vous, je vais vous expliquer comment je suis passée de 6 au résumé d’HEC à 12 (avec 17 en ESC).

Bien entendu comme chacun des articles, il faut savoir s’adapter et ne pas prendre au pied de la lettre tous mes conseils, certaines méthodes marcheront mieux que d’autres pour vous. Cependant, je me devais de partager avec vous le meilleur conseil qu’on m’a donné et qui m’a permis de débloquer mes 9 à répétition pour atteindre les 18/20 sur certains DS, mais un peu de patience il faut d’abord reprendre les bases.

 

Mettre toutes les chances de son côté

L’orthographe n’a jamais été un de mes grands amis, c’est simple si je ne me concentre pas deux secondes je fais des fautes partout. Pourtant je n’ai JAMAIS au grand jamais pris un malus dans mes résumés. Et donc oui, ce conseil peut paraître absurde mais je peux vous jurer que les fautes peuvent très vite coûter cher, le -1 pas trop méchant peut vite passer au -4 qui te fait passer de « bon travail » à « travail très moyen ». Il faut donc vérifier à chaque fois l’orthographe. Et si vous n’arrivez pas à écrire un mot, changez-le, si vous n’êtes pas sûr de l’orthographe c’est que vous n’avez pas souvent utilisé ce mot, aussi en plus de la possible faute d’orthographe vous pouvez faire un contre sens beaucoup plus grave. Il ne faut pas chercher à utiliser des mots savants, utilisez les mots dont vous êtes sûr du sens !

On fait très attention aux pluriels et donc aux « S », on n’oublie pas les « E » en plus ou en moins en fonction du genre. La conjugaison ne devrait pas trop poser de problème mais si c’est le cas il n’y a aucune honte à aller revoir rapidement les conjugaisons pour se rafraîchir la mémoire. On évite au maximum les fautes « bêtes », on connait tous les règles mais il faut accepter de consacrer 10 minutes à la relecture. Et pour ceux qui sont déjà en train de me crier qu’ils n’ont pas le temps de se relire la partie ci-dessous est pour vous.

De plus, les établissements peuvent la plupart du temps vous donner des codes pour le projet voltaire qui vous permettra gratuitement de vous améliorer en orthographe, ce n’est pas très fun mais si c’est vraiment un frein pour vous n’hésitez pas à profiter de cette opportunité !

Conseils : faire très attention à l’orthographe et ne pas utiliser de mot dont on n’est pas sûr du sens.

 

Ne pas perdre de temps

L’un des problèmes les plus courant en résumé, c’est la gestion du temps. Soit on n’arrive pas à finir l’intégralité du résumé, soit on voudrait plus de temps pour pouvoir corriger les fautes. Le temps est l’élément clé du résumé. J’aimerais donc vous partager mes conseils et astuces qui m’ont servi pour faire augmenter mes notes. Pour commencer je n’ai jamais lu une fois en entier le texte avant de commencer, dès que l’épreuve démarre je commence directement mon résumé sur brouillon pour ne pas perdre de temps. Ensuite, il ne faut pas « bêtement » résumer un paragraphe par un paragraphe je vous conseille de lire les paragraphes par groupe de 2 ou de 3 car souvent les idées se répètent ou alors se précisent dans les paragraphes, il n’est pas utile de perdre du temps à résumer un début de théorie si le paragraphe suivant vous la présente d’une manière beaucoup plus claire. Vous pouvez certes montrer qu’il y a eu une évolution dans l’idée mais vous n’êtes pas obligé (et souvent vous ne devez pas) détailler toutes les étapes ! Évitez donc de détailler toutes les étapes sur brouillon car vous n’avez pas pensé à lire les paragraphes par groupe.

Toujours dans l’optique de gagner du temps j’avais une technique assez particulière mais qui a suffisamment fait ses preuves pour que je puisse vous en parler. C’est purement pratique est donc tout le monde pourrait le mettre en application, il suffit d’écrire au stylo (noir de préférence) sur son brouillon. Alors oui, vous ne voyez pas bien où je veux en venir mais voilà : le but est de ne pas perdre de temps et donc ne pas réécrire sur le brouillon. Aussi une fois mon premier brouillon fini je prenais un surligneur de couleur claire pour repasser ce que je gardais après une première sélection. Ainsi de suite, allant de la couleur la plus claire à la couleur la plus sombre. L’objectif était de faire 2/3 voir 4 relectures / sélection sans réécrire un mot, je vous cache pas que la couleur à la fin n’est pas folle mais ça fait le boulot. Je gardais les éléments clés, les phrases essentielles. Ensuite bien entendu, je reformulais certains passages pour avoir le nombre de mot mais j’économisais pas mal de temps avec mes surligneurs. Le seul désavantage c’était que mon brouillon n’était pas des plus jolis.

Enfin, quand vous avez plusieurs exemples ne les notez pas tous, vous avez le choix entre prendre le plus pertinent, celui dont vous arrivez à exprimer au mieux l’idée ou, vous pouvez prendre deux extrêmes (souvent pour les énumérations). Il ne faut pas cacher le manque de compréhension par les exemples, au contraire un correcteur appréciera beaucoup plus un seul exemple bien choisi et au bon endroit dans votre résumé qu’un déroulement d’exemples même si les idées sont bien retranscrites.

Conseils : commencer directement à résumer, lire les paragraphes par groupe pour voir si l’idée évolue dans les paragraphes suivants, utiliser des surligneurs du plus clair au plus foncé pour faire des sélections sans réécrire, et ne pas écrire tous les exemples mais choisir le ou les plus pertinents.

 

Le conseil ultime

Je sais que vous l’attendez tous, c’est LE conseil qui a été pour moi l’élément déclencheur et qui je l’espère le sera également pour vous. “Avoir confiance en soi “Vous vous attendiez à ça ? C’est pourtant ce qui m’a permis de doubler mes notes entre la 2èmeet la 3èmeannée. Je comprenais les textes, mais je n’avais absolument aucune confiance en moi et je me cachais donc derrière des tournures de phrases trop compliquées et des mots trop savants. Comme quand vous avez du mal dans une langue il faut faire simple. On évite de faire de trop longues phrases avec des mots compliqués, le but du résumé est bien de faire comprendre le texte avec 1/10 des mots, alors pourquoi résumer un texte en le rendant encore plus compliqué ? À chaque fois que vous écrirez une phrase demandez-vous si une personne qui n’a pas lu le texte peut comprendre l’idée que vous énoncez. Et même pour vous, quand vous voyez que vous vous prenez trop la tête avec une phrase, que vous n’arrivez pas à la raccourcir correctement : arrêtez tout et recommençez du début. Il ne faut pas s’infliger des phrases trop compliquées car c’est le risque ultime de faire un contre-sens.

Il faut donc prendre confiance en vous pour ne pas vous noyer dans une tonne de mots savants compliqués. Si vous avez confiance en vous, vous aurez confiance en vos idées et en vos déductions, et avoir confiance en ses déductions c’est également trouver des formulations simples pour les décrire.

Conseils : avoir en confiance en ses capacités pour simplifier son écriture.

 

Sophie Luciano

Après une prépa ECT à Nice je quitte mon sud-est pour m'installer dans le sud-ouest et intégrer TBS.