Focus sur le programme GETT proposé par l’EDHEC, SKK GSB et Berkeley 🇫🇷🇰🇷🇺🇸 Focus sur le programme GETT proposé par l’EDHEC, SKK GSB et Berkeley 🇫🇷🇰🇷🇺🇸
Comme nous le faisions remarquer dans notre enquête de novembre 2018 auprès des étudiants de prépa, vous percevez la dimension internationale comme l’un des piliers... Focus sur le programme GETT proposé par l’EDHEC, SKK GSB et Berkeley 🇫🇷🇰🇷🇺🇸

Comme nous le faisions remarquer dans notre enquête de novembre 2018 auprès des étudiants de prépa, vous percevez la dimension internationale comme l’un des piliers de l’expérience étudiante en école. À l’heure de choisir quelle école de management vous allez finalement intégrer, cet aspect est de fait déterminant. Bien entendu, l’ensemble des écoles post-prépa ont consenti des efforts considérables pour rayonner à l’étranger, par l’intermédiaire de partenariats avec des universités internationales, voire des campus en propre.

Dans ce paysage, l’EDHEC – qui bien sûr ne déroge pas à la règle – se démarque en proposant à ses étudiants, depuis 2017, le programme « GETT – Global Economic Transformation & Technology » pour le moins atypique.

 

 Trois diplômes à la clé entre Paris, Séoul et Berkeley

L’opportunité offerte aux étudiants est en effet exceptionnelle à plus d’un titre : d’abord parce que le programme GETT est portée par trois institutions parmi les plus prestigieuses au monde : Si on ne présente plus Berkeley Haas School of Business, bien établie dans le top 10 mondial, SKK GSB n’est pas en reste : classée 42ème au global MBA ranking 2019 établi par le Financial Times, elle fait partie des écoles les plus renommées d’Asie. Ainsi, en Corée du Sud, deux des quatre billets de banque en circulation ont pour effigie un diplômé de SKK !

 

De l’entente entre ces trois institutions découle un Master in Management en trois années, entièrement enseigné en anglais et qui s’articule de la manière suivante :

  • Une première année subdivisée en deux avec d’abord un semestre à Paris pour acquérir les fondamentaux du management, puis un semestre à Séoul dans les locaux de SKK GSB. A cette occasion, les étudiants de la filière GETT suivent des cours avec des étudiants en MBA centrés sur la culture d’entreprise et le marché asiatique.
  • Une seconde année d’immersion professionnelle en France ou à l’étranger.
  • Une troisième année sur le campus californien de Berkeley. À Berkeley, les cours seront focalisés sur l’entrepreneuriat, l’innovation et la transformation digitale. Cette dernière année, qui permet de découvrir notamment l’écosystème de la Silicon Valley voisine, offre également l’opportunité d’être éligible à Optional Practical Training (OPT) et ainsi de potentiellement travailler aux Etats-Unis l’année suivante.

 

La logique intrinsèque de ce parcours est de préparer les étudiants qui le suivent aux transformations technologiques contemporaines qui bouleversent les pratiques en termes de business. Les compétences ainsi développées se veulent avant tout transversales, si bien qu’un étudiant titulaire de ce Master devrait pouvoir aussi bien s’orienter vers la finance que le marketing, le consulting ou bien l’entrepreneuriat.

L’autre promesse forte de ce Master in Management GETT réside en sa capacité à préparer les étudiants à un contexte professionnel globalisé mais pourtant toujours teinté des spécificités locales : « on ne fait pas des affaires en Asie comme en Europe. Voilà pourquoi il est important d’étudier le business dans plusieurs endroits du monde, afin de s’imprégner des cultures locales et d’en comprendre les fondements. » précise ainsi M. Lee, le doyen de SKK GSB.

 

Trois diplômes de renommée mondiale

Last but not least, les étudiants qui suivront ce programme pourront se targuer d’obtenir trois diplômes distincts : Le Master in Management (Diplôme Grande École) d’EDHEC Business School, le Master in Management Studies de SKK Graduate School of Business, Sungkyunkwan University et le Diploma in Global Economic Transformation & Technology de Haas School of Business at the University of California Berkeley.

 

Lire aussi : Comment l’EDHEC place l’international au cœur du parcours des étudiants

Un parcours d’excellence

Enseignement dans un contexte multiculturel, acquisitions de compétences nombreuses et éclectiques, très forte exigence académique : le parcours GETT s’adresse indéniablement aux étudiants les plus ambitieux. A ce titre, celui-ci est fortement sélectif : outre l’admission à l’EDHEC, les étudiants désireux de suivre ce programme doivent justifier d’un excellent niveau d’anglais (supérieur ou égal à 7 à l’IELTS ou supérieur ou égal à 95 au TOEIC).

Néanmoins, le jeu en vaut visiblement la chandelle. Les étudiants qui ont la chance de suivre un tel programme semblent conquis par le dispositif, à l’instar de Maxime (EDHEC promo 2020) : « J’ai choisi ce parcours pour deux raisons principales : l’apprentissage académique et le développement personnel. En effet, les cours donnés sont orientés sur l’innovation et la transformation digitale, et traitent des sujets importants qui concernent toutes les industries et les principaux enjeux stratégiques, actuels et à venir, des entreprises. Etudier avec des étudiants MBA, et donc ayant déjà eu plusieurs années d’expériences professionnelles, est également formateur et nous permet de rencontrer des profils de carrière différents des nôtres. Enfin, il va sans dire que passer près de 18 mois à l’étranger (six mois en Corée et 12 mois aux États-Unis) est une raison forte ayant motivé ma candidature au programme GETT. »

 

Maxime Pham Van, promo EDHEC 2020 actuellement en filière GETT

 

Ce dernier s’apprête ainsi, dans le cadre de son M2, à entamer son expérience américaine après six passées à Séoul : « Nous commençons l’année par une « piscine » de développement informatique à l’école 42* afin de nous immerger pleinement dans l’atmosphère disruptive et novatrice de la Silicon Valley. Sur l’ensemble de l’année, des cours de Fintech, Design Thinking, New Venture Finance, Financial Engineering ou encore d’Innovation Strategies for Emerging technologies viennent approfondir nos connaissances business en les rapprochant des challenges de transformation digitale. Cette expérience aux US sera également l’occasion de rencontrer de nouvelles personnes et, pourquoi pas, débuter ma carrière professionnelle là-bas… »

 

*Fondée par Xavier Niel, l’école 42 est une école dont l’objectif est de former des développeurs. À l’issue d’une formation comprise entre deux et cinq ans pour son cursus classique, l’établissement délivre des certifications professionnelles labellisées Grande École du Numérique.

Dimitri Des Cognets

Rédacteur en chef de Major-Prépa