Nombre d’inscriptions BCE et Ecricome 2019 : la Bérézina pour les écoles ? Nombre d’inscriptions BCE et Ecricome 2019 : la Bérézina pour les écoles ?
Comme chaque année, Major-Prépa propose une analyse complète et détaillée des inscriptions Ecricome et BCE, alors que les chiffres détaillés par école viennent tout... Nombre d’inscriptions BCE et Ecricome 2019 : la Bérézina pour les écoles ?

Comme chaque année, Major-Prépa propose une analyse complète et détaillée des inscriptions Ecricome et BCE, alors que les chiffres détaillés par école viennent tout juste de nous parvenir. Cette année, l’heure n’est certainement pas aux réjouissances. Le nombre total de candidatures BCE et Ecricome 2019 chute de 7,5%, passant de 120 539 à 111 443. Le baisse de candidats inscrits à la BCE atteint elle 2,2%.  Il faut néanmoins garder en tête que cette baisse s’explique aussi en partie par le délitement de la grappe composée de l’EM Normandie, La Rochelle BS, l’ISC Paris, SCBS et l’ESC Clermont.

Mécaniquement donc, à l’heure d’analyser les tops et les flops dans le petit monde des écoles de commerce post-prépas, force est de constater que la majorité d’entre elles se situent dans la seconde catégorie. Voici donc une petite typologie :

 

En préambule : pourquoi les inscriptions sont importantes pour les écoles ?

C’est d’abord au cours de l’année le premier signe de la dynamique d’attractivité des écoles auprès des étudiants. Certes cet indicateur est néanmoins difficilement lisible : en effet une école qui « monte » et de fait renforce sa sélectivité va peut-être attirer de meilleurs candidats, mais d’un autre côté se privera de son vivier de candidats moins ambitieux qui estiment ne plus pouvoir espérer être déclarés admissibles à celle-ci à l’issue des écrits. Quoi qu’il en soit, un nombre important de candidats maximise tout de même les chances d’une école d’allouer toutes les places à pourvoir (trivialement, de « remplir sa promo »), et permet également à celle-ci de se montrer sélective avec les candidats aux oraux.

Cet enjeu sera, au regard des circonstances, absolument critique pour les écoles cette année : d’un côté, une baisse des effectifs des prépas EC qui semble devenir structurelle, amorcée déjà par une stagnation les années précédentes et qui sera aggravée l’année prochaine par l’ « effet Parcoursup » qui a plutôt desservi les prépas pour sa première année de mise en place.

De l’autre, le nombre de places ouvertes par les écoles en 2019 s’élève à 7910 soit… 70 de plus que l’an passé.

 

Les inscriptions BCE et Ecricome 2019 école par école

L’EDHEC, HEC, l’ESSEC et BSB surnagent

Dans ce marasme général, quelques écoles se distinguent néanmoins : HEC Paris et l’ESSEC BS, qui ont toutes deux augmenté leur nombre de places (fin de l’immuable loi des 380 admis à HEC qui passeront donc à 400 en 2019, quand l’ESSEC ouvre 25 places supplémentaires), enregistrent une légère augmentation du nombre d’inscrits : +1,88% pour l’école de Jouy-en-Josas, +1,16% pour celle de Cergy-Pontoise. L’autre parisienne, l’ESCP Europe, accuse elle une baisse 0,82% alors que celle-ci augmente également de 25 son nombre d’admis cette année. Néanmoins, en valeur relative, toutes les parisiennes sont à la hausse : c’est assez logique, puisque l’augmentation des places à pourvoir permet à davantage de prépas de “rêver” de ces prestigieuses admissibilités.

L’EDHEC quant à elle gagne 65 inscrits par rapport à 2018, en hausse de 0,89%. Enfin, BSB enregistre une timide progression de 0,23%. Pour autant, l’école dijonnaise ne devrait pas bouder son plaisir : elle rentre dans le cercle très fermé des écoles “dans le vert”, confirmant ainsi sa bonne dynamique après avoir chipé la 15ème place du SIGEM à l’EM Strasbourg en 2018. BSB continue par ailleurs de progresser sur la filière ECS avec 54 étudiants inscrits supplémentaires par rapport à l’an passé.

 

L’EM Normandie, une baisse en trompe-l’œil

L’école normande, qui se trouvait jusqu’à l’année dernière dans une grappe commune avec l’ESC Clermont, l’ISC Paris, La Rochelle BS et South Champagne Business School, est la seule du groupe à véritablement tirer son épingle du jeu. Avec 2390 inscrits et une baisse de « seulement » 22,43% par rapport aux quelques 3081 inscrits de la grappe en 2018 , l’EM Normandie devance même La Rochelle BS en termes d’inscrits (2356), alors que l’école vendéenne se situe deux places au-dessus de la première au classement SIGEM en 2018.

 

Ils accusent une baisse proportionnellement inférieure à celles des effectifs globaux

Quand une baisse des inscrits cache donc une relative bonne nouvelle. 10 des 26 écoles limitent la casse en affichant une baisse des inscriptions inférieure à 5%. Pour l’ESCP (-0,82%), déjà mentionnée plus haut, l’emlyon bs (-0,73%) et SKEMA BS (-0,52%), ce recul n’atteint pas les 1%. Cette dernière poursuit donc sa belle dynamique de l’an passé, pendant laquelle elle s’était rapprochée de NEOMA BS et avait devancé TBS au SIGEM. NEOMA BS justement, mais aussi KEDGE BS qui sont toutes deux affiliées à Ecricome, reculent de 1,16%.

Pour d’autres, à l’image d’Audencia BS (-3,42%), l’IMT-BS (-4,17%), la baisse est plus conséquente mais reste toutefois acceptable. Par exemple, si Audencia plafonne à 7940 inscrits et passe ainsi sous la barre des 8000 inscrits qu’elle avait atteinte en 2017, elle reste néanmoins l’école BCE la plus présentée et n’a donc pas réellement de soucis à se faire de ce point de vue. La grappe constituée de Montpellier BS, Rennes School of Business et de l’EM Strasbourg a quant à elle attiré 5782 candidats (-3,47%). Celle-ci va de toute manière imploser l’année prochaine avec l’intégration de ces deux dernières écoles au sein de la banque d’épreuves Ecricome.

 

Ils accusent une baisse proportionnelle supérieure à celle des effectifs globaux

Cette dernière catégorie dénote, pour la plupart des écoles, une perte d’attractivité relative réelle, d’autant que les candidats n’ont pas de raison de penser que ces écoles seront plus difficiles à intégrer qu’en 2018. Ainsi, cette baisse ne traduit pas a priori un taux d’autocensure plus important des candidats qui estiment ne pas avoir de chance d’intégrer ces écoles. C’est le cas, dans des proportions très limitées, de l’INSEEC SBE (-6,91%) ou encore de Grenoble EM (-6,61%).

En revanche, la situation est plus préoccupante pour Brest BS (-10,63%), ICN BS (-12,68%), Toulouse BS (-14,22%), l’ISG (-14,93%) et l’ESC Pau BS (-18,09%). On peut ajouter à ce tableau deux écoles de l’ex-grappe : l’ESC Clermont, qui n’atteint pas la barre des 2000 inscrits malgré un prix d’inscription attractif (19€) pour marquer le centenaire de l’école, et SCBS, qui voit son nombre de candidats carrément divisé par 2 à 1475.

 

La filière prépa économique et commerciale est-elle en danger ?

Ces chiffes d’inscriptions BCE et Ecricome 2019 inquiétants corroborent ceux donnés par la principale banque d’épreuves en début d’année : en septembre, 700 bacheliers de moins sont entrés en prépa par rapport à 2018. Il est désormais évident que la filière prépa EC dans son ensemble se trouve dans une dynamique délétère. Si la prépa a toujours souffert d’une certaine mauvaise presse (cursus difficile, stressant, professeurs jugés trop exigeants, etc.), le développement des filières alternatives comme les bachelors post-bac ou les AST (admis sur titre, qui passent les concours après leur L2 ou leur L3) ainsi que des opportunités à l’étranger doit être perçu comme le véritable facteur de cette perte d’attractivité. Pourtant, la prépa EC reste la seule filière commerciale d’excellence gratuite. Aux institutions qui incarnent la prépa et aux écoles de se battre pour la promouvoir auprès des lycéens !

 

Les inscriptions BCE et Ecricome 2019 par école

Ecoles Candidats 2019Candidats 2018Valeur %
Total candidatures BCE & Ecricome1132451222038958-7.33
Audencia Business School 79408221-281-3.42
Brest Business School14461618-172-10.63
BSB Burgundy School of Business3102309570.23
Ecole de Management de Normandie23903081-691-22.43
EDHEC Business School73347269650.89
EM Strasbourg Business School57825990-208-3.47
emlyon business school72347287-53-0.73
ESC PAU Business School16532018-365-18.09
ESCP Europe59505999-49-0.82
ESSEC Business School58435776671.16
GRENOBLE Ecole de management 73197837-518-6.61
Groupe ESC Clermont 19783081-1103-35.8
HEC Paris52485151971.88
ICN Business School 24102760-350-12.68
INSEEC School of Business and Economics 23972575-178-6.91
Institut Mines-Télécom Business School25962709-113-4.17
ISC Paris Busines School20013081-1080-35.05
ISG International Business School 14981761-263-14.93
KEDGE Business School81608256-96-1,16
La Rochelle Business School 23563081-725-23.53
Montpellier Business School 57825990-208-3.47
NEOMA Business School8160825696-1,16
RENNES School of Business 57825990-208-3.47
SKEMA Business School 75867626-40-0.52
SOUTH CHAMPAGNE BUSINESS SCHOOL 14753081-1606-52.13
TOULOUSE Business School 61817206-1025-14.22
Total candidatures BCE Ecoles membres103283112283-9000-8.02
Ecole Spéciale Militaire de SAINT-CYR212197157.61
ENS Paris-Saclay969937323.42
ENSAE ParisTech6215309117.17
Total candidatures BCE Ecoles associées180216641388.29

Dimitri Des Cognets

22 ans, étudiant à NEOMA Reims, ancien étudiant au lycée La Bruyère (Versailles) et co-fondateur de Up2school (www.major-prepa.com, www.business-cool.com et www.up2school.com)