Introduction à la notion de RSE Introduction à la notion de RSE
La notion de RSE a pris une place très importante dans le monde professionnel d’aujourd’hui. Les écoles de management y attachent une importance particulière... Introduction à la notion de RSE

La notion de RSE a pris une place très importante dans le monde professionnel d’aujourd’hui. Les écoles de management y attachent une importance particulière et n’hésitent pas à confronter leurs candidats aux questions et défis entourant cette notion. C’est pourquoi avoir des bases solides sur la question peut te permettre de partir avec un sérieux avantage pour les concours et plus particulièrement pour les épreuves d’ESH. A travers cet article, je vais essayer de t’aider à aborder correctement la question de la RSE dans ta copie.

La RSE, c’est quoi ?

La Responsabilité Sociétale des Entreprises pourrait être définie comme l’engagement des entreprises à contribuer à un développement économique durable en travaillant de concert avec les parties prenantes internes et externes à l’entreprise qu’il s’agisse de l’environnement, de la société en général ou bien des salariés et leur entourage proche. Ainsi il y a dans la notion de RSE trois enjeux qui sont d’importance égale : Le pilier social, le pilier environnemental et le pilier économique. Toutefois, nous pourrions étoffer ces enjeux et en distinguer deux autres qui sont le territoire dans lequel est implantée l’entreprise et sa gouvernance (selon le référentiel territorial de la RSE crée par Audencia).

Un peu d’histoire …

Si la RSE est aujourd’hui un objectif vers lequel les entreprises tendent, cela n’a pas toujours été le cas et il est important dans ta copie de montrer qu’il y a une évolution du mode de fonctionnement des entreprises et des méthodes des managers.

Vous connaissez sans doute cette célèbre phrase parue dans un article de M Friedman pour le  New York Times en 1970 qui affirmait que « La responsabilité sociale de l’entreprise est d’accroître ses profits ». Par là Friedman signifiait que l’entreprise devait simplement se contenter de faire des profits en respectant les règles du jeu imposées par la société en matière fiscale notamment. Pour Friedman et ses partisans, c’est donc à l’Etat de traiter les questions sociétales et environnementales et pas à l’entreprise qui n’était qu’une entité économique.

Toutefois, cette définition du rôle de l’entreprise est rapidement apparue limitée. Premièrement, les entreprises ne respectent pas forcément les règles du jeu imposées par la société. Par exemple, Friedman expliquait qu’en se concentrant uniquement sur les profits, l’entreprise grossissait et payait donc plus d’impôt à l’Etat, impôts qui seraient redistribués par les pouvoirs publics à la société pour répondre aux enjeux sociaux et environnementaux. Or, nous remarquons bien que les plus grosses entreprises de la planète pratiquent l’optimisation fiscale pour payer le moins d’impôt possible et donc que les bienfaits attendus ne sont pas forcément au rendez-vous.

Ainsi, il est apparu urgent de redéfinir le rôle des entreprises dans la société pour intégrer ces nouveaux enjeux RSE. Car l’entreprise n’est pas une entité déconnectée de son environnement au sens large du terme, elle s’en sert justement  (utilisation des biens communs comme les infrastructures publiques par exemple). De plus, l’entreprise se doit d’être un acteur actif dans la réponse à ses enjeux puisque nous savons par exemple que la transition énergétique passera principalement par un changement de comportement des entreprises. Ainsi la notion de RSE est intrinsèquement liée à l’entreprise qui se doit de l’intégrer d’une manière ou d’une autre dans son mode de fonctionnement.

En juin 2019, la loi PACTE (Plan d’Action pour la Croissance et la Transformation des Entreprise) a eu pour ambition d’entériner la RSE dans la Loi en proposant diverses mesures et divers référentiels allant dans le sens de l’économie sociale et solidaire (l’ESS). Cette loi a par exemple permis aux sociétés qui le souhaitent de se reconnaitre une « raison d’être » i.e une mission générale englobant les différentes dimensions RSE existantes. De plus, le statut de société à mission a été crée pour les entreprises souhaitant s’engager à 100% dans l’ESS.

Après le côté théorique, place au côté pratique avec l’exemple de deux entreprises différentes qui se sont engagées dans une démarche RSE.

 

Mieux que des mots, des exemples

A titre personnel je trouve qu’il est bien de montrer que les pratiques RSE peuvent se faire à toutes les échelles et à tous les niveaux en entreprise. Ainsi, j’ai volontairement choisi l’exemple d’une grosse entreprise et d’une PME pour illustrer les différentes démarches RSE mises en place concrètement.

Premièrement, prenons l’exemple de l’entreprise Danone qui est souvent qualifiée de pionnière en la matière. Ce géant du secteur agro-alimentaire a pris le tournant de la RSE dès le départ en mettant en place différentes démarches RSE. Tout d’abord, l’entreprise à réduit drastiquement ses émissions de CO2 et utilise de plus en plus les énergies renouvelables tout en favorisant les circuits courts pour la production de ses produits ( par exemple Danone s’est engagée en France à récolter son lait dans un rayon de 60 km autour de ses usines). De plus, l’entreprise aspire à ne produire plus que des produits certifiés et reconnus comme biologique. Enfin, Danone a aussi mis en place des démarches RSE au niveau de sa gouvernance en mettant en place une prime pour ses salariés qui ne se débloque que si l’employé à contribuer positivement au développement RSE de l’entreprise.

Enfin, nous pouvons prendre l’exemple de la PME française Le Coq Noir implantée dans la région PACA et qui produit des sauces bio. L’entreprise est pleinement engagée dans la RSE et possède de multiples certifications pour l’attester (LUCIE, ISO 22 000, PME+…). Au niveau environnemental la PME recycle, composte, utilise des technologies propres et tente de réduire sa consommation énergétique. Au niveau économique, l’entreprise commerce avec des acteurs eux aussi engagés, elle vérifie la provenance et la qualité de ses achats et elle rémunère de manière équitable ses parties prenantes externes et internes. Enfin au niveau social et sociétal , le Coq Noir est une entreprise libérée, veillant au bien être de ses salariés en proposant des petits déjeuners et des cours de sports. Elle veille aussi à la diversité ethnique et à l’égalité H/F au sein de sa structure et réalisant même certains projets humanitaires avec des associations. 

 

Conclusion

Nous avons donc vu que la RSE était une notion assez large et surtout d’actualité. De nombreuses entreprises tentent de relever le défi de mener une politique RSE et les écoles de management sont très attentives aux profils qui démontrent une certaine connaissance du sujet. Ainsi, je ne peux que te conseiller de te pencher un peu plus sur les enjeux RSE, cela pourrait s’avérer utile en ESH étant donné le nombre important de sujets dans lequel cette notion peut-être mobilisée.

Thibault Gouriou

Ex-préparationnaire au Lycée Michel de Montaigne à Bordeaux, actuellement étudiant à Audencia, je fais partie de la team rédacteurs en ESH pour Major Prépa.