Comment s’organiser en géopolitique en prépa ECS ? Comment s’organiser en géopolitique en prépa ECS ?
En arrivant en prépa, la méthode en histoire-géographie que vous aviez au lycée ne sera sûrement plus adaptée. La quantité de connaissances à assimiler... Comment s’organiser en géopolitique en prépa ECS ?

En arrivant en prépa, la méthode en histoire-géographie que vous aviez au lycée ne sera sûrement plus adaptée. La quantité de connaissances à assimiler va sûrement vous obliger à repenser vos méthodes. A titre personnel, j’ai mis plus de 6 mois avant d’avoir ma méthode et ça m’a fait perdre énormément de temps. Alors, pour t’éviter ce genre de soucis, voici mes conseils et les méthodes que j’ai utilisé en prépa. NB: Libre à chacun de trouver une méthode qui lui est propre, il ne s’agit là que de conseils qui m’ont bien aidés et qui ont porté leurs fruits avec d’autres.

 

Comment ficher son cours?

Tout d’abord, il faut bien comprendre que pendant votre mois de révisions, si vous avez des notes trop exhaustives, il sera impossible de tout revoir en 3 semaines (sauf cas exceptionnel : dédicace aux préparationnaires de l’année passée). Hors, il est toujours mieux de ne pas faire d’impasses, en géopo tout est lié et on tombe trop souvent sur le truc qu’on a laissé de côté.

Il faut donc faire des notes assez synthétiques, tout en gardant des illustrations précises qui vous permettront de faire la différence. Pour les auteurs, si votre professeur vous en donne vraiment beaucoup, vous pouvez choisir de ne garder que ceux avec lesquels vous vous sentez à l’aise, les correcteurs sentent tout de suite quand on ne maîtrise pas bien sa référence. Le plus important, c’est surtout de garder la colonne vertébrale, le raisonnement ou le plan qui permet de répondre à une question. En géopolitique, on n’expose pas, on argumente une opinion.

En résumé, il faut bien assimiler les éléments clés qui orientent l’argumentation en « l’habillant » avec des illustrations et auteurs pertinents. À titre personnel, je faisais pendant le cours une fiche cours et une fiche plan dans laquelle je ne mettais que des mots-clés. Je mettais le vocabulaire pertinent en vert, les auteurs en bleu, les exemples en rouge. Je suis persuadé que toujours associer une couleur à un type d’information m’aidait dans la mémorisation.

 

Comment apprendre son cours?

Ici, un seul mot d’ordre : la régularité ! Il y aura tellement d’informations à assimiler que si vous laissez passer trop de temps, il sera deux fois plus dur (et long) à apprendre. En deuxième année, je prenais environ 40-45 minutes pour apprendre mon cours tous les soirs. Je me servais uniquement de ma fiche plan avec les mots-clés. A partir de cette fiche, je reconstituais tout le cours, en activant VRAIMENT ma mémoire au lieu de simplement lire le cours. J’utilisais les 15 minutes qui me restait pour faire du travail sur l’actualité, préparer des accroches possibles…

Comment tirer le meilleur des colles?

Question piège : personnellement, je vous conseille de ne pas préparer vos colles. L’intérêt de la colle, c’est justement de se mettre en difficulté et de voir si on est capable de raisonner et de tirer parti des connaissances qu’on a. Si vous laissez passer le cours du matin pour préparer la colle du soir, vous aurez pris un jour de retard. Et comme expliqué plus haut, ce sera beaucoup plus dur à rattraper ensuite. Gardez en tête que ce qu’on vise, c’est la réussite aux concours et pas à la colle.

En revanche, toutes les remarques faites par vos professeurs sont bonnes à prendre. Quand vous avez le temps, il est toujours utile de noter ces remarques. Avoir un cahier de colles où vous prenez les corrections vous rendra service avant vos prochains DS ou prochaines colles.

Idem pour vos DS, c’est sans doute un des tips essentiels pour faire des progrès en géopolitique. Toujours bien reprendre votre copie, pour éliminer toutes les mauvaises formulations, et corriger toutes les petites erreurs qui altèrent l’impression générale que le correcteur se fera de votre copie.

 

 Quelques petits conseils personnels pour finir

– Préparer plusieurs études de cas un peu « passe-partout » pour chaque région du monde. Avoir des connaissances pointues et pertinentes fera indéniablement la différence lors du concours. Par exemple, j’avais préparé pendant mes deux années de prépa des études de cas sur la gestion des eaux du Mékong et la Banque Asiatique pour les Infrastructures qui étaient prêtes à être utilisée sur n’importe quel sujet de géopolitique en Asie ou une étude de cas sur Kinshasa utilisable pour des sujets sur l’Afrique ou les villes.

– Bien suivre l’actualité et la ficher pour avoir des accroches d’actualités sous le coude pour tous les sujets sur lesquels vous pourriez tomber.

– Avoir un cahier/fichier word avec toutes les définitions importantes que vous devrez utiliser et qu’il faut connaître : mondialisation, métropole et plein d’autres évidemment…

 

Voilà, tu sais tout. Il n’y a plus qu’à s’y mettre et c’est gagné !

Geoffroy RIchard