Le futurisme en Italie : définition et caractéristiques Le futurisme en Italie : définition et caractéristiques
Le futurisme (il futurismo) est un mouvement artistique, politique et culturel créé par Filippo Tommaso Marinetti en 1909. Il revendique la vitesse (la velocità),... Le futurisme en Italie : définition et caractéristiques

Le futurisme (il futurismo) est un mouvement artistique, politique et culturel créé par Filippo Tommaso Marinetti en 1909. Il revendique la vitesse (la velocità), la violence (la violenza), la machinerie et la jeunesse (la giovinezza), et rejette les vestiges du passé. Cette mouvance s’est manifestée en Italie principalement, c’est pourquoi il vaut mieux être au fait de son influence. Il est tout à fait possible de devoir traiter un sujet sur le futurisme à l’oral, tu gagneras alors de précieux points si tu t’es déjà renseigné(e) et que tu es capable d’éviter les principaux écueils.

 

Le Manifeste du futurisme de Marinetti

C’est par l’intermédiaire de cet ouvrage que Filippo Tommaso Marinetti lance le mouvement futuriste en 1909. Ce manifeste (un manifesto), se voulant provocateur, exprime la volonté de s’affranchir du passé. Marinetti explique dans le prologue les raisons de la parution d’un tel texte : à la suite d’un accident de voiture, le fossé dans lequel il a atterri est rempli d’eau sale, d’une « eau des usines ». C’est cette eau qui lui dicte son appel « à tous les hommes vivants ».

Dans cet ouvrage, il explique ainsi les raisons pour lesquelles l’Italie ne semble pas évoluer. Pour lui, la société italienne est « envoûtée » par son passé (l’Empire romain notamment), ce qui l’empêche d’entrer pleinement dans l’ère du XXème siècle. Il faut alors passer par une refonte de la société, d’un point de vue architectural, social, culturel, etc. Cette nouvelle ère doit passer par une prise du pouvoir par les jeunes.

Le manifeste s’articule autour de plusieurs notions clés qui définissent le mouvement futuriste :

  • La vitesse et le mouvement doivent apparaître dans les œuvres futuristes. Ces dernières doivent s’en inspirer et leur rendre hommage, les moyens de transports contemporains sont élevés au rang de symbole de cette doctrine.
  • La violence est assumée et la guerre prônée. C’est un mouvement révolutionnaire et l’utilisation de la force comme moyen d’arriver à ses fins est envisagée.
  • La modernité est glorifiée, tout comme chaque manifestation du dépassement de l’état de nature par l’Homme. Les futuristes préfèrent les paysages urbanisés aux forêts, et l’industrie à la nature.
  • Le futur seul compte, et toute trace du passé ne doit pas être glorifiée mais détruite. La contemplation des vestiges du passé n’est en rien créatrice et apparait même comme une entrave au développement du pays.

 

Le futurisme dans les faits

Le futurisme est un mouvement principalement artistique et politique. Il se veut révolutionnaire et violent. Pour Marinetti, le passé doit être regardé de haut, l’Italie ne peut se féliciter éternellement du rayonnement que lui ont apporté l’Empire romain et la Renaissance. Pour que l’Italie retrouve son importance, elle doit se tourner vers le futur et ce par l’intermédiaire de la jeunesse. En effet, les futuristes se révoltent contre les institutions traditionnelles, qu’elles soient artistiques ou politiques, tout mouvement nouveau ne doit plus être regardé avec dédain mais passer au premier plan. L’industrie est plus enviable que la nature, et les avancées technologiques plus glorieuses que les vestiges du passé.

« Nous déclarons […] une nouvelle beauté, la beauté de la vitesse. Une voiture de course […] est plus belle que la Victoire de Samothrace. »

D’un point de vue artistique, le futurisme répond aux normes suivantes : les œuvres d’art mettent en scène la vitesse, elles donnent une impression de dynamisme, de continuité entre les mouvements. Marinetti voulait un art total, ainsi, toutes les formes d’art ont eu leur lot d’œuvres futuristes : peinture, musique, architecture, cinéma, etc.

L’Homme en mouvement d’Umberto Boccioni

 

Futurisme et fascisme

Après la Première Guerre Mondiale, les futuristes s’associent aux fascistes, même si ce rapprochement s’opère principalement par opportunisme, il existe des points communs entre ces deux mouvements. En effet, tous deux souhaitent faire converger économiquement le nord et le sud de l’Italie, l’expansion coloniale et la protection des plus démunis. Toutefois, de nombreux points de divergence apparaissent. Là où les fascistes souhaitent réhabiliter l’Empire romain, les futuristes veulent faire table rase du passé, qu’il soit glorieux ou non. Les événements passés sont vus comme un boulet qui ralentit l’Italie dans sa progression, et le fait de s’en féliciter l’entrave dans sa quête du renouveau. Par ailleurs, Mussolini se désintéresse de l’art, alors que celui-ci occupe une place de choix dans la doctrine futuriste qui souhaite installer un art d’État. Marinetti pense tout de même que le fascisme est une chance pour l’Italie en cela qu’il promeut la jeunesse et qu’il possède une énergie révolutionnaire qui s’approche de celle de son mouvement.

 

Voici donc une petite présentation de ce mouvement qui demeure méconnu. Il faut faire attention à ne pas trop le comparer au fascisme car certaines différences sont fondamentales. Si tu souhaites en apprendre plus, tu peux faire tes recherches sur Umberto Boccioni, par exemple, qui est un des plus éminents artistes futuristes. Tu peux retenir quelques noms pour en parler à l’oral si jamais tu tombes sur un sujet à propos de l’art italien et que tu veux être un peu plus original que ceux qui ne connaissent que la Renaissance. Tant que tu es sur le registre de l’art, tu peux également lire cet article sur le cinéma italien.

Bon travail et bonne chance !

Guillaume Segonne

Étudiant à l'emlyon après une prépa ECE à Marseille.