L’importance de la conclusion en dissertation d’ESH L’importance de la conclusion en dissertation d’ESH
On aurait pu appeler cet article : comment soigner sa sortie, ou comment faire son bouquet final ? Quoi qu’il en soit, en ESH,... L’importance de la conclusion en dissertation d’ESH

On aurait pu appeler cet article : comment soigner sa sortie, ou comment faire son bouquet final ? Quoi qu’il en soit, en ESH, la conclusion est un moment extrêmement important dans ta dissertation.

La conclusion est importante pour toi : après 3h30 de rédaction, parfois intensive, tu vois venir la fin et tu as envie de conclusion en beauté ton travail. Et puis, la conclusion peut parfois faire la différence avec d’autres copies d’un niveau similaire et aux concours il faut se différencier.  Mais elle est aussi importante pour le correcteur : d’abord, c’est très pratique pour un correcteur d’avoir une conclusion car on corrige et puis surtout, cela lui permet de voir si tu as bien compris les enjeux du débat. 

Si tu peux me crois pas, voici des extraits de rapports de jury : 

  • « Les conclusions se réduisent fréquemment à un paragraphe ou à une ou deux phrases. On a éventuellement droit à une ouverture imaginant un mode sans prélèvements obligatoires… » (ESSEC 2019)
  • « Tous les candidats ou presque répondent à la question en conclusion, et cela est plutôt nouveau et bien » (ESSEC 2018)
  • « Il convient de ne pas négliger la conclusion qui doit à la fois prendre position relativement à la question posée et ouvrir des perspectives. Les rumeurs que relaient certains étudiants selon lesquelles la conclusion n’est pas une partie importante du devoir sont inexactes : il arrive même qu’elle soit lue deux fois, immédiatement après l’introduction pour vérifier si le candidat sait ce qu’il voulait démontrer, et bien sûr à la fin de correction, où elle constitue alors la dernière impression donnée au lecteur. » (ECRICOME 2020)

Dès lors, je fais essayer de te présenter quelques méthodes pour essayer de faire la conclusion (presque) parfaite !

 

Les recettes d’une bonne conclusion

En dissertation d’ESH, ta conclusion doit toujours se comporter trois moments importants (qui ne sont pas forcément trois paragraphes distincts).

Comment commencer sa conclusion ? Personnellement, quand je n’avais pas d’autres idées (citation, fait, etc.) , j’aimais bien commencer ma conclusion par rappeler le sujet de façon brute. Ma première phrase de conclusion était ainsi le sujet tout simplement.

Rappeler le développement

Dans un premier temps, il faut rappeler le développement. La conclusion doit permettre au correcteur d’avoir une vision globale de ta dissertation. Ainsi, tu dois reconstituer le fil directeur et rappeler les différents moments-clés de ton développement (qui sont généralement tes parties) Il ne faut pas répondre à la problématique, il faut « simplement » rappeler ton développement.  Ce n’est pas la partie principale de la conclusion mais elle permet d’amener la réponse au sujet, coeur de la conclusion.

L’idéal est d’utiliser une phrase par moment-clé/partie. On peut ainsi imaginer la structure suivante pour le début de ta conclusion : 

– Idée de la première partie (1 phrase)

– « Cependant/D’un autre côté, idée de la deuxième partie » (1 phrase »)

(« Dès lors/C’est pourquoi, il est nécessaire de … idée de la troisième partie) (1 phrase) 

Cela ressemble peu ou prou à l’annonce de plan à la différence que ta conclusion tu ne cherches pas à présenter ce que tu vas faire mais à montrer l’idée que tu as développé dans chaque partie avec toutes ses nuances. Il ne faut pas paraphraser l’annonce de plan : il faut chercher à reconstituer le développement de façon précise et concise sans réargenter.

Répondre au sujet

Ensuite, il faut répondre au sujet. C’est le coeur de la conclusion en dissertation d’ESH ! Tu dois être capable de répondre à la question. C’est la thèse que tu as présenté tout au long de ton développement. Le correcteur doit être capable de saisir l’idée générale que tu as voulu développer. C’est ta réponse au sujet.

Pour bien présenter la réponse au sujet, il faut important, lorsque cela est nécessaire et pertinent, de rappeler l’introduction. Une « bonne » réponse au sujet est une réponse fait au regard des choix que tu as pu faire en introduction. Ainsi, par exemple, si tu as choisis de traiter uniquement l’aspect économique, commerciale ou financier de la mondialisation (car tu le jugeais pertinent vis-à-vis du sujet), il faut le rappeler avant de répondre au sujet. Il faut montrer que avec TES choix TES arguments on arrive à TA réponse.

Attention : tu dois rester humble. Il ne faut pas présenter sa réponse comme une vérité générale et absolue. Il faut toujours être mesuré dans ta façon de présenter la réponse.

L’ouverture

Pour terminer la conclusion de ta dissertation d’ESH, il est important d’ouvrir le sujet. Oui, il faut faire une ouverture. D’ailleurs, les jurys sont relativement clairs sur cette question. Ainsi, le rapport de l’épreuve ESSEC 2019 disait expressément : « Dans la conclusion, on attend une réponse à la question ainsi qu’un élargissement. » Il faut ainsi, sous forme interrogative ou non, ouvrir le débat sur le sujet. Evidemment, il faut mieux ne pas en faire qu’en faire bâclée et mauvaise. 

Elle peut prendre des formes variées : idée générale, citations, théories ou faits d’actualité. Par exemple, une idée intéressante mais hors-sujet est une bonne ouverture. L’ouverture « parfaite » est l’épanadiplose : terminer par ce que tu as commencé. Il s’agit de reprendre en ouverture l’accroche en y apportant un regard neuf. Si tu fais ça, le correcteur sera séduit ! 

Quelques exemples d’ouvertures :

Sur le sujet HEC 2020 (« Le capitalisme est-il soutenable ? »), on pouvait ouvrir son devoir sur la diversité des formes nationales et historique de capitalisme qui peut relancer le débat,  la nécessité de ne pas trop réguler/limiter le capitalisme qui peut être bénéfique ou même sur le système économique post-Covid19 (à cet égard, il ne faut pas considérer l’ouverture sur l’après-coronavirus comme l’ouverture magique !).

Sur le sujet ESCP 2020 (« Faut-il craindre le retour de la concentration industrielle ? »), on pouvait ouvrir sur la politique de la Commission européenne en matière de concurrence ou sur une fusion d’actualité (Fiat-PSA par exemple).

 

Faut-il préparer sa conclusion à l’avance ? 

Sur cette question, deux points de vue s’opposent. D’un côté, ceux qui veulent écrire la conclusion après avoir rédigé leur dissertation pour avoir une vision d’ensemble du devoir fini au risque de se précipiter. De l’autre côté, ceux qui préfèrent la rédiger au propre avec l’introduction et la recopier à la fin au risque d’oublier certains aspects. Tout dépend de ton profil !

Pour ceux qui sont capable de rédiger leur dissertation rapidement et de se laisser minimum 30 minutes pour la conclusion et la relecture, aucun problème : tu peux attendre la fin pour conclure. Tandis que pour ceux qui vont être obligé de se dépêcher et de bâcler la conclusion pour être le temps, mieux vaut la faire avant de rédiger le développement. Un seul mot d’ordre : pas de conclusion bâclée ! 

Il faut quoiqu’il end oit commencer son développement avec une certaine idée de la conclusion (citation à utiliser, ouverture(s) possible(s), etc.) pour permettre d’être efficace à la fin de l’épreuve. N’hésite pas, sans trop t’y attarder, à noter au fur et à mesure de ton développement ou au début de l’épreuve, des idées de conclusions ou d’ouverture qui émergent dans ton esprit.

 

Derniers conseils sur la mise en forme

Pour terminer, quelques conseils de mise en forme pour bien soigner ta conclusion. La conclusion est libre sur le format à avoir. On peut avancer quand même deux conseils sur la conclusion : deux alinéas sont préférables (un alinéa au début et un alinéa pour l’ouverture) et bien séparer la conclusion de la dernière partie.

Enfin, la longueur de la conclusion importe peu. Une demi-page suffit amplement. L’essentiel est ne pas en faire trop ou pas assez.

 

À retenir

La conclusion est ainsi un moment important dans ta dissertation d’ESH que tu ne dois négliger sous aucun prétexte en ayant toujours en tête ses trois éléments :

1. Toujours soigner sa conclusion ! 

2. Le triptyque de la conclusion : rappeler, répondre, ouvrir. 

3. Lis des bonnes conclusions. Va sur la Grange à copie de Major-Prépa ou sur les annales de la BCE, lis les conclusions des meilleures copies et inspire-toi-en pour le jour J !

Jean-Baptiste Bochet

Etudiant à ESCP, ancien étudiant ECE au Lycée Champollion (Grenoble).