Préparer efficacement ses colles d’ESH Préparer efficacement ses colles d’ESH
D’ici quelques jours, les premières interrogations orales vont commencer dans la plupart des classes préparatoires. Redoutées par certains, attendues avec impatience par d’autres (non... Préparer efficacement ses colles d’ESH

D’ici quelques jours, les premières interrogations orales vont commencer dans la plupart des classes préparatoires. Redoutées par certains, attendues avec impatience par d’autres (non j’déconne…) : celles-ci sont l’occasion pour les étudiants de réviser intensivement les chapitres sur lesquels vont porter leurs interrogations.

En effet, la vertu principale de la colle est de permettre de réviser efficacement, chapitre après chapitre, le programme d’ESH de première ou de deuxième année. Cet exercice exigeant requiert par conséquent une préparation efficace, qui vous permettra à la fois de retenir sur le long terme vos cours et de réussir avec brio votre oral d’ESH.

Au risque d’en agacer à nouveau certain, je le répète, vous pouvez très bien le faire gratuitement ! 🙂

 

I). Réviser son cours

  • Je pense qu’il s’agit là d’une évidence : si vous avez une colle sur le chapitre X, programmée pour la semaine prochaine, vous feriez bien de vous mettre à réviser ce chapitre X. Toute la question est de savoir comment s’y prendre : et là, il faut garder en tête un objectif de long terme, celui du concours.
  • Je conçois que pour les premières années, cette perspective du concours doit leur sembler bien lointaine. Hélas ( – et tant mieux, puisque cela signifie que ce bagne finit par se terminer), vous allez devoir passer un concours d’ici quelques mois ! Au vu de l’étendu du programme, il est opportun de commencer à s’y prendre dès les premiers mois de la classe préparatoire.

 

Qu’est-ce que ça signifie “réviser son cours” ?

 

  • Dans un premier temps, je dirais qu’il ne faut pas s’éparpiller : il vous faut trouver une source fiable sur laquelle vous appuyer. Prenons le cas d’un étudiant qui n’aurait pas d’excellents cours en classe […], ce dernier souhaite réviser le chapitre sur l’Histoire de la pensée économique : je lui conseillerais de n’utiliser comme base que le très bon ouvrage de J. Valier intitulé Brève histoire de la pensée économique. Tout ce dont il aura besoin y figure, et y est expliqué très clairement. Autre exemple, si vous devez réviser un chapitre de deuxième année mais que votre cours n’est pas tip top, songez à ficher le Précis d’économie d’Emmanuel Combes, véritable institution en ECE.
  • Une fois votre unique source trouvée (que vous pouvez enrichir par-ci et là d’articles rédigés par Major Prépa :D), dans un deuxième temps, réviser son cours signifie connaître la structure de son cours : que ce soit un chapitre d’un livre, ou même le cours de votre professeur, celui-ci est réfléchi. Par conséquent, connaître par coeur le plan de votre cours vous sera bénéfique pour construire le plan de votre colle ! Eh oui, parfois il ne faut pas chercher midi à 14h : le plan est juste sous votre nez, vous pouvez vous inspirer de la logique de votre professeur.
  • Dans un troisième temps, réviser son cours signifie maîtriser parfaitement les notions et concepts abordés en classe. D’une part, vous devez avoir des bases solides en économie et donc, expliquer des notions et des concepts abstraits au cours de votre raisonnement ; d’autre part, votre interrogateur se fera un malin plaisir à vous cuisiner là-dessus. Anticipez la boucherie : préparez-vous une petite fiche où vont figurer à la fois les notions, concepts et définitions clés de votre chapitre, que vous relirez tout au long de l’année en vue du concours.
  • Pour terminer, réviser son cours c’est maîtriser des auteurs et les articulations entre les différentes thèse défendues par ces derniers. Exemple : vous êtes en plein dans la mondialisation économique, et plus particulièrement, les théories du commerce international. Il ne faut surtout pas apprendre par coeur, de manière déconnectée les unes des autres, les théories que votre professeur vous a enseigné : il faut connaître les débats théoriques qui existent entre les uns et les autres. Sans quoi, votre colle ne sera que pure restitution de cours et non compréhension des enjeux théoriques cachés sous ces théories. A vous de voir comment telle hypothèse de l’auteur A a été contredite par l’auteur B, ce qui remet en cause profondément la thèse de l’auteur A… Faites-vous une fiche où figure l’ensemble des auteurs, et essayez d’analyser les articulations qui peuvent exister entre eux.

Conclusion : Réviser son cours requiert une certaine méthode. Pour ceux qui ont la chance d’avoir de bons cours, il faut s’y prendre dès la première heure de cours achevée : en vous contraignant à relire chaque soir vos cours de la veille, en posant des questions en classe là où vous avez des difficultés, etc. Une fois le cours définitivement achevé, vous devez rapidement terminer les étapes 2 et 3, c’est-à-dire en quelques jours, sans quoi vous allez devoir réviser la veille pour le lendemain. Les futurs experts en la mémoire que vous êtes savent qu’il faut s’y prendre sur le long terme pour retenir 🙂 

 

II.) Et après ?

  • Réviser son cours, ce n’est pas une mince à faire, je vous l’accorde. Mais il y a une chose fondamentale à savoir avant de se rendre à sa première colle : maîtriser la méthodologie de la colle en elle-même. Je vous copie-colle les conseils de CET article.

Généralement, il y en a une fois toutes les deux semaines. Ce moment agréable durera environ 40 minutes. Votre examinateur (souvent votre professeur) vous donnera un sujet qui portera sur le thème que vous avez abordé en classe, vous aurez 20 minutes pour le préparer puis 20 minutes de passage.

Durant les 20 minutes de préparation :

  1. l’introduction : il doit y avoir une phrase d’accroche (chiffre, citation, actualité…), définir les termes du sujet, la problématique (souvent l’intitulé du sujet) puis le plan en deux ou trois parties et enfin la conclusion
  2. Comme pour une dissertation, un plan rigoureux avec des transitions soignées sur lesquelles vous devez insister pour que l’examinateur puisse suivre ce que vous dites.

Durant les 20 minutes de passage :

  1. Keep calm, mains sur la table, vous déroulez ce que vous avez préparé en toute sérénité pendant dix minutes.
  2. Le correcteur reprend ce que vous avez présenté et vous pose des questions plus ou moins en lien avec ce que vous avez fait.

Profitez de ce moment pour poser des questions sur des points que vous n’auriez éventuellement pas compris, et intégrer au mieux les conseils qu’il vous donne.

 

  • Mais pour les plus acharnés d’entre vous, vous pourriez même anticiper vos colles : regardez les sujets qui sont donnés sur votre chapitre. De nombreux professeurs de CPGE font un travail remarquable sur Internet en proposant leurs ressources, notamment les sujets de colles qu’ils donnent en fonction des chapitres étudiés. Je pense par exemple au site du professeur Jérome Villion : http://jeromevillion.free.fr/
  • Anticiper les sujets de colles vous permettra de ne pas être extrêmement surpris par les problématiques auxquels vous serez confrontés le jour J : n’hésitez pas à vous entraîner et à vérifier que vous maîtrisez bien votre cours.
  • Un entraînement régulier finira par payer : il faut se confronter à la difficulté pour s’améliorer. Plus les semaines passent, plus vos notes augmentent car vous finissez par être rodés à l’exercice.
  • Enfin, apprenez par coeur vos corrigés de colle et leur plan! Vous finirez par remarquer des récurrences pour certains types de plan : les sujets “X et Y” invitent à ce que l’on analyse les effets de X sur Y et de Y sur X, etc.

Assia Hadj-Ahmed

Etudiante à l'ENS Ulm en Sciences sociales et à l'ESSEC en M2, je suis rédactrice en chef en CG/Philo et je gère l'équipe de rédaction A/L et B/L du site.

No comments so far.

Be first to leave comment below.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *