Interview de Garance, étudiante à ESCP Europe en double-diplôme Interview de Garance, étudiante à ESCP Europe en double-diplôme
Après sa classe préparatoire dans un lycée francilien, Garance a intégré ESCP Europe. Elle effectue actuellement un double-diplôme avec une prestigieuse université italienne, plus... Interview de Garance, étudiante à ESCP Europe en double-diplôme

Après sa classe préparatoire dans un lycée francilien, Garance a intégré ESCP Europe. Elle effectue actuellement un double-diplôme avec une prestigieuse université italienne, plus précisément à Venise.

 

Où as-tu étudié avant d’intégrer ESCP Europe ?

Après avoir étudié au lycée français de Rome, je suis rentrée en France pour faire deux ans de classe préparatoire ECS au lycée Lakanal.

 

Quand as-tu pris la décision d’effectuer un double-diplôme ?

J’avais toujours eu en tête l’idée de retourner en Italie pour une partie de mes études étant donné que je suis particulièrement attachée à ce pays. Dès mon arrivée à ESCP Europe, je m’étais renseignée sur les possibilités et j’avais repéré le double diplôme avec l’université Ca’ Foscari à Venise. J’aurais pu également choisir le campus de ESCP Europe à Turin, mais j’étais davantage attirée par la ville de Venise.

 

Comment as-tu choisi ta destination ? As-tu hésité avec d’autres villes ?

Il n’a pas été simple de choisir parmi les 33 accords de doubles-diplômes et les 130 accords d’échanges que propose l’école. J’ai hésité avec l’échange à la LUISS à Rome, mais le fait de partir pour une période plus longue (un an) en double-diplôme plutôt que quatre mois en échange m’a fait pencher pour Venise. J’avais envie de découvrir la ville en profondeur, de prendre le temps de développer des relations et des habitudes, je souhaitais rester en Italie plus de 6 mois afin de m’imprégner au maximum de la culture locale et d’avoir plus de temps pour enrichir mon réseau sur place.

Venise est un endroit magique et extrêmement agréable à vivre. C’est une ville à la fois très stimulante culturellement, et en même temps complètement à taille humaine, où il est facile de tisser des liens avec les voisins, les serveurs du café d’à côté, ou bien les autres étudiants. Il y a un véritable petit monde vénitien au-delà de l’aspect ville touristique auquel on pourrait facilement s’arrêter. C’est aussi une ville tellement spéciale en tant qu’espace de vie que tout doit être adapté, du ramassage des ordures aux urgences de l’hôpital : chaque jour réserve son lot de surprises et je suis loin d’avoir terminé de découvrir chaque recoin de la ville.

 

Quels sont les avantages d’un double-diplôme ? As-tu rencontré des difficultés majeures ?

Comme expliqué ci-dessus, à mes yeux l’avantage majeur du double-diplôme est d’offrir la possibilité de rester un an et de s’immerger complètement dans un système universitaire étranger. L’Italie est un pays voisin mais les études ne fonctionnent pas du tout de la même façon ! Il n’est pas obligatoire de savoir parler italien pour partir en double-diplôme mais j’ai moi-même fait le choix de suivre uniquement des cours en italien, ce qui m’a permis de rencontrer beaucoup d’étudiants locaux. L’atmosphère universitaire de la Ca’ Foscari est extrêmement enrichissante : j’ai eu l’occasion de travailler sur des projets avec des étudiants qui ont des parcours très différents (études de langues, d’art, etc..), et cette diversité de regards est véritablement stimulante. Enfin, le double-diplôme permet (comme son nom l’indique) d’obtenir un diplôme italien, ce qui peut être intéressant si l’on souhaite travailler en Italie.

Les difficultés ont été surtout d’ordre administratif (comprendre comment fonctionne le choix des cours, comment fonctionnent les examens et plus globalement le cursus universitaire) mais l’équipe de la Ca’ Foscari est très à l’écoute des élèves qui choisissent d’effectuer un double-diplôme.

 

Comment s’est passé le processus de sélection des doubles-diplômes ?

De manière générale, les étudiants de ESCP Europe peuvent postuler à deux doubles-diplômes maximum. J’ai dû remplir un questionnaire avec mes choix, puis joindre une lettre de motivation et un CV. Si l’université partenaire demande des documents spécifiques (GMAT, TOEFL…), il faut aussi les fournir à ce moment. Vers novembre de l’année précédant mon double-diplôme, ESCP Europe a donc transmis ma candidature à la Ca’ Foscari, qui répondu positivement à ma demande en décembre.

 

Comment souhaites-tu capitaliser sur ce double-diplôme pour le début de ta carrière ? Souhaites-tu travailler en Italie ?

Je ne suis pas encore bien décidée sur le début de ma carrière, mais ce qui est sûr c’est que si j’ai l’opportunité de rester à Venise je le ferai sans hésiter ! Au-delà de Venise, étudier pendant un an en Italie m’a permis d’acquérir des connaissances sur la situation économique et politique du pays, ce qui me servira très probablement si je décide de travailler en Italie. Cette année à Venise m’a aussi permis d’améliorer nettement mon italien.

 

En dehors de l’aspect linguistique, qu’est-ce que ce double-diplôme va t’apporter sur le marché du travail ? Est-ce un avantage pour travailler dans une entreprise italienne ?

C’est définitivement un avantage pour travailler en Italie. Bien que ESCP Europe soit connue en Italie, avoir un diplôme d’une université italienne renommée donne une légitimité supplémentaire, et avoir suivi des cours et travaillé sur des projets en italien prouve également que je maîtrise la langue. Enfin, étudier à l’université italienne permet d’acquérir des codes sociaux et de comprendre en profondeur la culture italienne.

 

Quelles matières as-tu étudié à Venise ? Quelle spécialisation as-tu suivi ?

Au premier semestre, j’avais le choix parmi une très large offre de cours, et j’ai choisi de me spécialiser dans l’agroalimentaire et le développement durable en suivant des cours sur ces sujets-là. Au second semestre, je n’ai pas suivi de cours académiques mais j’ai participé à un projet entrepreneurial d’une durée de huit semaines sur le thème de l’identité et de la traçabilité des produits agroalimentaires italiens. C’était une opportunité incroyable : j’ai eu l’occasion de travailler en direct avec les syndicats du Prosecco, du Grana Padano, ou de l’huile d’olive de Toscane afin de présenter à la fin des huit semaines un projet qui réponde aux problématiques auxquelles ces acteurs font face. Ironie du sort, notre projet a remporté le concours et nous avons donc gagné… un voyage à Paris !

 

Peux-tu nous en dire plus sur ton organisation et la charge de travail ? As-tu passé des examens pour le Master 2 aussi en France ou seulement en Italie ? As-tu du rédiger deux mémoires ?

Mon année s’est déroulée entièrement à Venise, j’ai pu valider tous mes crédits en passant uniquement des examens ici et en rédigeant également mon mémoire au sein de l’université Ca’ Foscari. Faire le choix d’un double-diplôme ne m’a donc pas donné une charge de travail supplémentaire.

Enfin, selon toi, quelles qualités doit-on avoir si on veut faire un double-diplôme ?

Il faut être patient et savoir s’adapter aux différentes situations. Pour ma part j’ai mis deux mois à comprendre comment le système de cours et d’examens fonctionnait ! C’est d’autant plus vrai à Venise où la configuration de la ville fait que les choses se passent parfois au ralenti, mais il faut apprendre à faire avec. Il faut aussi être curieux et avoir extrêmement envie d’apprendre, à la fois des cours de l’université partenaire, mais aussi et surtout des gens que l’on rencontre.

 

Les résultats d’admission du Master in Management Grande Ecole de ESCP Europe sont disponibles à partir du jeudi 4 avril 2019 à 17h sur le site de l’école : www.escpeurope.eu/results

 

Camille Doux