LV2 espagnol IENA 2020 – Analyse et corrigé du sujet LV2 espagnol IENA 2020 – Analyse et corrigé du sujet
On te propose d’analyser le sujet de LV2 espagnol tombé ce matin pour la banque d’épreuve IENA 2020. Tu peux retrouver le sujet ici.... LV2 espagnol IENA 2020 – Analyse et corrigé du sujet

On te propose d’analyser le sujet de LV2 espagnol tombé ce matin pour la banque d’épreuve IENA 2020. Tu peux retrouver le sujet ici. On passera en revue dans cet article les difficultés du sujet, et les erreurs qu’il fallait éviter.

Version

Le passage à traduire de cette épreuve d’espagnol LV2 IENA 2020 était extrait du journal El Pais. Tu trouveras dans la suite de l’article les quelques points qui ont pu poser difficulté et sur lesquels il est bon de revenir. Il ne s’agissait pas d’un texte d’une grande difficulté. Les mots étaient en général connus par les étudiants. Le principal risque était le contre-sens si l’on comprenait de travers cotas de crecimiento. Il fallait aussi faire attention à ne pas trop vouloir reproduire les tournures espagnoles.

Dans les premier paragraphe, il fallait veiller à ne pas lire trop vite la phrase Son los “ciudadanos críticos” que define la politóloga Pippa Norris: demócratas insatisfechos con el funcionamiento de la democracia et à bien comprendre que le sujet de define était la politóloga Pippa Norris. On pouvait dès lors traduire la phrase ainsi :

Il s’agit des « citoyens critiques » / Ce sont les « citoyens critiques » que la politologue Pippa Norris définit / qui sont définis par la politologue Pippa Norris : des démocrates insatisfaits par le fonctionnement de la démocratie.

Dans le second paragraphe, altas cotas de crecimento pouvait se traduire par « forts taux de croissance ». Hizo experimentar pouvait poser des difficultés pour la traduction. L’utilisation d’« expérimenter » rend une phrase française assez maladroite, trop calquée sur l’espagnol.

Acabar con signifie mettre un terme ou encore mettre fin.

Une des possibilités était de traduire la phrase ainsi : Pour ce qui est du Chili / Concernant le cas chilien, le modèle de développement, qui permit au pays de traverser / connaître une période de forte croissance par le passé, ne mit pas fin aux déséquilibres1 les plus lancinants / douloureux, notamment à la violente inégalité.

1 : le terme « inégalités » aurait pu convenir également en général, mais il aurait entraîné une répétition

El pasillo signifie le couloir.

Recorrer signifie parcourir.

Verse amenazado signifie se sentir menacé.

Thème

Phrase 1 : Plus les gouvernements ont recours à l’armée pour contrôler les manifestations, plus celles-ci redoublent de vigueur.

Le point grammatical est la tournure plus…plus…. La phrase nous indique que l’on est dans le réel. Il ne fallait donc pas utiliser le subjonctif, mais bien l’indicatif. On pouvait donc traduire ainsi :

Cuanto más recurren los gobiernos al ejército para controlar las manifestaciones, más redoblan aquellas de vigor.

Phrase 2 : C’est le 24 octobre 2019 que l’exhumation de Franco a eu lieu.

Le point grammatical ici était l’emphase. Voici une façon de traduire la phrase :

Fue el 24 de octubre de 2019 que tuvo lugar / ocurrió la exhumación de Franco.

Phrase 3 : Elle a beau suivre les conseils, elle ne parvient pas à finir son rapport.

Le point grammatical ici était la tournure « avoir beau ». On était à nouveau dans le réelle, d’où cette proposition de traduction :

Por más que sigue los consejos, no consigue / logra terminar su informe.

Phrase 4 : Venez vers 6h et apportez tous vos dossiers. Nous regarderons cela ensemble.

Les étudiants étaient ici attendus sur l’impératif présent pour deux verbes courants et irréguliers.

Vengan a las seis y traigan todos sus dossiers. Miraremos esto juntos.

On pouvait aussi considérer qu’il s’agissait, non pas du vouvoiement, mais de la 2ème personne du pluriel. Auquel cas on aurait : Venid a las seis y traed todos vuestros dossiers. Miraremos esto juntos.

Phrase 5 : J’irai à cette fête, quoi que tu en penses !

La difficulté était l’expression « quoi que tu en penses » qui ne peut pas se traduire mot pour mot.

¡Iré a esa fiesta, pienses lo que pienses / no importa lo que pienses!

Phrase 6 : Si les investisseurs aimaient le risque, à l’avenir ils miseraient sur l’IBEX 35.

Une phrase un peu plus complexe car elle utilise le conditionnel, le verbe gustar. A cela s’ajoute une petite difficulté de vocabulaire avec le verbe « miser ».

Si a los inversores les gustara el riesgo, en el porvenir apostarían por el IBEX 35.

Phrase 7 : Les entreprises qui s’impliqueront dans le développement durable auront des réductions d’impôts.

Las empresas que se impliquen en el desarrollo sostenible tendrán reducciones de impuestos.

Phrase 8 : Les migrants vont continuer à traverser l’Amérique centrale tant que la pauvreté sera une réalité.

Le point grammatical sur lequel tu étais attendu étaient la traduction de « tant que ».

Los migrantes van a continuar / continuarán cruzando América central mientras la pobreza será una realidad.

Phrase 9 : Depuis 2 ans, le défi le plus important est de trouver un accord entre les partis.

Il ne fallait surtout pas oublier le hace après desde, et bien faire attention au superlatif : on pouvait employer mayor, ou bien el desafio más importante mais surtout pas el desafio el más importante qui constitue une erreur grammaticale.

Desde hace dos años, el mayor desafío es encontrar un acuerdo / llegar a un acuerdo entre los partidos.

Phrase 10 : Il va falloir lutter efficacement et durablement contre le réchauffement climatique.

La difficulté était l’enchaînement de deux adjectifs de manière.

Habrá que luchar eficaz e durablemente contra el cambio climático.

Questions d’expression

La première question portait sur l’article. Il fallait expliquer pourquoi les protestations d’étendent sur tout le continent latino-américain. Les pays d’Amérique latine ont des problèmes communs, qu’il s’agisse des inégalités, des difficultés économiques ou des politiques mises en place. Les pays souffrent en fonction du contexte économique mondial qui les affecte tous, avec certes quelques différences, mais ils font face à des problèmes similaires au même moment. La déception vis-à-vis des élites et des politiques est un sentiment partagé par de nombreux pays latino-américains.

La seconde question de cette épreuve d’espagnol LV2 IENA 2020 était la question d’expression personnelle et invitait les candidats à s’interroger sur une « fatigue démocratique ». La question soulignait qu’il fallait parler de l’Amérique latine actuelle. On pouvait songer à parler des scandales de corruption (Odebrecht, Petrobras, …), d’un sentiment de méfiance envers les hommes politiques, les élites, et des politiques publiques parfois infructueuses, parfois controversées menées par certains Etats, comme le barrage de Belo Monte par exemple. Tout cela devait bien sûr reposer sur des exemples précis !

Retrouve toute l’actualité des concours dans la rubrique Inside concours !

Laurène Gaudin

Etudiante à Audencia Business School après 3 années au Lycée la Bruyère (Versailles).