Pourquoi continuer ou se mettre au sport pendant sa prépa ? Pourquoi continuer ou se mettre au sport pendant sa prépa ?
La classe prépa est souvent perçue comme une période de deux (ou trois) années pendant laquelle il faut entièrement se consacrer à ses révisions... Pourquoi continuer ou se mettre au sport pendant sa prépa ?

La classe prépa est souvent perçue comme une période de deux (ou trois) années pendant laquelle il faut entièrement se consacrer à ses révisions et donc mettre entre parenthèses sa vie sociale et ses loisirs. Pourquoi alors s’encombrer d’une activité sportive ? Tout simplement parce que cette dernière vous permettra de conserver un équilibre global.

En effet, il est très important de continuer à avoir des moments qui permettent de couper avec la prépa si l’on souhaite être performant sur le long terme. D’où l’importance de consacrer quelques moments au sport dans vos agendas très chargés. Le sport permet en effet de se changer les idées, de se défouler, de rester en forme (à la fois physiquement et mentalement) et de se ressourcer.

 

Quels sont les bienfaits du sport pendant la prépa ?

Le sport est un précieux allié dans la vie en général mais plus précisément pendant deux ou trois années intenses de révisions.

• Il permet de rester positif : le sport est essentiel pour le mental car il permet de se ressourcer et d’évacuer tous les tracas de la prépa. Vous êtes énervé ou triste après avoir minoré un DS ? Allez vous défouler et prenez du recul. La classe prépa n’est pas un 100 mètres mais un marathon où la patience et la ténacité font la différence.

Il permet d’être plus efficace dans le travail : le sport permet de penser à autre chose et constitue une pause parfaite pour reprendre le travail personnel par la suite.

• Il permet de se faire du bien : après 30 ou 40 minutes d’efforts cardiovasculaires, le cerveau sécrète des endorphines afin de soulager la douleur. Naît alors un sentiment de plaisir voire d’euphorie. Ce sentiment peut même durer après l’effort.

• Il permet de gérer son stress : car il est un moment pour soi-même qui permet de se changer les idées et de ne plus penser à ses résultats et aux futures échéances.

Il permet de rester en forme physiquement : chaque sport permet de brûler un nombre plus au moins important de calories. Le sport permet également de gagner en masse musculaire et donc d’augmenter naturellement votre métabolisme.

Il permet de développer certaines qualités : le sport est fondamental dans la mesure où il vous apprend à vous dépasser et vous encourage à ne jamais rien lâcher. En prépa comme en sport, ceux qui ne se découragent jamais sont récompensés.

Si vous ne faisiez pas beaucoup de sport, vous avez alors tout intérêt à dégager une petite heure dans la semaine pour vous y mettre.

À l’inverse, si vous aviez l’habitude de faire 10 heures de sport par semaine au lycée, il sera évidemment difficile de maintenir le même rythme en prépa et donc d’être aussi performant. Peu importe le ou les sport(s) que vous préférez, l’important est de se faire plaisir et peut-être d’abandonner (temporairement) vos objectifs de performances pendant la prépa. Il est normal de perdre un peu en condition physique lorsqu’on travaille toute la journée. L’important est alors d’avoir une approche positive. Vous allez certainement courir ou nager moins vite, moins longtemps, vous ne serez peut-être pas en mesure de faire des courses à haute intensité pendant 90 minutes sur un terrain de foot. Rien de grave. Pensez simplement à vous dépenser et à vous faire plaisir.

Vous aurez ensuite tout le temps, une fois en école, de reprendre le sport plus sérieusement.

 

Quel(s) sport(s) pratiquer en prépa ?

Il y a des sports plus accessibles que les autres et qui vont vous permettre d’optimiser votre temps. Il est évidemment plus difficile d’aller skier que d’aller courir entre 20 h et 21 h. Il est alors important de trouver des sports qui vous permettent de faire un effort conséquent en un laps de temps restreint. Les sports de type « cardio » seront alors par définition plus efficaces. Néanmoins, il faut aussi chercher à se faire plaisir à travers le sport.

• La course à pied : seul ou en groupe, la course à pied est le sport idéal pour différentes raisons : elle est facile à pratiquer et peu importe l’endroit où se situe votre prépa, elle est gratuite, elle prend peu de temps et enfin elle peut s’organiser n’importe quand, si vous avez un moment de libre ou si vous avez terminé votre DM de maths plus vite que les autres ! En effet, la course à pied est certainement l’un des sports les plus faciles à concilier avec la prépa car elle permet de se dépenser rapidement et vous permettra, avec deux ou trois sorties par semaine, de conserver une très bonne condition physique.

• La natation : nager est extrêmement bénéfique pour la condition physique car cela permet de travailler au niveau cardiovasculaire et d’éviter de sortir la nuit ou en hiver lorsqu’il fait froid. La natation permet également de travailler au niveau musculaire sans pour autant avoir des courbatures excessives. C’est donc un sport tout particulièrement indiqué pour optimiser son temps. Une séance de 30 minutes à une heure est assez simple à mettre en œuvre. Cependant, il faut avoir une piscine à proximité. Toutefois, si la piscine se situe à cinq ou 10 kilomètres , vous pouvez toujours vous y rendre en vélo, ce qui vous permettra de concilier les deux sports.

• Le foot, le basket, le handball, le rugby… : bref, tous les sports d’équipe. Tous ces sports possèdent un avantage commun : ils permettent de concilier vie sociale et effort physique. Néanmoins, il faut avoir un terrain à proximité et il est plus difficile d’organiser un match à la dernière seconde. Vous aurez en effet certainement du mal à motiver 10 potes pour vous suivre au dernier moment. Il faut alors organiser un ou des rendez-vous chaque semaine au même horaire afin que cela devienne une habitude. Cependant, il est parfois plus facile d’aller jouer au foot avec des amis que d’aller courir ou nager tout seul.

La muscu : mis à part le fait qu’il faille payer un abonnement, la musculation possède beaucoup d’avantages aussi bien pour les hommes que pour les femmes. Elle permet de faire un effort intense en moins d’une heure. Inscrivez-vous à la salle avec un ami avec qui vous serez sûr de vous motiver au cours de la prépa. De plus, certaines salles possèdent l’avantage d’avoir un sauna ou une piscine, ce qui vous permettra de vous détendre à la fin de vos séances. Par ailleurs, souscrire un abonnement permet d’avoir accès aux vélos ou aux tapis roulants, ce qui vous permettra si vous le souhaitez d’alterner entre muscu et cardio (et de ne plus avoir d’excuses pour ne pas aller courir lorsqu’il pleut !).

• La marche : certes, ce n’est pas le sport le plus physique mais c’est toujours mieux que rien. Pour se ressourcer seul ou pour sortir avec des copains, la marche permet de s’aérer et de penser à autre chose qu’à la prépa. Si vous avez une forêt ou un endroit de ce type pas loin de votre prépa, c’est l’occasion d’y faire un tour. Si vous pensez que vous n’êtes pas assez sportif et que vous n’avez jamais couru, mieux vaut aller marcher régulièrement que d’être « dégoûté » par un jogging et de ne plus rien faire. Sinon, vous pouvez encore alterner entre marche et course !

Évidemment, il existe des dizaines d’autres sports, l’important est de faire ce qui vous plaît et donc ce qui vous motivera à respecter un « quota » raisonnable de sport par semaine.

 

Comment s’organiser ?

À quel moment faire du sport ?

C’est évidemment bien beau de vouloir faire du sport mais il faut trouver du temps.

Tout dépend évidemment de si vous voulez faire du sport une, deux, trois ou quatre fois par semaine. Il est essentiel d’être assez régulier afin de prendre de bonnes habitudes. Cependant, vous pouvez bien sûr adapter votre programme en fonction de votre charge de travail.

 

Comment faire du sport dans la semaine?

Tous les jours sont évidemment bons pour faire du sport mais il est important de s’adapter à son emploi du temps.

Si vous avez par exemple une journée de DS le samedi ou le lundi, mieux vaut choisir une de ces journées. Premièrement, cela sera certainement un bon moyen de se défouler après être resté assis sur une chaise toute la journée. De plus, il est plus difficile de réviser le soir après avoir eu huit heures de DS dans la journée qu’après une journée de cours. Mieux vaut alors utiliser votre soirée (ou une partie de celle-ci) pour faire du sport que pour travailler de manière inefficace.

Les jours les moins chargés de la semaine sont à privilégier. En effet, si vous finissez à 15 h ou à 16 h et que vous n’avez pas de khôlles, il sera assez facile d’aller faire une heure de sport avant, après ou entre deux séances de travail.

 

À quel moment ?

Vous avez en général un créneau pour faire du sport le matin, à midi, après les cours ou plus tard le soir. Chaque option n’est ni bonne ni mauvaise en soi, il faut faire en fonction de votre ressenti. Si vous vous sentez plein d’énergie après une séance, privilégiez un créneau dans la journée. À l’inverse, si votre séance vous épuise, mieux vaut opter pour la fin de journée après avoir travaillé.

• Avant d’avoir travaillé : beaucoup d’étudiants s’octroient une pause de 30 minutes voire d’une heure après les cours pour aller fumer et/ou discuter. Vous pouvez utiliser ce temps pour aller vous dépenser. Vous aurez alors l’impression d’avoir eu une vraie pause et vous serez alors certainement plus efficace par la suite dans votre travail personnel.

• Après avoir travaillé : cette option possède deux avantages principaux. Premièrement, vous serez plus efficace dans votre travail personnel si vous avez un objectif. « Si j’arrive à tout finir avant 20 h ou 21 h, je pourrai aller à la piscine… » Vous serez alors moins tenté de vous disperser et travaillerez peut-être mieux que ceux qui resteront à l’étude jusqu’à 22 h. Deuxièmement, cela vous permettra de terminer votre journée sur une note positive et certainement de vous endormir plus facilement.

No pain, no gain !!!

Pierre-Olivier Denis

Etudiant à HEC Paris