20/20 en géopolitique, c’est possible ! – Analyse d’une copie de géopolitique notée 20/20 20/20 en géopolitique, c’est possible ! – Analyse d’une copie de géopolitique notée 20/20
La géopolitique est une manière incontournable de la prépa ECS. Obtenir une bonne note en dissertation te sera d’une grande aide pour intégrer l’école... 20/20 en géopolitique, c’est possible ! – Analyse d’une copie de géopolitique notée 20/20

La géopolitique est une manière incontournable de la prépa ECS. Obtenir une bonne note en dissertation te sera d’une grande aide pour intégrer l’école de tes rêves ! L’année passée, ce fut le cas pour moi. Aujourd’hui, je te présente ma copie de concours de l’épreuve de géopolitique ESCP 2020 pour laquelle j’ai reçu la note de 20/20. Je vais tenter d’analyser ce qui a bien marché pour moi, pour que tu aies toutes les cartes en main pour à ton tour briller en géopolitique au concours !

Le sujet de l’épreuve de géopolitique ESCP de l’année passée était « La France dans la recomposition des puissances dominantes ». Évidemment, cette dissertation est une production d’un élève (moi !), elle est loin d’être parfaite. Si tu veux en savoir plus sur le sujet, je t’invite à consulter notre analyse du sujet. Pour ma part, je ne m’attarderai pas sur le sujet en lui-même, mais plutôt sur la méthode.

Avant de commencer, tu peux retrouver ma copie de concours ici !

 

L’introduction et l’analyse du sujet

L’introduction est, comme tu le sais, un exercice très codifié. Voici un rappel de la méthode de l’introduction. Je te conseille de suivre scrupuleusement la méthodologie que les correcteurs s’attendent à retrouver dans ta copie.

Mon accroche, quoique pas des plus récentes, permet de rentrer directement dans le sujet. J’avais fait le choix de ne pas mentionner la crise sanitaire d’entrée de jeu, dans l’optique de me démarquer de la majorité des candidats.

Vient ensuite la définition des termes du sujet. Je ne connaissais évidemment pas une définition précise pour chacun des mots. Cependant, il est attendu du candidat qu’il les définisse tous, sans exception. J’ai donc tâché d’être le plus précis possible. Cette étape est d’autant plus importante qu’elle guidera ta compréhension du sujet, donc toute ta dissertation.

Par la suite, je tente d’expliquer plus en détail le sujet, de manière concrète. Pour cela, je n’ai pas hésité à dépeindre une forme de chronologie de la puissance française dans le monde, en insistant sur les moments de recomposition. D’une manière générale, c’est une astuce à retenir : il est bon de donner une certaine profondeur chronologique dans son introduction, pour montrer au correcteur que l’on a conscience des évolutions temporelles du sujet traité.

Enfin, j’expose ma problématique : « alors que la France conserve tous les attributs d’une puissance dominante, comment expliquer que ce soit le sentiment de déclassement qui domine suite à la recomposition des puissances dominantes ? ». Comme tu le vois, j’ai choisi de construire ma problématique autour d’un paradoxe. Toutefois, ce n’est pas obligatoire, de très bonne problématique peuvent avoir un aspect plus descriptif parfois.

 

Mon plan

Voici le plan que j’ai choisi de suivre dans ma dissertation :

I. Puissance dominante au début du XXème siècle, la France a subi la recomposition des puissances dominantes notamment à l’œuvre depuis 1991.

II. Toutefois, la France conserve les attributs qui font d’un pays une puissance dite dominante.

III. Définir la place et le rôle de la France dans la nouvelle compétition mondiale s’avère difficile car la France balance entre domination et crispation

Que ce soit bien clair : ce plan est loin d’être parfait, il y avait beaucoup d’autres possibilités toutes aussi valables. Ses principaux atouts sont qu’il répond bien au sujet, permet de donner une certaine profondeur historique à ma dissertation et d’aborder toutes les thématiques que j’avais jugé pertinente.

 

Le développement et la conclusion

Je ne vais pas m’attarder sur chaque sous-partie de ma dissertation. Je t’invite à les lire par toi-même si cela t’intéresse. Je vais plutôt tenter d’identifier ce qui a bien marché selon moi dans ces différentes parties.

Un sujet classique

La France est une thématique que je qualifierais de « classique » en tant qu’elle semble incontournable aux yeux des correcteurs. Bon nombre de candidats auront des choses à dire sur un sujet comme celui-ci. Pour certains, il peut même s’apparenter à une question de cours.

Pour décrocher une très bonne note, il te faudra faire en sorte de te démarquer des autres candidats. La variété et la précision de tes exemples, les ouvrages que tu seras capable de citer, la clarté de ta démonstration… seront autant d’atouts précieux pour atteindre ton objectif.

Si tu te demandes encore comment tu peux te démarquer des autres candidats en géopolitique, n’hésite pas à consulter notre article sur le sujet.

La simplicité est (parfois) la clé

Un atout de ma dissertation, c’est incontestablement la simplicité de sa structure. Par exemple, séparer « hard power » et « soft power » dans deux parties distinctes, cela peut sembler très classique. Cela permet au lecteur de suivre facilement mon raisonnement.

Attention toutefois à trouver le bon équilibre entre simplicité et complexité. Tu passes tout de même un concours, et le but reste de se démarquer des autres candidats !

La conclusion

Alors, pour la conclusion, soyons honnêtes, je n’ai rien inventé. Je n’ai fait que suivre la recette d’une conclusion acceptable. Comme tu le sais, une bonne conclusion doit être constituée de deux parties.

Elle commence par conclure à proprement parler ta dissertation. Dans ce cas, je te recommande non pas de reprendre tout ce que tu as vu dans ton développement – cela revient souvent à reformuler les titres des grandes parties. Explique plutôt où ta démonstration t’a mené, la conclusion que tu peux tirer de ta dissertation. Tu peux voir que je n’ai pas hésité à me positionner clairement : « la France a renoncé à la conquête de la première place mondiale ».

Il te faut ensuite trouver une ouverture. Elle doit être ancrer dans l’actualité, voire prospective. Évoquer la crise sanitaire était donc dans mon cas plutôt pertinent !

Et la carte ?

Le point fort de ma carte ? C’est un produit fini ! Ce n’est sans doute pas la carte parfaite, loin de là. Mais, alors que beaucoup de candidats sont pris par le temps et n’ont pas le temps de finir leur dissertation et leur carte, cette carte a le mérite d’être terminée.

Pour le plan de la carte, tu peux voir que je ne suis pas allé le chercher très loin. Dans l’ensemble, j’ai repris le plan de ma dissertation et je l’ai adapté en fonction de ce qui était cartographiable ou non. C’est un bon moyen de gagner du temps pour le jour J !

 

Pour finir : accroche-toi !

À travers cet article, j’espère t’avoir convaincu d’une chose importante à mes yeux : c’est possible d’avoir une très bonne note en dissertation de géopolitique au concours ! Et mieux encore : je suis sûr que c’est à ta portée !

Évidemment, cela te demandera quelques efforts à fournir en amont du concours. Mon but était de te montrer que ces efforts peuvent être payants.

Lucas Hommet

Ancien de Ginette et aujourd'hui étudiant à HEC Paris, je publie des articles en HGGMC (ou géopolitique, pour les intimes).