Faire une prépa A/L après un bac scientifique Faire une prépa A/L après un bac scientifique
Bien que les ex-filières ES, L et S aient désormais cédé leur place aux nouvelles modalités du baccalauréat depuis la réforme des lycées, les... Faire une prépa A/L après un bac scientifique

Bien que les ex-filières ES, L et S aient désormais cédé leur place aux nouvelles modalités du baccalauréat depuis la réforme des lycées, les profils scientifiques qui ont opté pour davantage d’enseignements de mathématiques, physique-chimie ou sciences et vie de la Terre ont toujours la possibilité de candidater via la plateforme Parcoursup à des CPGE littéraires. Nous te proposons donc dans cet article de te partager quelques (excellentes) raisons pour y candidater si tu te trouves dans cette situation et que tu es intéressé(e) par cette formation !

 

La formation scientifique au lycée, parcours complet et atout en prépa A/L

Si toi aussi tu as entendu pendant ta scolarité que préparer un baccalauréat à dominante scientifique permettait de « ne pas se fermer de portes » mais que tu penches pourtant vers des études littéraires, sache que ce cursus ne t’empêchera pas de t’y diriger ! Certains pourront s’étonner de cette orientation, dans la mesure où la prépa A/L est présentée comme la prépa 100 % littéraire (sans mathématiques). Néanmoins, ce parcours est l’occasion pour ceux qui ont la possibilité de l’effectuer d’étudier intensément les lettres, l’histoire, la philosophie ou encore les langues. La chose la plus importante, et encore plus en prépa, est d’aimer étudier les matières qui sont proposées.

Ainsi, le fait d’avoir opté au lycée pour un parcours à dominante scientifique n’est en aucun cas un frein. Peut-être que tu te seras aperçu que poursuivre l’étude des mathématiques en prépa ou de manière plus générale dans le supérieur ne correspond pas à tes aspirations et projets professionnels. Le choix de la CPGE A/L est un très bon compromis car il s’agit d’une voie généraliste à composante entièrement littéraire, et d’excellence, qui saura correspondre à tes attentes si tu ne sais pas encore vers quelle voie te diriger. Ce choix sera même dans certains cas un atout si tu viens de l’ex filière scientifique, peuvent en témoigner les ex-scientifiques de khâgne du concours A/L 2020 qui ont du plancher toute l’année sur le thème de la science en philosophie !

Par ailleurs, rigueur, organisation, motivation ne sont pas de vains mots pour toi : tu sais tenir un emploi du temps aussi lourd qu’exigeant tout en cultivant ton attrait pour les matières littéraires qui n’ont parfois pas beaucoup de place dans ton cursus scolaire. On peut enfin affirmer que la logique de la dissertation dans cette filière obéit aux mêmes règles qu’à une démonstration mathématique. Le développement, très encadré, strict et normé, correspond à un exposé dans lequel on veut prouver un argument et l’expliquer.

Quel profil pour intégrer une A/L quand on est issu d’une voie scientifique ?

Les classes prépa A/L recherchent avant tout les meilleurs profils, qu’ils soient issus d’un baccalauréat à dominante scientifique, économique ou littéraire. Certes, la priorité est donnée aux élèves issus des séries majoritairement littéraires, mais ceux qui sont issus d’autres parcours ne sont pas écartés, au contraire ! En outre, les élèves venant des séries scientifiques présentent un profil complet, avec une capacité de travail déjà très développée compte tenu de la charge de travail et des exigences des programmes.

Bien sûr, il faut aimer les matières littéraires, et montrer cette appétence via son dossier scolaire. L’ensemble doit être cohérent : les matières littéraires doivent être dotées de très bons résultats. Il faut savoir que de très nombreux établissements qui possèdent une filière A/L sélectionnent leurs futurs élèves en appliquant par exemple des coefficients aux matières qui les intéressent plus particulièrement. Les professeurs qui examinent les dossiers mettent donc davantage en avant les matières que tu étudieras en prépa.

Toutefois, il ne faut pas oublier de critère de l’homogénéité du dossier scolaire. Un élève aura beau démontrer des qualités exceptionnelles dans les matières littéraires, il lui faut également de bonnes appréciations, qui doivent être positives de la part des professeurs. L’important est de montrer à travers les bulletins scolaires que l’élève est sérieux et travailleur, mais qu’il a tout de même une certaine forme de réserve, qu’il ne donne pas encore son maximum, qu’il mettra à profit à son entrée en classe préparatoire pour soutenir le rythme et la charge de travail bien plus élevée que celle du lycée.

 

Le dossier

On l’a vu, il faut avoir un dossier équilibré, avec un point d’orgue accordé aux matières littéraires. Les résultats aux épreuves anticipées de français, les moyennes obtenues en classe de première et au premier trimestre de terminale sont essentiels. Il faut être en capacité de présenter de bons résultats avant tout dans ces matières : langues, histoire-géographie, philosophie. De même, nous te conseillons à nouveau de ne pas négliger tes résultats en sciences ou en EPS. Ceux-ci montrent que même si tu aspires à un parcours ultérieur orienté vers des disciplines littéraires, tu ne laisses pas tomber celle pour lesquelles tu t’es engagé(e) jusqu’au bac.

Il ne faut pas non plus négliger les matières scientifiques ; si vraiment celles-ci te semblent hors de portée, il s’agira de montrer que malgré des résultats peu satisfaisants, tu n’abandonnes pas et que tu essaies de te donner les moyens de surmonter les difficultés rencontrées en travaillant, même les matières qui te plaisent le moins.

 

Le choix des options au lycée

Les langues anciennes

La réforme des lycées donne moins de place à un élève ayant choisi des enseignements scientifiques à l’étude des langues anciennes. Ceci n’est pas un problème car, comme auparavant, avoir fait une mangue ancienne au lycée n’est pas obligatoire pour candidater en prépa littéraire. La majorité des préparationnaires A/L, même s’ils viennent de filière littéraire n’en n’ont d’ailleurs jamais fait avant d’entrer en première année. Des groupes de débutants existent dans la plupart des prépas, et un élève qui n’aura jamais fait de grec ou de latin, peu importe qu’il vienne de l’ex série littéraire, économique ou scientifiques aura tout le loisir de rattraper ses camarades qui en auront déjà fait, voire de les dépasser !

Les langues vivantes

Pratiquer une ou plusieurs langues vivantes au lycée est un atout indéniable pour un bon dossier. Les élèves qui sont inscrits en section internationale et qui préparent donc l’option internationale du baccalauréat (OIB), ceux qui suivent les filières Esabac, Abibac, Bachibac, ou en encore une section européenne ou orientale présentent en ce sens un profil prisé par les classes prépa littéraires. En effet, ces section sont souvent le garant d’un bon niveau dans une langue vivante. On y étudie la littérature et la culture de la langue étrangère, ce qui constitue une première approche du travail de langues vivantes en A/L.

De plus, dans la mesure où ces parcours représentent une charge de travail supplémentaire non négligeable en plus des cours de sciences ou de mathématiques que tu suis qui sont déjà très prenants, cela montrera que tu es capable de réussir avec davantage de cours dans ton emploi du temps.

Les options artistiques

Cinéma, théâtre, musique, arts plastiques sont également de très bons points à mentionner pour une candidature en prépa A/L, d’autant plus si tu es issu d’un cursus à dominante scientifique. Cela montre ton goût et ton implication dans ces matières en plus des cours de tronc commun. Ces profils artistiques sont encore plus valorisés si tu souhaites intégrer un établissement qui propose une de ces spécialités.

 

Préparer sa rentrée en prépa littéraire

L’important avant de s’engager en CPGE A/L lorsque l’on a effectué une scolarité davantage axée sur les matières scientifiques est d’avoir une certaine culture littéraire de base. Il ne s’agit bien évidemment pas d’avoir lu absolument tous les livres que tu as rencontrés dans ta vie. Cela signifie plutôt que dès que tu as du temps libre, tu peux occuper celui-ci en lisant. La clé d’une bonne préparation pour l’hypokhâgne est celle de la constitution d’un bagage culturel et littéraire solide. La lecture de certains classiques est dès lors incontournable car tu en auras besoin pendant tout ton cursus. En effet, en règle générale, certaines œuvres seront considérées comme maîtrisées même si, contrairement peut-être à certains de tes camarades issus d’un parcours littéraire au lycée, tu n’auras pas étudié certains points.

De même, cette question de la « culture générale » est souvent posée, voire redoutée par l’ensemble des élèves aspirant à faire une prépa littéraire. Mais elle ne doit pas être source d’inquiétude. En effet, l’avantage de la prépa A/L est que ses élèves, très encadrés, n’ont pas forcément besoin d’avoir besoin d’avoir une connaissance encyclopédique de chacune des œuvres de l’ensemble de la littérature française et étrangère ! Si tu te poses d’ores et déjà cette question, n’hésites pas aller jeter un oeil à cet article entièrement dédié à cette question ici !

En outre, la classe préparatoire littéraire est un moyen d’apprendre avant tout ! Dans cette perspective, tous les élèves qui arrivent en première année partent à peu près au même niveau : goût pour les matières étudiées, qualités rédactionnelles, capacité de travail et bien d’autres. Ce qui est essentiel est l’acquisition de méthodes de travail qui te permettront d’apprendre davantage que ce que tu ne la faisais au lycée. Ainsi, après quelques petites semaines, les différences de niveau se gomment entre les bacheliers littéraires et scientifiques. Chacun est confronté à des exigences bien plus hautes et surtout très différentes par rapport au lycée. Avoir fait trois heures de français et de philo en plus pendant un ou deux ans ne change donc au bout du compte pas grand-chose !

 

Le syndrome de l’imposteur

Ce qu’on appelle le « syndrome de l’imposteur », s’applique souvent aux élèves de classe préparatoire. Il est susceptible de l’être davantage pour les élèves issus de filières majoritairement scientifiques lorsqu’ils effectuent un cursus axé sur les lettres et sciences humaines, comme c’est la cas pour l’hypokhâgne puis la khâgne. En effet, être pris en prépa littéraire dans ces conditions peut favoriser le sentiment de ne pas mériter notre place dans ce cursus dans la mesure où tu n’as pas effectué le même parcours littéraire que tes camarades. Cependant, n’oublie pas que si tu as été pris, c’est parce que tu as démontré par tes résultats scolaires que tu étais davantage capable de réussir et soutenir le rythme de la prépa que d’autres élèves. Nous t’invitons à te référer aux paragraphes précédents pour relire au besoin les nombreuses bonnes raisons pour lesquelles ton dossier a été sélectionné !

Pour finir, de nombreux ex-scientifiques au lycée réussissent chaque année les concours littéraires les plus sélectifs, preuve que tu n’as aucune inquiétude à te faire, au contraire ! A l’heure où tu liras ces lignes, le système d’affectation des vœux des élèves de classe de terminale s’apprêtera à entamer sa troisième édition ; nous espérons que ces quelques informations auront contribué à te conforter dans ton choix d’effectuer une CPGE A/L ! Pour davantage de renseignements sur cette formation, nous t’invitons à consulter cet article de présentation de la prépa littéraire A/L juste ici !

 

Ariane Thévenet

Élève à l'École Normale Supérieure de Lyon après deux années de classe préparatoire A/L au lycée Fénelon à Paris et ancienne interne au lycée d'État Jean Zay.