La prépa A/L : tout ce qu’il faut savoir La prépa A/L : tout ce qu’il faut savoir
Si tu as cliqué sur cet article, c’est sûrement parce que la question de la prépa A/L t’intrigue. Économique, scientifique ou littéraire, chaque prépa... La prépa A/L : tout ce qu’il faut savoir

Si tu as cliqué sur cet article, c’est sûrement parce que la question de la prépa A/L t’intrigue. Économique, scientifique ou littéraire, chaque prépa a ses spécificités. Difficile dès lors de s’y retrouver parmi tous ces sigles et ces parcours différents. Nous te proposons donc dans cet article de te présenter la filière de CPGE A/L en détail pour qu’elle n’ait plus aucun secret pour toi !

 

Caractéristiques principales de la prépa A/L

La CPGE A/L propose un cursus « 100 % littéraire ». Elle est à différencier de la prépa B/L : pas de maths, d’économie ou de sociologie (pour plus d’informations sur la B/L, voir l’article « La prépa B/L, qu’est-ce que c’est ? » ). La prépa A/L se compose de deux années : l’hypokhâgne (classe de lettres supérieures ou bizuth) et la khâgne (classe de première supérieure ou carrée). On parle d’année de cube (ou khûbe) quand un élève effectue une deuxième année de khâgne.

Au programme de ce parcours : de l’histoire, des lettres, de la philosophie, des langues et, au moins en première année, de la géographie, des langues anciennes et une heure de culture antique.

L’hypokhâgne est une année généraliste : les matières de tronc commun te permettent d’acquérir la méthodologie et les connaissances dont tu auras besoin en deuxième année. Il n’y a pas de programme à proprement parler : chaque professeur choisit le contenu de ses cours.

Cette approche pluridisciplinaire permet à ceux qui suivent cette formation de recevoir un enseignement de haut niveau dans l’ensemble des matières citées ci-dessus. Autrement dit, il faut cultiver une grande curiosité pour ces sujets à étudier. La formation en A/L permet également d’acquérir une culture générale solide et une méthode de travail efficace.

 

Khâgne classique ou khâgne moderne ?

Si la première année reste indifférenciée, la deuxième année est celle de la spécialisation. Cette dernière est double. Dans un premier temps, il s’agit de choisir entre une khâgne classique, préparant au concours de l’École normale supérieure (ENS) d’Ulm et une khâgne moderne (ou khâgne LSH, correspondant à l’acronyme de Lettres et sciences humaines), qui prépare au concours de l’École normale supérieure de Lyon et de l’ENS de Cachan pour les élèves de spécialité Anglais. On compte à peu près une trentaine de classes de khâgne classique en France contre quatre-vingts classes de khâgne moderne environ. Cette différence peut s’expliquer en partie par le nombre de places offertes à ces deux concours. Pour l’ENS Ulm, ce sont soixante-deux places qui sont proposées chaque année au concours, contre cent-sept toutes séries confondues en A/L pour l’ENS de Lyon.

Ensuite, il s’agira de déterminer la matière de spécialité que tu choisiras pour ta deuxième année. Attention car toutes ne sont pas proposées dans chaque lycée : langue rare, cinéma, théâtre, musique, etc. Renseigne-toi donc bien sur la prépa dans laquelle tu veux étudier et sur les spécialités proposées, si possible dès la terminale. En effet, les changements d’établissement sont très rares. Ils ne sont généralement acceptés que si l’élève présente un bon dossier de première année et si l’option envisagée n’est pas proposée dans la prépa d’origine.

 

Quid des langues anciennes ?

En première année, tu devras étudier au moins une langue ancienne (grec et/ou latin). Si tu n’en as pas suivi au lycée, pas de panique : des cours de niveau débutant sont proposés dans la grande majorité des prépas. Les élèves grands débutants arrivent par ailleurs dans la plupart des cas à rattraper, voire à dépasser, ceux qui en ont fait dans le secondaire. Par ailleurs, tu recevras un enseignement de « culture antique » en première année. Le programme en reste libre et te sera dispensé en complément des heures de langue ancienne.

En deuxième année, plusieurs possibilités s’offrent à toi. Tout d’abord, si tu choisis de t’orienter vers une khâgne classique, tu ne pourras pas arrêter les langues anciennes qui sont obligatoires aux concours. Pour ce qui est des khâgnes LSH, tu pourras abandonner ta LV1 au profit du latin ou du grec. D’ailleurs, il est à noter que ce choix ne désavantage pas les élèves d’A/L souhaitant passer le concours de la BCE. En effet, une épreuve de latin ou de grec est proposée en tant que LV1. Dès lors, la BCE (Banque commune d’épreuves) organise pour les élèves de khâgne les concours communs qui donnent accès au Programme grande école (PGE) de 21 grandes écoles de management et de trois écoles associées.

Si tu souhaites passer l’ENS de Lyon alors que tu es en khâgne classique, il te faudra suivre les cours de géographie en plus du programme obligatoire. En effet, l’épreuve de géographie en khâgne LSH est obligatoire au concours de l’ENS de Lyon. Cette option t’ajoute une charge de travail supplémentaire non négligeable en année de concours. Il faut donc bien réfléchir avant de s’engager dans ce choix. De plus, pour les épreuves des écoles de commerce de la BCE, que tu sois en classique ou en moderne, tu auras à choisir de passer une épreuve d’histoire ou de géographie.

 

Contenu des cours et formation en prépa A/L

La prépa A/L est certes exigeante mais n’en reste pas moins passionnante. En suivant cette formation, tu acquerras une capacité de travail, une rigueur et un esprit de synthèse remarquables, que peu de formations hors prépa proposent. L’esprit d’analyse, le goût du travail et l’organisation indispensables que tu développes au sein de ce cursus constituent de véritables atouts pour le reste de tes études. Tu seras capable de traiter un sujet en un temps limité, tu apprendras des pans entiers de culture historique, philosophique, littéraire qui seront autant de clés de compréhension sur le monde.

Il te sera demandé de travailler en profondeur chaque question ou sujet proposé. Tu pourras ainsi étudier par exemple pendant un semestre, voire une année entière, le pouvoir exécutif en France de 1914 à 1962 (programme d’Histoire de khâgne pour la session 2019).

 

Profil des candidats venant du lycée

La prépa littéraire A/L est ouverte à tous les profils. Les bacheliers des filières L, ES et S (avant la réforme du lycée) peuvent donc candidater en A/L. On peut penser que les bacheliers littéraires sont privilégiés. Minoritaires, les bacheliers scientifiques peuvent néanmoins parfois être avantagés par leur capacité d’organisation et de travail ainsi que pour leur esprit de synthèse. Les élèves d’A/L ont dans tous les cas été retenus en raison de leurs résultats et de leur capacité de travail. Dans la mesure où la formation diffère sensiblement en prépa par rapport au lycée, tu pourras avoir l’impression de tout découvrir sous un angle différent. En cela, les élèves partent en quelque sorte à peu près tous avec les mêmes clés en main, car tout n’est qu’une question de travail et d’organisation !

Aimer lire et avoir une soif de connaissances en sciences humaines sont des prérequis fondamentaux. Tu trouveras dans cette filière le moyen de t’épanouir en apprenant à fond des disciplines réellement passionnantes.

 

Programme de la prépa A/L

On l’a vu, il n’y a pas de programme défini en hypokhâgne. Il n’en est pas de même en deuxième année. En effet, le concours de la BEL (Banque d’épreuves littéraires) est basé sur le programme établi par les ENS chaque année vers le mois de mai pour la session de l’année suivante, pour chaque discipline.

En ce qui concerne les concours de la BCE (Banque commune d’épreuves), le programme est le même que celui imposé par l’ENS mais les sujets des épreuves seront différents de ceux donnés dans le cadre des concours de l’ENS. Le système de banques d’épreuves qu’est la BCE permet aux candidats de ne passer qu’une seule salve d’épreuves pour les écoles qu’ils auront sélectionnées. Les résultats obtenus à chaque épreuve sont affectés de coefficients différents en fonction des écoles.

Les professeurs ont donc jusqu’au mois d’avril, date de début du concours de l’ENS, pour te transmettre un maximum de connaissances traitant le sujet pour les épreuves écrites.

 

Les écrits aux concours

Tout au long des deux, voire trois années de prépa A/L, tu auras été entraîné à travers les DST (devoirs sur table) et concours blancs au format des épreuves exigé aux concours de l’ENS. Pour ce concours, tu devras plancher pendant cinq heures sur le sujet de géographie, six heures en philosophie, en histoire, en lettres, commentaire-version en langue étrangère (LV1).

En plus des matières de tronc commun énoncées précédemment, il faudra compter en plus une épreuve de spécialité. Pour l’épreuve de spécialité Langue, il s’agira de quatre heures de thème, pour les spécialités Lettres et Philosophie, cinq heures, six heures en série Arts, trois heures pour la spécialité Lettres classiques (version grecque ou latine pour l’ENS Ulm) ainsi que trois heures en histoire et trois heures en géographie pour la spécialité Histoire et Géographie.

Il est à noter que le format des épreuves des concours de l’ENS n’est pas le même que pour les épreuves de la BCE. En règle générale, les devoirs sont à élaborer dans un temps plus restreint (environ quatre heures contre six heures pour les ENS). Pour en savoir plus, nous t’invitons à lire l’article portant sur les modalités de passage de la BCE pour les préparationnaires littéraires qui paraîtra très prochainement !

 

Les oraux

Après avoir passé les épreuves écrites des concours en deuxième année, tu auras peut-être l’heureuse surprise d’être déclaré admissible dans une ou plusieurs écoles. Il s’agit donc de préparer une nouvelle étape, celle des oraux spécifiques à chaque établissement. Pour cela, ton travail régulier tout au long de tes années de prépa constitue la principale clé de la réussite. À travers les colles notamment (n’hésite pas à aller consulter notre article « Gérer le stress des premières colles en prépa littéraire A/L » pour obtenir quelques conseils utiles !), tu n’auras qu’à revoir tes cours.

Pour les oraux de l’ENS (que tu auras à passer si tu es admissible), des épreuves que tu n’auras pas passées à l’écrit s’ajoutent : épreuve de presse en langue étrangère, commentaire de texte en lettres, dissertation orale en philosophie, histoire, géo, etc. Nous t’invitons à consulter la maquette de l’ENS de Lyon pour obtenir les informations complètes juste ici !

Essaie de bien te renseigner sur les modalités d’admission dès le début de ta prépa. Tu peux poser des questions à tes professeurs, visiter les sites des ENS, de la BEL et de la BCE, pour être parfaitement au courant de ce qui t’attend aux concours. Par exemple, si tu es intéressé par l’École spéciale militaire Saint-Cyr pour une carrière dans l’armée, sache que plusieurs épreuves de sport sont obligatoires pour y entrer !

 

Poursuite des études après une prépa A/L

La poursuite à l’université pour les élèves de prépa A/L constitue le principal débouché. Grâce aux équivalences obtenues à la fac en parallèle, les crédits ECTS obtenus en validant une, deux ou trois années de prépa sans avoir à passer les partiels, permettent de poursuivre ses études sans recommencer en L1.

L’ENS Ulm, l’ENS de Lyon, l’ENS Paris-Saclay (pour les anglicistes) sont très sélectives : il y a environ cent soixante places toutes ENS confondues pour plus de cinq mille cinq cents candidats en A/L, soit 3 % de chances d’intégrer une ENS. Dès lors, les écoles de commerce, accessibles via le concours de la BCE, les IEP (Aix, Lyon, Saint-Germain-en-Laye, Lille, Paris), accessibles par concours ou sur dossier (en master), sont d’autres voies possibles à l’issue d’une prépa A/L. L’ESIT, ISIT, l’École du Louvre, le CELSA, l’Université Paris-Dauphine, l’École spéciale militaire Saint-Cyr (ESM Saint-Cyr) sont autant de formations accessibles à la fin de ce cursus.

 

Pour conclure, la prépa A/L est une formation exceptionnelle qui te permettra de bénéficier d’enseignements aussi riches qu’intéressants et de grande qualité. Toutes ces informations ont pour objectif de mieux t’éclairer dans ton parcours. Tes choix, souvent à effectuer stratégiquement, sont cependant avant tout à envisager en prenant en compte ce que tu aimes faire. Enfin, ce cursus est un bagage qui t’accompagnera tout le reste de tes études et même de ta vie, alors n’hésite plus et lance-toi !

Ariane Thévenet

Élève à l'École Normale Supérieure de Lyon après deux années de classe préparatoire A/L au lycée Fénelon à Paris et ancienne interne au lycée d'État Jean Zay.