Rencontre avec Colombe, arrivée deuxième à HEC en 2020 Rencontre avec Colombe, arrivée deuxième à HEC en 2020
Colombe est impressionnante. Motivée, sûre d’elle, elle sait où elle va : pas étonnant qu’elle soit arrivée deuxième à HEC. Pourtant, elle reste une fille... Rencontre avec Colombe, arrivée deuxième à HEC en 2020

Colombe est impressionnante. Motivée, sûre d’elle, elle sait où elle va : pas étonnant qu’elle soit arrivée deuxième à HEC. Pourtant, elle reste une fille très étonnante, éloignée du cliché habituel des majors qui seraient des « machines » sans foi ni loi. Ses méthodes de révision ne sont pas celles qu’on a l’habitude d’entendre. Et qui imaginerait qu’une major puisse faire du pole dance ?

À travers son parcours, on apprend une nouvelle façon de travailler, une autre façon d’appréhender la prépa et son univers. Colombe était peut-être destinée à HEC, mais son discours n’en reste pas moins passionnant et motivateur. Cet entretien fait partie d’un série où je vais à la rencontre de nos majors. Qui sont-ils et quels conseils ont-ils à te donner ? Écoutons cette fois Colombe nous raconter son récit.

 

Peux-tu nous parler de ton parcours ?

J’ai toujours eu le choix pour mes études et j’étais familière avec l’univers de la prépa étant donné qu’une grande partie de ma famille était passée par-là. J’ai toujours voulu faire du marketing de luxe et je savais qu’une école de commerce convenait le mieux à cet objectif. C’est pourquoi j’ai très vite voulu partir en prépa commerce, et comme je n’aimais pas trop les sciences, je suis partie en voie ECE à Daniélou.

La prépa était au début plutôt un outil pour atteindre mon objectif mais pas une fin en soi. Mais au lycée, j’ai commencé à vraiment apprécier l’idée d’aller en prépa pour le défi intellectuel. J’avais vraiment envie d’apprendre à disserter et d’acquérir un maximum de connaissances. Je n’ai pas été déçue !

 

Comment as-tu vécu ta prépa à Daniélou ?

Au début de la prépa, j’ai choisi de me réserver du temps pour moi : je ne travaillais pas après 21 heures ni tôt le matin. J’ai beaucoup lu et je sortais le week-end avec des amis. Mais j’ai eu un déclic en avril, juste après mon deuxième concours blanc qui ne s’était pas très bien passé. Je me suis rendu compte que je devais changer ce rythme de travail.

Si au départ je ne donnais pas mon maximum, même si je travaillais rigoureusement, cela m’a forcé à énormément travailler eu deuxième année de prépa. J’ai totalement arrêté de voir mes amis de lycée, je ne sortais plus… Moi qui suis très sociale en temps normal, ça m’a beaucoup manqué pendant ma deuxième année.

Je ne m’étais pas non plus vraiment intégrée à l’ambiance de groupe à Daniélou, même si je me suis fait de très bon amis. Finalement, je n’ai aucun regrets et j’ai quand même adoré ma prépa, parce que je savais pourquoi je me donnais du mal et je le faisais en toute liberté.

 

Quelle était ta méthode de travail ?

Je ne travaillais pas sur les fiches des anciens, comme le fait beaucoup de monde à Daniélou. Je préférais faire des recherches par moi-même et approfondir mon cours de cette façon. En CG et le Eco je lisais pas mal de résumés de livre par moi-même. Pour l’Espagnol, ma LV1, je lisais énormément d’articles et je travaillais beaucoup les annales.

En fait, j’avais vraiment l’idée de me constituer un large spectre de connaissances. A force de lire de nombreux articles sur des sujets très divers, j’avais vraiment un recul mature sur les sujets, ce qui était je pense très apprécié des correcteurs.

 

Comment as-tu organisé tes révisions ?

Avec le confinement, les révisions ont été vraiment très longues. Heureusement, j’ai été confinée avec des amies, ce qui m’a vraiment aidé à tenir le coup. J’ai pris aucune vacances pendant les trois mois, sauf une semaine avant les concours où j’ai arrêté de travailler, parce que j’en pouvais plus.

J’avais installé une application qui calculait mon temps de travail quotidien et à la fin du confinement, je travaillais presque 12 heures par jour. Je prenais quand même des pauses régulières, 5 minutes toutes les 25 minutes, ce qui était optimum pour maximiser son temps de travail tout en restant efficace.

Malgré ce régime strict, j’appréciais réellement ce que je travaillais. Je pense que c’est vraiment en aimant ce qu’on fait qu’on travaille le mieux. En prépa, on a la chance d’avoir un programme large, ce qui permet vraiment de toucher plein de sujets passionnants et qui donnent envie de s’y intéresser.

 

Comment as-tu vécu l’annonce des résultats ?

Pour être franche, je ne savais même que c’était le jour des résultats d’HEC ! J’ai tellement relâché la pression après les concours que je profitais pleinement des vacances et que la prépa m’était totalement sortie de la tête ! C’est ma cousine qui m’a annoncé mon résultat par message. Au début, je croyais à un bug informatique, je ne pouvais pas croire que j’étais arrivée deuxième à HEC !

 

Quels seraient tes conseils à un étudiant dans sa période de révisions ?

Tu dois prendre chaque moment de travail possible. Ça fait déjà deux ans que tu te donnes à fond, alors ce n’est surtout pas maintenant que tu dois te relâcher ! N’oublie pas de te reposer surtout. Le sommeil est hyper important ! en prépa je dormais chaque nuit 9 heures, pour travailler efficacement et bien apprendre.

Une méthode qui a bien fonctionné pour moi, c’est d’arrêter mon téléphone deux heures avant de me coucher. Ton esprit est moins encombré et ta mémoire fonctionne mieux ! Tu t’endors aussi beaucoup plus facilement.

Essaye un maximum de trouver du plaisir dans ce que tu fais. Donne ton maximum, arrive à tes limites sans les dépasser. Ne perd pas de temps à essayer de parfaitement coller à ce qu’on attend de toi, où à ce que tu lis sur internet. C’est une perte de temps, et ce temps pourrait être utilisé à travailler. Pareil, ne passe pas des heures à faire un planning : à un moment prend la première feuille qui passe sous la main et travaille ! Fais toi confiance et fais confiance à tes méthodes de travail.

Les notes de Colombe :

Contraction de textes : 19
LV1 Espagnol : 15,8
LV2 Anglais : 13,6
Culture générale HEC : 17
Mathématiques E ESSEC/HEC : 17,6
Mathématiques 2 E ESSEC : 20
ESH HEC : 20

 

Retrouve ici la rencontre avec Dana, major à l’ESSEC en 2020 et ici celle d’Eva, troisième à HEC en 2020.

Maxence Delespaul

Étudiant à HEC après deux années de classe préparatoire ECS.