Les grandes entreprises latino-américaines Les grandes entreprises latino-américaines
Continent ni riche ni véritablement pauvre, l’Amérique Latine a aujourd’hui une position inconfortable coincée entre les pays développés et les pays émergents d’Asie, « tiers-monde... Les grandes entreprises latino-américaines

Continent ni riche ni véritablement pauvre, l’Amérique Latine a aujourd’hui une position inconfortable coincée entre les pays développés et les pays émergents d’Asie, « tiers-monde de l’occident, occident du tiers monde » (Alain Rouquié). A la question l’Amérique Latine est-elle un continent émergé, d’aucun répondrait qu’elle a avant tout atteint le stade de la maturité, tant politique qu’économique.

Pourtant, si son actualité économique est depuis 20 ans souvent éludée au profit des croissances asiatiques fulgurantes ou des déboires économiques de l’Occident, elle a réussi à faire émerger plusieurs géants économiques, dont certains ont pu s’imposer comme leader mondial.

Voici l’essentiel ce ces « Multilatinas », entreprises Latino-Américaine à l’envergure internationale. A retenir pour tout sujet sur l’Amérique Latine, les émergents ou même les essais d’espagnol !

 

  • Au Brésil
    • Embraer : entreprise créée en 1969, elle se situe à la 3e place mondiale de constructeurs aéronautiques, c’est une firme qui construit des avions de petites et de moyennes tailles. Elle a été privatisée en 1993. Quasiment à égalité avec Bombardier, son concurrent canadien.
    • Odebrecht : c’est la 1ère firme mondiale pour le BTP.
    • Petrobras : Géant national industriel de recherche, d’extraction, de raffinage, de transport et de vente de pétrole. C’est une firme non occidentale montante. Soupçon de corruption avec le PT (partido de los trabajadores). Cela et la baisse du prix du pétrole ces derniers temps fait que l’entreprise vaut aujourd’hui (110.000 millions de $) la moitié de ce qu’elle valait en 2010 lors de l’élection de Roussef.
    • Vale : 1er groupe mondial de production de minerais de fer. Fondée en 1942, elle a reçu le public eyes awards (c’est-à-dire le prix Nobel de la honte pour les dégâts environnementaux causés en Amazonie) accordé à Porto Allegre. Elle maîtrise le commerce des denrées minières.
    • JBS : Multinationale n°1 mondial de la production et du commerce de viande.
    • INBEV : 1er producteur de bière du monde. Possède de nombreuses marques dans le monde entier (Stella, Beck’s, Leffe…).

 

  • Au Mexique
    • Cemex : leader mondial du béton, matériaux de construction. Cette firme concurrence Lafarge et est présente en Indonésie, en Egypte, en Grande Bretagne, etc.
    • Marcopolo : entreprise qui est spécialisée dans la construction de bus. Elle produit en Afrique du Sud ou au Portugal.
    • Pemex : entreprise née de la nationalisation des compagnies pétrolières étrangères sous Cardenas en 1938.
    • America-Movil : propriété de Carlos Slim, propriétaire de filiales de télécommunication sur tout le sous-continent.

 

  • En Argentine
    • Aerolineas ArgentinasCompagnie aérienne nationale. Seule compagnie d’Amérique du Sud membre de l’alliance Skyteam.
    • YPF : société pétrolière qui appartenait à l’espagnol Repsol, récemment nationalisée par l’Argentine : elle entend s’associer avec la société pétrolière du Venezuela, PDVSA.

 

  • Au Venezuela
    • PDVSA : compagnie pétrolière nationale pour le pétrole.

Guillaume Hénault

Fondateur du groupe Up2School (Major-Prépa, Business-Cool et Forum-Commerce) et étudiant à ESCP Europe.

No comments so far.

Be first to leave comment below.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *