Concours 2020 : quelles évolutions des barres d’admission ? Concours 2020 : quelles évolutions des barres d’admission ?
Trois mois de révision, des concours reportés au début de l’été, une annulation des oraux, deux scandales (des épreuves passées le dimanche, un sujet... Concours 2020 : quelles évolutions des barres d’admission ?

Trois mois de révision, des concours reportés au début de l’été, une annulation des oraux, deux scandales (des épreuves passées le dimanche, un sujet de maths donné en concours blancs dans une prépa), un flou dans les barres d’admission… Le moins qu’on puisse dire c’est que les étudiants ayant passé les concours en 2020 n’ont pas été épargnés !

Même s’ils sont maintenant (enfin) en vacances, tous les préparationnaires attendent avec impatience et anxiété le début du mois d’août. Les étudiants sont totalement dans le flou puisque c’est la première année qu’aucun oral n’a lieu.

L’attente est donc longue. Mais rassure-toi, Major Prépa est là pour t’aider ! Dans cet article, nous te donnons les dernières informations concernant l’évolution des barres d’admission en 2020.

 

Les barres d’admissibilité et les barres d’admission 2019

Il est impossible de prévoir les barres d’admission 2020 sans d’abord analyser les barres des concours 2019. Nous te récapitulons donc dans les tableaux ci-dessous les barres des écoles en 2018 et 2019 ainsi que leur taux de sélectivité.

 

Admissibilités

 

SIGEM

Écoles Nombre d’inscrits 2019 Nombre d’admissibles 2019 Barre d’admissibilité 2019 (2018) Sélectivité des écrits 2019
1 HEC Paris 5 248 742 14,08 (13,98)

14,14%

2

ESSEC 5 843 913 13,58 (13,27) 15,63%
3 ESCP 5 950 1 361 13,07 (13,01) 22,87%
4 emlyon 7 234 2 029 12,65 (12,52) 28,05%
5 EDHEC 7 334 2 311 12,36 (12,37) 31,15%
6 Audencia 7 940 3 285 11,45 (11,51) 41,38%
7 Grenoble EM 7 319 3 655 10,9 (11,50) 49,94%
8 SKEMA 7 586 4 294 9,6 (9,4) 56,60%
9 Neoma 8 160 4 501 10,36 (10,25) 58,76%
10 Toulouse BS 6 181 3 602 9,22 (10,65) 58,28%
11 KEDGE BS 8 160 5 275 9,52 (9,51) 68,86%
12 Rennes SB 5 782 3 882 8,10 (8,4) 67,75%
13 Montpellier BS 5 782 3 806 8,40 (8,60) 65,84%
14 IMT-BS 2 596 1 964 7,1 (7,8) 75,65%
15 BSB 3 102 2 430 7,6 (7,33) 78,34%
16 EM Strasbourg 5 782 4 505 8,0 (8) 77,93%
17 ICN BS 2 410 2 055 5,0 (6) 85,27%
18 La Rochelle BS 2 356 1 881 7,2 (7,15) 79,87%
19 EM Normandie 2 390 1 906 7,0 (7,0) 79,75%
20 INSEEC 2 397 2 007 6,7 (6,6) 83,73%
21 ISC Paris 2 001 1 816 5,00 (6,02) 90,75%
22 ESC Clermont 1 978 1 737 5,7 (6,0) 89,63%
23 ISG 1 498 1 285 5,9 (5,9) 85,78%
24 South Champagne Business School 1 475 1 297 5,72 (6,0) 87,93%
25 Brest Business School 1 446 1 290 5,0 (6,0) 89,21%

 

Les barres d’admissibilité découlent de la performance de l’ensemble des candidats qui sont admissibles. C’est pour cela qu’on parle de concours et non d’examen. En réalité, une barre d’admissibilité n’est ni plus ni moins que la moyenne obtenue par le ou les derniers admissibles. En lisant le tableau, tu pourras constater qu’elles n’évoluent pas beaucoup d’année en année.

Pour quelles raisons ? Premièrement car le niveau des candidats reste toujours à peu près le même, la moyenne du dernier admissible ne varie pas d’une promotion à l’autre.

Par ailleurs, les correcteurs tentent d’harmoniser leurs corrections pour gommer les disparités de notation entre année. Un sujet facile sera noté plus sévèrement et vice versa. Cette année, on peut notamment imaginer que les maths HEC en ECE ou la géopolitique ESSEC (sur les conflits dans le bassin méditerranéen) en ECS seront bien notées.

 

Admission

 

SIGEM

Écoles Nombre d’étudiants présents aux oraux 2019 Rang du dernier admis 2019 Sélectivité des oraux 2019
1 HEC Paris 742 401

54,04%

2

ESSEC 905 753 83,20%
3 ESCP 1 360 1 054

77,50%

4

emlyon 1 667 1527 91,60%
5* EDHEC 1 850 1 503

81,24%

6

Audencia 2 296 1 922 83,71%
7 Grenoble EM 2 758 2 311

83,79%

8

SKEMA 3 009 1 750 58,15%
9 Neoma 2 992 2 157

72,09%

10*

Toulouse BS 2 147 1 755 81,74%
11 KEDGE BS 3 103 3 076

98,78%

12

Rennes SB 1636 2396 68,28%
13 Montpellier BS 1 817 1 764

97,08%

14

IMT-BS 957 731 76,38%
15 BSB 1 305 1 135

86,97%

16

EM Strasbourg 1 805 1 787 99,00%
17 ICN BS 912 907

99,45%

18

La Rochelle BS 583 579 99,31%
19 EM Normandie 697 668

95,84%

20

INSEEC 1 060 1 046

98,68%

21

ISC Paris 689 682

98,98%

22

ESC Clermont 367 356 97,00%
23*

ISG

     

24

South Champagne Business School 245 231 98,37%
25 Brest Business School 136 135

99,26%

 

NB : pour les écoles avec une astérique, nous avons utilisé les données de 2018 quand nous les avions. 

Le niveau de sélectivité à l’oral est donc très différent en fonction des écoles et ne respecte pas toujours le classement SIGEM. Par exemple, l’ESSEC a un taux de sélectivité plus élevé que l’ESCP alors qu’elle est traditionnellement au-dessus dans tous les classements. En fait, le niveau de sélection à l’oral est tout simplement choisi par les écoles elles-mêmes en fonction de leurs objectifs.

 

Les trois stratégies « classiques » des écoles

En observant les différentes barres d’admissibilité et la sélectivité des oraux, on peut distinguer trois types de stratégies adoptées par les différentes écoles.

La première est d’avoir une barre d’admissibilité basse. Des écoles comme SKEMA ou Rennes SB ont maintenu volontairement en 2019 des barres faibles pour pouvoir ensuite sélectionner au maximum leurs étudiants avec les oraux. Ce sont donc des écoles qui ont un taux de sélectivité aux oraux plus élevé : 58,15% pour SKEMA (juste quatre points de pourcentages de plus qu’HEC) et 68,48% pour Rennes SB.

Cette stratégie est aussi privilégiée par les écoles qui ne remplissent pas et qui souhaitent avoir le plus d’admissibles possible pour maximiser leur chance de remplir leurs rangs. Contrairement à SKEMA ou Rennes SB, ces écoles en bas de classement n’ont pas un taux de sélectivité élevé à l’oral (il est supérieur à 95% pour une dizaine d’entre elles).

La seconde est de choisir une barre d’admissibilité haute, à l’instar de l’ESSEC, d’emlyon ou d’Audencia. Ces écoles privilégient la sélection à l’écrit et préfèrent ainsi garder une barre d’admissibilité haute. Comme l’école en question sait qu’elle a la cote et qu’elle sera choisie par beaucoup de candidats, elle peut ne pas déclarer admissibles des candidats qui ont moins performé aux écrits. Une haute barre d’admissibilité est ainsi perçue comme un gage de crédibilité par les candidats.

Enfin, la stratégie propre à HEC est d’avoir une forte sélection aux écrits et aux oraux. L’école de Jouy peut se le permettre grâce à son rang historique de leader du classement SIGEM. L’extrême majorité des admis à HEC l’intègre in fine, seuls deux ou trois refusent HEC chaque année.

 

Quelles seront les barres d’admission cette année ?

Comme aucun oral n’a lieu, le concept de barre d’admissibilité n’existe pas cette année. Les écoles doivent donc directement moduler leurs barres d’admission pour maximiser leurs objectifs.

Réglons d’abord la question pour HEC, qui est assez à part. La barre d’admission sera la moyenne du 400e candidat à l’issue des écrits. Cette moyenne sera vraisemblablement supérieure aux barres d’admissibilité 2019 (14,08) et 2018 (13,98). Elle devrait donc se situer entre 14,5 et 15. En effet, des étudiants situés entre la 400e et la 800e place pouvaient passer les oraux d’HEC et tiraient donc la barre d’admissibilité vers le bas. Ce ne sera évidemment pas le cas cette année.

 

Une hausse globale de la barre d’admission à relativiser

Pour les autres écoles, la question du niveau des barres d’admission se complique. Elles devraient être globalement plus élevées puisque les écoles ne pourront que sélectionner sur les écrits.

Les écoles qui ont traditionnellement une barre haute, comme l’ESSEC, vont sûrement légèrement l’augmenter mais pas plus que ça. En effet, la sélection dans ces écoles s’est toujours faite sur les écrits et non sur les oraux. L’annulation des oraux ne changent donc pas grand chose pour elles.

Des écoles qui avaient une barre relativement basse, comme SKEMA ou Rennes SB, devraient elles avoir une barre plus haute cette année. Elles avaient l’habitude d’avoir une forte sélectivité à l’oral mais elles devront cette année sélectionner uniquement sur les écrits.

Cependant, ça ne devrait pas être le cas de toutes les écoles qui adoptent traditionnellement une stratégie de barre d’admissibilité basse. Pour celles qui ont dû mal à remplir leurs effectifs, trop monter la barre pourrait être synonyme d’avoir une promotion réduite. Les barres des écoles moins attractives en ce moment ne devraient donc pas beaucoup évoluer à la hausse.

Enfin, des écoles qui avaient un accueil admissibles de qualité sont plus lésées par l’annulation des oraux. Elles ne devraient donc pas non plus beaucoup augmenter leur barre par prudence.

 

On espère que cet article t’a éclairé sur le niveau de sélectivité et des barres d’admission pour les concours 2020 ! Les dés sont jetés, il n’y a plus que quelques semaines à attendre maintenant. Profite de tes vacances bien méritées !

Juliette de Cordovez

Etudiante à HEC Paris