SKEMA et ESCP : co-conceptrices de l’épreuve d’ESH SKEMA et ESCP : co-conceptrices de l’épreuve d’ESH
Cette année, la BCE a prévu de nombreux remaniements concernant tant-attendues épreuves des concours. Nous vous avions annoncé la fusion des épreuves de Culture... SKEMA et ESCP : co-conceptrices de l’épreuve d’ESH

Cette année, la BCE a prévu de nombreux remaniements concernant tant-attendues épreuves des concours. Nous vous avions annoncé la fusion des épreuves de Culture Générale de l’emlyon et HEC la semaine dernière. Aujourd’hui, c’est au tour de l’épreuve d’ESH d’ESCP Europe de subir un petit lifting.

 

SKEMA s’ajoute à la liste des écoles conceptrices

Dès 2019, SKEMA devriendra co-conceptrice, avec l’ECP Europe, de l’épreuve d’Economie-Sociologie-Histoire pour la filière ECE. Les professeurs désignés par les écoles sont les suivants :

  • Didier Marteau, économiste et professeur à l’ESCP. Il est spécialiste des marchés d’options.
  • Emmanuel Combe, économiste spécialisé dans les questions de régulations et de concurrence. Il enseigne par ailleurs à SKEMA BS.

Tous deux devront s’assurer que le sujet de l’épreuve soit en accord avec le programme étudié par les préparationnaires. En outre, ils devront aussi dialoguer avec les correcteurs et l’inspection académique.

Pour SKEMA BS, la décision du conseil de la BCE est accueillie avec joie. La Directrice Générale de SKEMA, Alice Guilhon, s’exprime : « Je me réjouis de cette évolution majeure pour SKEMA. C’est une reconnaissance forte de la qualité de notre corps professoral, de notre attractivité en hausse et de notre attachement au modèle des classes préparatoires ».

« Nous sommes ravis de co-concevoir avec SKEMA » annonce Franck Bournois, Directeur Général de l’ESCP Europe. « Les Humanités font partie du corpus indispensable des dirigeants, nécessaires à leur ouverture d’esprit et leur compréhension du monde. A ce titre elles font partie intégrante de nos enseignements. Je me réjouis à l’idée qu’Emmanuel Combe, ancien professeur à ESCP Europe, et Didier Marteau puissent à nouveau travailler ensemble à l’élaboration d’une épreuve exigeante qui contribue à la sélection académique des meilleurs élèves. »

 

Les derniers sujets d’ESH, créés par l’ESCP

Jusqu’alors, l’ESCP Europe était la seule école à concevoir le sujet. Pour rappel, voici les cinq derniers sujets :

  • 2018 : Doit-on considérer que la désindustrialisation est un processus inéluctable dans un pays développé ?
  • 2017 : Le bon fonctionnement d’un marché justifie-t-il l’intervention de l’État ?
  • 2016 : La mondialisation peut-elle expliquer les mauvaises performances économiques et sociales des pays ?
  • 2015 : Peut-on considérer que la concurrence constitue le véritable moteur de la croissance économique ? Vous illustrerez votre propos à partir des mécanismes économiques et de l’histoire des faits économiques du monde contemporain.
  • 2014 : Existe-t-il une fiscalité optimale pour assurer la croissance économique ?

Plus de sujets sont disponible dans l’article Annales AEH ESH.

 

Des changements à prévoir  pour cette épreuve d’ESH ?

En 2018, ils étaient 3988 candidats à présenter cette épreuve et la moyenne obtenue s’élevait à 10,65. C’est moins que celle d’HEC (11,20) mais supérieur à celle de l’ESSEC (10,33). Dans le détail, les moyennes des cinq premières écoles utilisatrices s’échelonnent tel quel :

  • ESCP Europe : 11,95
  • emlyon : 11,55
  • EDHEC : 11,59
  • Audencia : 11,08
  • Grenoble EM : 11,24

Concernant SKEMA BS, les candidats ayant intégré l’école ont eu 10,34 de moyenne. Utilisée par toutes les écoles de la BCE, hormis HEC et l’ESSEC, avec des coefficients allant de 6 à 8 (12 pour Saint-Cyr), cette épreuve était déjà conçue par Emmanuel Combe, avant qu’il ne quitte l’ESCP pour SKEMA. Ainsi, on peut raisonnablement penser qu’il n’y aura pas gros changements à prévoir sur cette épreuve.

 

Flore Deghaye