Ultimes conseils pour l’épreuve de culture générale EDHEC-ESSEC 2021 Ultimes conseils pour l’épreuve de culture générale EDHEC-ESSEC 2021
A quelques jours ou quelques heures du concours, il est particulièrement instructif de revoir les rapports du jurys et les derniers conseils pour être... Ultimes conseils pour l’épreuve de culture générale EDHEC-ESSEC 2021

A quelques jours ou quelques heures du concours, il est particulièrement instructif de revoir les rapports du jurys et les derniers conseils pour être au taquet le jour de l’épreuve ! Dans cet article, on te donne toutes nos astuces pour bien te préparer mentalement à l’épreuve de Culture générale Edhec-ESSEC 2021 !

Mais avant, tu peux retrouver toutes les informations des concours dans notre rubrique dédiée Inside Concours BCE 2021.

Cette année, Major-Prépa t’accompagne tous les jours pendant les concours ! Retrouve le Live Inside Concours à midi et à 18h30 tout au long des concours BCE. Voici ci-dessous le lien de l’Inside Concours de ce jour :

 

Sujets de culture générale EDHEC-ESSEC des dernières années :

2021 : Qu’est-ce qu’une vie animale ? (Ecricome)

2020 : Désir et réalité.

2019 : Que perd-on quand on perd la mémoire ?

2018 : Qu’est-ce qui fait qu’un corps est humain ?

2017 : La force de la parole.

2016 : Le livre de la nature.

2015 : Faut-il toujours préférer la vérité ?

2014 : L’occupation de l’espace.

2013 : Le plaisir de penser.

 

 

Ce que disent les rapports de jury de culture générale EDHEC-ESSEC :

« Je déplore une régression de l’écriture, qui s’était pourtant bien améliorée depuis quelques années, et le retour des encres trop pâles, quasi-illisibles, difficulté accentuée par la numérisation des copies. Une encre foncée et une écriture soignée et aérée sont non seulement agréables pour le correcteur, mais un atout réel pour le candidat, dont il est facile de s’assurer.» (2020)

« En règle générale, les candidats ont pris la notion en bloc et sont passés d’une signification à une autre insensiblement. Or les réponses esquissées à la question posée ne pouvaient que dépendre du sens que l’on donnait à ses termes, sens qui peut et doit évoluer au cours du devoir, pour aboutir à un travail de distinction et de précision conceptuelles. » (2019)

« Il nous faut donc sanctionner toute copie qui se contente d’évoquer allusivement un grand nombre de directions possibles de réflexion et au contraire valoriser toute copie qui pense longuement et précisément en compagnie et à l’aide d’une référence, quelle qu’elle soit. » (2012)

« Une absence de problématisation, qui fait que le sujet […] devient un prétexte à la récitation de connaissances certes louablement acquises, mais insuffisantes pour témoigner de la pertinence d’une réflexion et d’une culture générale assez maîtrisée pour enrichir l’analyse. » (2015)

« Rappelons aux candidats qu’une langue correcte et la maîtrise de l’écriture (qui n’est pas la simple transposition de la parole, mais a son style et ses exigences propres) sont la condition première d’une dissertation réussie. » (2015)

« On se retrouve parfois devant un festival de name-dropping qui frise l’indigestion et peut donner lieu à des confusions, des pataquès  — orthographe baroque de noms d’auteurs, attributions loufoques d’œuvres — dont les candidats se passeraient avec profit s’ils restreignent leur besoin de citer à quelques références pertinentes et maîtrisées. » (2014)

« [Les candidats] doivent, d’une part, [….] se distinguer en évitant en particulier de voir en quelques lieux communs l’alpha et l’oméga de la pensée et d’autre part, se plier aux exigences propres à l’épreuve de la dissertation. » (2011)

 

Conseils pour cartonner le jour J 

  • Soigner la problématisation : les rapports de jury en sont unanimes. Définir précisément les termes est une étape cruciale de l’introduction. Afin d’y parvenir, isoler un terme et le comparer avec des termes qui s’en rapprochent est une solution efficace. Tu connais déjà la définition précise de l’animal, l’important est de définir les mots qui l’accompagnent… Le sujet Ecricome, « qu’est-ce qu’une vie animale ? », demande une réflexion précise sur ce qu’est la vie, en la comparant avec la vie humaine par exemple (retrouve l’analyse complète ici). Chaque comparaison de synonyme apportera une nuance supplémentaire susceptible de complexifier ton analyse et de cerner le sujet avec justesse. Avec le sujet Ecricome de cette année, il était intéressant de comparer le sujet avec l’expression « une vie de chien », est-ce dire qu’avoir animale est forcément péjoratif (coucou Diogène). Cela évitera en outre toute confusion et éventuel hors sujet dans la suite de la composition du sujet.
  • Construire un plan qui fait progresser la réflexion : souvent, il est possible de construire un plan de dissertation en s’appuyant dans une première partie sur l’idée la plus évidente qui transparaît à travers le sujet. Il faut essayer d’extraire la thèse qui est à l’origine de préjugés qui nous font croire que telle assertion est la plus logique. Dans une deuxième partie, on peut ensuite interroger les présupposés sous-jacents à cette réflexion et ainsi montrer qu’elle n’est pas toujours pertinente pour plusieurs raisons. La troisième partie, celle du dépassement, fait appel à l’imagination et à l’originalité de l’élève. C’est la partie la plus complexe où idéalement la réflexion se dévoile pleinement car elle va le plus loin dans les questions qu’elle continue de se poser. C’est le moment d’être original !
  • N’essaye pas de claquer tes références ! Toute référence n’est pas bonne à mettre dans une copie. Tu as certainement de nombreuses choses à dire mais n’oublie pas que l’épreuve de CG n’est pas une épreuve de restitution de connaissances mais plutôt une épreuve de réflexion. L’idéal (réfère-toi au deuxième point) est de commencer à un point A et finir à un point B, en t’appuyant sur des thèses qui aident à ta réflexion.
  • Assure-toi de bien développer les auteurs classiques. Certains auteurs, comme Descartes pour le thème de l’animal, sont extrêmement classiques et vont être utilisés dans presque toutes les copies. Pour faire la différence, évite de les traiter « en surface », et engage-toi profondément dans la réflexion pour montrer que tu as bien compris la thèse de l’auteur.

 

Retrouve peu après l’épreuve le sujet ici, et son analyse ici !

 

Maxence Delespaul

Étudiant à HEC après deux années de classe préparatoire ECS.