NEOMA aurait pu s’appeler… NEOMA aurait pu s’appeler…
Avril 2013 : c’est officiel Rouen Business School et Reims Management School se marient. Mais leur nom n’a été officiellement dévoilé qu’en septembre 2013. Néanmoins,... NEOMA aurait pu s’appeler…

Avril 2013 : c’est officiel Rouen Business School et Reims Management School se marient. Mais leur nom n’a été officiellement dévoilé qu’en septembre 2013. Néanmoins, en allant sur le site de l’INPI, il a été plutôt facile de trouver en avant-première le nom de la nouvelle entité :

 

Il est très difficile de donner un nom à une école issue d’une fusion… L’objectif : créer une nouvelle identité de toute pièce, à partir de ce qui pourrait réunir deux ensembles auparavant bien établis. Ainsi, en novembre 2009, l’ESC Lille et le CERAM Business School de Sophia-Antipolis donnent naissance à SKEMA Business School, acronyme de School of Knowledge Economy and Management. Puis KEDGE Business School, issue de la fusion d’Euromed Management et de Bordeaux Ecole de Management (l’ESC Pau qui devait en faire partie a finalement conservé son indépendance), a opté pour un mot anglais méconnu signifiant  “ancre à jet”, en référence à la localisation des écoles, sur le littoral atlantique et méditerranéen.

 

Alors, avant de se décider pour le nom de NEOMA, quelles ont été les pistes envisagées par les équipes des deux écoles ? Un petit tour sur le site de l’INPI permet de savoir que l’agence de protection mandatée par l”école avait déposé 4 noms potentiels pour son école, à savoir NEOMAASCEND. WIDE et INVENS.

 

Le nom INVENS a été éliminé rapidement dans la mesure où l’école n’a pas réservé le nom de domaine (c’est-à-dire l’adresse internet) associé. Et puis même, Invens Business School… Bof, bof. Il fallait donc choisir entre WIDE, ASCEND et NEOMA.

 

WIDE a été éliminé rapidement, ce qui n’a pas été une mauvaise idée étant donné la gêne d’un jeune diplômé de l’école devant un potentiel employeur anglophone :

“I graduated in Wide Business School !”

“A wide Business School ?” (quizzical glance) “Which one ?”

“Wide Business School in France.”

“Yes but which one ?”

Commencer par un dialogue de sourd…de quoi donner une très mauvaise impression de départ.

 

ASCEND a heureusement subi le même sort. Cette appellation sonnant bien anglophone tout en conservant l’idée française d’ascension n’est pas du meilleur goût. Lors de la parution du classement Major-Prépa SIGEM, on aurait imaginé cette année les terribles jeux de mots du style : “ASCEND n’est plus sur la pente ASCENDante…” Du plus mauvais effet.

 

Restait donc NEOMA, plus cohérent en se rattachant au concept de néo-management (qu’on a quand même du mal à identifier… car ce serait dire qu’ailleurs on y fait du management à l’ancienne ?). Si de nombreux étudiants apprécient ce nom court, d’autres s’insurgent du décalage entre ce qui est promu et ce qui se passe réellement. L’un d’eux dénonce anonymement : “Quand on refuse les doubles diplômes, que l’on souhaite être une école de généralistes qui gère des spécialistes, il semble ridicule de vouloir faire du nouveau management alors que toutes les écoles tendent à s’ouvrir sur d’autres disciplines (ingénieurs notamment) et ont des campus à l’étranger (nous allons avoir la Chine, après tout les autres).

Et vous, êtes-vous satisfait de ce nom ?

Mehdi Cornilliet Fondateur

22 ans, étudiant à HEC Paris, ancien étudiant en prépa ECS au Lycée La Bruyère (Versailles) et fondateur de Major-Prépa.

No comments so far.

Be first to leave comment below.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *