10 erreurs à ne pas laisser traîner dans sa copie d’anglais 10 erreurs à ne pas laisser traîner dans sa copie d’anglais
L’anglais ne manque pas de règles et de subtilités grammaticales qui peuvent piéger les candidats aux concours. Retour sur les dix erreurs classiques à... 10 erreurs à ne pas laisser traîner dans sa copie d’anglais

L’anglais ne manque pas de règles et de subtilités grammaticales qui peuvent piéger les candidats aux concours. Retour sur les dix erreurs classiques à ne pas commettre dans une copie !

 

#1. Le « -s » à la troisième personne

C’est probablement la faute d’anglais la plus classique, mais c’est aussi l’une des plus faciles à corriger au moment de relire sa copie !

La règle est simple : au présent, à la forme affirmative, les verbes se conjuguent avec un « -s » à la troisième personne du singulier. Attention toutefois à deux cas plus complexes :

  • Pour la forme interrogative et la forme négative, c’est le verbe « do » qui prend le « -s » : Does he like coffee?
  • Selon la terminaison du verbe, on ajoutera « -ies » ou « -es » au moment de conjuguer : He cries (to cry), she brushes (to brush), she relaxes (to relax)…

 

#2. Les verbes irréguliers

Les erreurs de conjugaison coûtent souvent cher dans une copie, notamment pour l’épreuve de thème. Outre les règles de conjugaison pour les verbes dits «normaux », il faut aussi connaître un large panel de verbes dont la conjugaison au prétérit est irrégulière. En voici une liste (très loin d’être exhaustive…) des plus fréquents :

  • Verbes à trois formes : to begin/began/begun (commencer), to eat/ate/eaten (manger), to drink/drank/drunk (boire), to choose/chose/chosen (choisir), to draw/drew/drawn (dessiner), to swear/swore/sworn (jurer)…
  • Verbes à deux formes : to bring/brought/brought (apporter), to seek/sought/sought (chercher), to hang/hung/hung (pendre), to sleep/slept/slept (dormir), to feed/fed/fed (nourrir)…
  • Verbes à une forme : to bet/bet/bet (parier), to set/set/set (disposer)…

 

#3. La place du COD et du sujet

En anglais, on essaie au maximum de ne pas séparer le verbe de son COD, sauf exception pour insérer une incise très courte et si le COD est très long. En thème, il faut donc réorganiser certaines phrases pour respecter cet ordre canonique de la phrase anglaise.

  • Il attendait depuis des mois le retour de son frère – He’d been waiting for his brother to come back home for months.

L’inversion sujet-verbe est donc quasiment impossible en anglais, sauf si la phrase commence par un adverbe restrictif ou négatif (never, hardly, barely, not only…) ou pour exprimer l’irréel du passé dans un anglais très formel.

  • Nous étions à peine rentrés dans la pièce lorsqu’ils commencèrent à nous applaudir – No sooner had we entered the room than they started clapping.
  • Si tu avais travaillé davantage, tu aurais réussi ton examen – Had you studied harder, you would have passed your exam.

 

#4. L’emploi de « will »

En anglais, on ne peut jamais employer « will » après « when » lorsque ce dernier introduit une subordonnée temporelle. La même règle prévaut pour toutes les prépositions introduisant une subordonnée temporelle : once, as soon as, until… On peut cependant retrouver « will » dans la proposition principale. Dans une phrase au style indirect,  au passé, la règle reste la même mais c’est cette fois « would » qu’on ne peut plus utiliser.

  • Quand je serai plus grand, je serai policier – When I am older, I will be a policeman.
  • Quand tu auras fini tes devoirs, tu pourras regarder le match de football – Once you are done with your homework, you will be allowed to watch the football game.

Pour autant, il existe bien des cas où l’on peut utiliser « will » et « when » dans une même proposition, notamment lorsque « when » est un pronom relatif ou introduit une phrase interrogative.

  • When will you come back?
  • There will be a time when nobody will keep denying climate change.

 

#5. Le pluriel idiomatique

L’anglais est en un sens plus logique : lorsqu’il y a plusieurs possesseurs et plusieurs objets possédés, on emploie le pluriel pour les objets possédés (même si chaque individu du groupe ne possède qu’un seul objet).

  • Ils ont levé la têteThey raised their heads.

 

#6. Les verbes et leur(s) préposition(s)

Certains verbes se construisent nécessairement avec une préposition qui leur est associée et qu’il faut connaître par cœur ! Une des grandes confusions chez les candidats est celle entre la construction du verbe « to say » et celle du verbe « to tell ». Lorsqu’on veut indiquer à qui une personne s’adresse, « tell » est suivi immédiatement du complément là où « say » appelle la préposition « to ».

  • I told him what John had said to me.

Certains verbes peuvent même se construire avec plusieurs prépositions qui changent leur sens, notamment le verbe « to think ». On traduira en effet davantage  « to think about » par « songer à, réfléchir » et « to think of » par « penser à », en particulier lorsqu’on se réfère à quelqu’un.

Enfin, certains verbes se construisent avec une particule (ou préposition) qui modifie leur sens initial : ce sont les « phrasal verbs ». Il en existe des centaines et un même verbe peut donner plusieurs « phrasal verbs » aux sens totalement différents : to look forward to (attendre impatiemment), to look up (chercher dans le dictionnaire), to look up to (admirer).

 

#7. La traduction de « dont »

La traduction de « dont » peut changer selon la fonction du mot dans la phrase. Lorsqu’il est complément du nom et qu’il correspond alors à un adjectif possessif, il se traduit essentiellement par « whose », même lorsque ce « whose » renvoie à un inanimé (une entreprise, une maison). Cependant, dans un anglais plus formel, pour des inanimés, on emploiera plus facilement l’expression « of which », comme dans le deuxième exemple ci-dessous.

  • Jane, whose grand-father is ill, did not went to class today.
  • This car, the windows of which were replaced last year, belongs to Mike.

Toutefois, lorsque « dont » est en français complément du nom, on le remplacera en anglais par « whom/which », mais qui sont souvent sous-entendus.

  • Le restaurant dont je t’ai parlé a fermé hier  – The restaurant I told you about closed yesterday.

Enfin, lorsque « dont » est utilisé pour extraire une certaine quantité d’un groupe, on sera cette fois-ci obligés d’utiliser « of which » ou « of whom ».

  • Ces jeunes démocrates, dont trois n’ont jamais voté, se sont rendus à la convention du parti le mois dernier – Those young Democrats, three of whom have never voted, attended the party convention last month.

 

#8. Les majuscules

Les majuscules sont beaucoup plus fréquentes en anglais qu’en français. On les utilise notamment pour :

  • les adjectifs de nationalité, les noms de peuple ou de langage ;
  • les jours et les mois ;
  • les titres et institutions (Prince William) ;
  • les dénominations religieuses (Muslim, Jew, Christian) ;
  • les partis politiques (the Greens) ;
  • les évènements ou références historiques (the Victorian Age).

 

#9. Les chiffres et dates

En anglais, la virgule s’utilise à la place de l’espace français (2,575 dollars/2 575 dollars) et le point à la place de la virgule (2.5 points/2,5 points). L’écriture des dates est souvent inversée lorsqu’on les écrit en chiffres. La date du 9/11 renvoie au 11 septembre, et non pas au 9 novembre ! Lorsqu’on écrit les dates, deux écritures sont possibles (britannique ou américaine) :

  • Saturday, 2nd February (UK)
  • Saturday, February 2nd (US)

Attention aux lettres qui suivent les jours des mois lorsqu’on les écrit en abrégé : 1st of November, 2nd of December, 3rd of December, 4th of December…

Les siècles s’écrivent en chiffres arabes (the 20th century) et les décennies s’écrivent avec un « -s » à la fin (the 1960s).

 

#10. La ponctuation

Dans un dialogue en anglais, on utilise les guillemets simples ou doubles pour introduire les répliques (là où en français elles sont généralement introduites par un tiret).

  • « What did John say? », Sophie asked.

Remarquons d’ailleurs que l’incise en anglais conserve généralement l’ordre sujet/verbe à la différence du français. Pour autant, écrire « asked Sophie » dans la phrase précédente reste grammaticalement correct (mais inusité). En revanche, cette forme n’est pas possible lorsque le verbe en incise est introduit par un pronom. On aura forcément « she asked ».

On emploie moins de virgules en français qu’en anglais. Des virgules séparent souvent les adjectifs épithètes devant un nom, ce qui peut occasionner des contresens en version.

  • It’s going to be a long, hot summer.

 

Te voilà désormais armé pour ne plus commettre des fautes qui coûtent cher ! Retrouve aussi toutes nos ressources pour réviser les épreuves d’anglais dans cet article.

Pierre Faury

Etudiant à HEC Paris