États-Unis : pays de la liberté depuis le XVIIIe siècle ?  États-Unis : pays de la liberté depuis le XVIIIe siècle ? 
Les États-Unis, land of freedom, se sont construits sur des bases d’affirmation de la liberté des 13 colonies contre l’hégémonie du Royaume-Uni. Au cours de... États-Unis : pays de la liberté depuis le XVIIIe siècle ? 

Les États-Unis, land of freedom, se sont construits sur des bases d’affirmation de la liberté des 13 colonies contre l’hégémonie du Royaume-Uni. Au cours de l’histoire, ils deviennent une terre d’accueil pour ceux qui ont tout perdu, un pays où l’on peut recommencer sa vie à zéro. Or, si les États-Unis conservent aujourd’hui dans l’idéal commun l’image du pays où tout est possible (land of opportunities), ils occupent néanmoins une place centrale dans la controverse sur la lutte pour la liberté et ses restrictions, tant la vision de la « liberté à l’américaine » reste particulière et peut être difficilement universalisée.

Dans cet article, nous te proposons de dresser une fresque chronologique de la place de la liberté aux États-Unis au fil des siècles, en s’appuyant sur des exemples concrets dans l’histoire, la littérature, l’art pictural, mais aussi dans l’actualité du pays, en remontant d’abord jusqu’au XVIIIe siècle. N’hésite surtout pas à consulter les liens vers lesquels l’article renvoie, c’est essentiel pour t’imprégner du sujet !

Bonne lecture !

 

I. Au XVIIIe siècle, un pays fondé sur l’affirmation d’une liberté nouvelle

A. Un pays dont l’unité se construit contre le colonialisme anglais

Tu peux prendre l’exemple de la Boston Tea Party, événement historique décisif dans l’affirmation de l’indépendance des 13 colonies américaines et qui conteste l’autorité britannique.

 

B. Un acte proactif : la Déclaration d’indépendance du 4 juillet 1776

C’est la raison pour laquelle la fête nationale américaine (federal holiday) a lieu le 4 juillet (4th of July) et se nomme « Independence Day ».

Clique ici pour en savoir plus.

 

C. La rédaction de la Bill of Rights, 1789

La Constitution américaine et ses amendements.

 

II. Immigration to America and controls on Ellis Island (exemple de plan pour une colle)

Issue raised: How did the USA manage the different waves of incoming migrants since the end of the 19th century?

1. The American dream: a driving force (or pulling factor) of the migration

a. The image of a country of freedom willing to welcome weakened people…

– « The New Colossus », Emma Lazarus (lire le poème ici et retenir des formulations)

– The Statue of Liberty and her symbolism

 

b. …as opposed to the low standard of living in the migrants’ home countries

Daniel MacDonald, The discovery of the potato blight in Ireland (1852)

 

2. Strict controls at Ellis Island in order to prevent the destruction of the US

a. Migrants had to undergo a series of tests

Steps of Ellis Island’s inspection

– Errors were made in the personal information gathered from migrants: « Vito Andolini, from Corleone. » « …Okay, Vito Corleone. » (see movie extract from The Godfather)

– The questions immigrants were asked during the legal inspection 

 

b. Some were sent back to their country for not meeting the criteria

– « Don’t send me back! »: extract from Fred Mustard Stewart’s Ellis Island (1983)

 

Vocabulaire à retenir de ces documents

To undergo = subir

A stola = une toge

To worship = idolâtrer, rendre grâce à

Limbs = membres (jambes, bras…)

Beacon = phare, flambeau

Huddle, crowd = foule

Wretched = misérable

Complexion = carnation

Starvation = la famine

Blight = mildiou

A journey = un voyage

Detainees = des détenus

Grief = chagrin

Relief = soulagement

Smallpox = variole

Trachoma = trachome (infection oculaire contagieuse)

Lenient = laxiste

To limp = boîter

Bond = relation, lien

Anarchist = anarchiste

 

III. Les États-Unis modernes, une liberté qui déchante ?

A. Les années 1960 : BlackPower et Red Power, des mouvements nécessaires dans la lutte contre les discriminations raciales

Va voir ces liens sur le Black Power et le Red Power.

 

B. Du côté de l’État : faut-il restreindre ou contrôler les libertés au nom de la liberté ?

Guantanamo prison est une transgression sur les droits de l’homme (infringement on basic human rights).

– L’affaire (case) Edward Snowden (voir le film) : moins de liberté pour plus de liberté, la surveillance de ses citoyens par un État-espion.

 

C. La fin d’un « American Dream » ?

– Visionne ici un documentaire sur « l’Amérique des marges ».

– Dans le cadre de l’actualité politique des États-Unis, il convient également de rappeler les exactions de l’administration de Donald Trump qui consistent, entre autres, à diviser les familles en déportant les parents vers leur pays d’origine et à imposer un « Muslim Ban » qui fait régner la terreur. De telles politiques motivent la montée de partis extrémistes et xénophobes qui s’expriment au nom de la liberté de parole garantie par les Amendements : c’est une contradiction, car si la Constitution cherche l’unité mais divise les sociétés, faut-il alors la respecter à la lettre ?

 

Nous espérons que la lecture de cet article aura su te donner une vision d’ensemble sur l’histoire de la liberté aux États-Unis, et surtout te motiver à creuser davantage tes recherches sur les pistes proposées, afin de t’approprier encore plus le sujet.

Louise Pondevie

Etudiante à l'EDHEC, à l'issue de deux années de prépa ECS au Lycée Berthollet (Annecy)