Type to search

Culture générale

Mythe de Theuth : mémoire et écriture

Share

L’impact d’une technologie sur la mémoire humaine

  • Avant de commencer à lire cet article, nous vous conseillons de lire tout d’abord le court et fameux « Mythe de Theuth » en cliquant ICI. Il s’agit d’un mythe extrêmement célèbre qui se trouve dans Phèdre de Platon. Aussi, sur le rapport entre écriture et mémoire, nous vous recommandons de (re)lire l’article intitulé « Mémoire mécanique, mémoire créatrice ».
  • Ce mythe aborde le thème de la mémoire, et plus précisément celui de l’utilité des nouvelles technologies – ici, l’écriture – vis-à-vis de la mémoire humaine. Le thème sous-jacent abordé par ce mythe est celui du rôle du politique, qui pour Socrate doit juger du bien-fondé des innovations techniques.
  • Le problème posé dans ce mythe est le suivant : une nouvelle technologie, comme celle de l’écriture, est-elle un bien ou un mal pour la mémoire humaine ?

 

L’écriture : un remède pour la mémoire humaine ?

  • Il s’agit d’un mythe que Socrate raconte à Phèdre dans l’ouvrage qui porte le nom de ce personnage. C’est l’histoire de Theuth, un dieu égyptien, qui inventa en premier la science des nombres (l’algèbre, la géométrie, etc.) puis en second l’écriture. Ce dieu vint un jour à la rencontre du roi Thamous pour lui exposer l’ensemble de ses inventions, et lui proposer ensuite de les diffuser à tous les Égyptiens. Pour chacune des inventions, le roi lui demanda de lui fournir des arguments qui prouveraient son utilité, justifiant ainsi qu’il la diffuse dans son royaume.
  • Le dieu Theuth commença par lui expliquer que l’écriture serait un remède pour la mémoire humaine et qu’elle permettrait aux hommes d’accroître la science et leur mémoire. En effet, Theuth affirma que l’utilisation de cette technique serait un moyen d’étendre les connaissances humaines puisqu’elle pallierait les défauts de la science et de la mémoire humaine.

« Roi, lui dit Theuth, cette science rendra les Égyptiens plus savants et facilitera l’art de se souvenir, car j’ai trouvé un remède (pharmakon) pour soulager la science (sophia) et la mémoire. »

 

L’écriture atrophie la mémoire

  • Comme le dieu Theuth, on pourrait croire que l’écriture favorise le développement de la mémoire. Pour le roi Thamous, c’est le contraire qui se produirait. Selon lui, la conséquence de cette nouvelle technologie est qu’elle va atrophier notre mémoire. En effet, la possibilité de stocker des informations en dehors de notre mémoire va mécaniquement nous dispenser de les stocker dans notre mémoire.

« Elle ne peut produire dans les âmes, en effet, que l’oubli de ce qu’elles savent en leur faisant négliger la mémoire. Parce qu’ils auront foi dans l’écriture, c’est par le dehors, par des empreintes étrangères, et non plus du dedans et du fond d’eux-mêmes, que les hommes chercheront à se ressouvenir. »

  • Au lieu de chercher en eux-mêmes, c’est-à-dire dans leur mémoire, les hommes vont faire usage d’un support extérieur dont ils seront dépendants. Les hommes cesseront ainsi d’être très savants, contrairement à ce qu’ils s’imaginent, et à mesure que leurs connaissances auront pour support des technologies et non leur mémoire, leur ignorance s’accroîtra. Par là, Socrate montre les vertus de la mémoire qui permet de se constituer un véritable savoir.

« Tu donnes à tes disciples la présomption qu’ils ont la science, non la science elle-même. Quand ils auront, en effet, beaucoup appris sans maître, ils s’imagineront devenus très savants, et ils ne seront pour la plupart que des ignorants de commerce incommode, des savants imaginaires (doxosophoi) au lieu de vrais savants. »

  • Si l’écriture n’est pas le remède pour la mémoire humaine, elle a néanmoins comme vertu de conserver les souvenirs de la mémoire d’une manière plus efficace.

« Tu as trouvé le remède (pharmakon), non point pour enrichir la mémoire, mais pour conserver les souvenirs qu’elle a. »

 

Le politique juge du savant

  • Dans ce mythe, il y a deux personnages qui interagissent : l’un est le savant, le dieu Theuth, l’autre est le politique, le roi Thamous. Leurs fonctions sont tout à fait distinctes : le premier est un inventeur, il élabore des nouvelles technologies ; le second a pour rôle de discerner si cette technologie est utile ou non aux hommes.

« Tel homme est capable de créer les arts, et tel autre est à même de juger quel lot d’utilité ou de nocivité ils conféreront à ceux qui en feront usage. »

  • Ainsi, cette question de savoir s’il faut faire usage d’une nouvelle technologie lorsque nos facultés sont défaillantes, Platon montre bien qu’elle est politique et non scientifique. C’est au roi de trancher cette question !

N’hésitez pas à lire nos autres analyses ICI 😉

Tags:
Assia Hadj-Ahmed

Etudiante à l'ENS Ulm en Sciences sociales et à l'ESSEC en M2, je suis rédactrice en chef en CG/Philo et je gère l'équipe de rédaction A/L et B/L du site.

  • 1