Préparer l’épreuve d’éco-droit ESSEC 2018 Préparer l’épreuve d’éco-droit ESSEC 2018
Afin de préparer au mieux les épreuves, Major-Prépa te propose une fiche te permettant d’apprivoiser au mieux l’épreuve d’éco-droit ESSEC 2018. Y figurent les... Préparer l’épreuve d’éco-droit ESSEC 2018

Afin de préparer au mieux les épreuves, Major-Prépa te propose une fiche te permettant d’apprivoiser au mieux l’épreuve d’éco-droit ESSEC 2018. Y figurent les sujets des dernières années, un condensé de ce que disent les rapports de jury ainsi que des conseils pour cartonner le jour J ! Vive l’éco-droit et bon courage !

 

 

Sujets d’éco-droit ESSEC des dernières années 

2017 : L’économie numérique en France / L’économie numérique est-elle à l’origine d’une nouvelle phase de croissance économique ? / Responsabilité délictuelle des entreprises / Rupture du contrat de travail à l’initiative de l’employeur / Concurrence déloyale / Existe-t-il une responsabilité juridique de l’entreprise à l’égard de ses salariés ?

2016 : Les positions dominantes dans les plateformes numériques / Droit des contrats et commercial / Montrez comment l’évolution des conditions de création d’entreprise influence la liberté d’entreprendre.

2015 : L’intervention publique dans la correction des inégalités / Droit du travail, de la concurrence et compétence de juridiction et territoriale / Expliquez l’évolution du pouvoir juridique des consommateurs dans les relations économiques.

2014 : Le financement des entreprises / Droit des contrats, de la concurrence et de la propriété intellectuelle / Comment l’entreprise peut gérer les risques inhérents à son activité ?

2013 : Compétitivité et convergence des économies des pays de la zone euro/droit des contrats, de la concurrence et du travail/montrez comment la réglementation protège et contraint l’entreprise

 

 

Ce que disent les rapports de jury :

« Le jury est surpris, cette année encore, de lire des développements en économie comme en droit qui ne correspondent pas au sujet (ou à la question) posé(e). Les consignes sont pourtant extrêmement claires et ne souffrent d’aucune ambiguïté quant à leur compréhension. Ainsi, distordre le sujet ou en déplacer le sens est (lourdement) pénalisé. » (2017)

« Unanimement, les 10 membres du jury ont déploré, cette année plus encore qu’au cours des sessions précédentes, les très graves défaillances d’orthographe, de syntaxe, de grammaire ou encore de vocabulaire présentes dans les copies. Parfois, il y avait plus de 10 fautes (graves) par page !
[…]
Enfin, le jury a relevé très souvent l’emploi de termes trop familiers ou l’utilisation d’un langage peu académique ; par exemple, on a pu lire : « Les hommes politiques se moquent du numérique », « L’économie numérique est un fléau », « L’économie numérique est un casse-tête », « L’économie numérique est une épée à deux tranches », « Le secteur du numérique est celui qui numérise l’économie », ou encore « Le numérique plombe l’emploi et euphorise les inégalités»… Dans la partie juridique de l’épreuve, le jury a pu lire : « Le portefeuille de l’entreprise va prendre cher pour réparer les dégâts » ; « Les salariés doivent être cool dans leur travail ; là, ils ont fait une faute carrément stupide » ou encore « Les salariés qui ont fait la faute méritent d’être virés ». Toutes ces imperfections sont bien sûr pénalisantes car elles révèlent une mauvaise maîtrise tant du français que de l’analyse économique et juridique. » (2017)

« Les étudiants doivent s’entraîner à l’argumentation juridique et non s’attendre à déterminer une solution juridique ‘’seule et unique’’. » (2015)

« Quel que soit le sujet de veille juridique, celui-ci ne vise pas à l’exhaustivité. Tout développement correctement construit et exprimé faisant l’exposé intelligent de l’actualité juridique est valorisé. Il est toutefois indispensable que ce développement suive un fil conducteur répondant à une problématique. » (2015)

« Certains candidats n’ont pas pris la peine de compter le nombre de mots figurant dans leur synthèse ou encore indiquent un nombre de mots « fantaisiste ». Tous les correcteurs ont constaté un certain relâchement quant à l’orthographe et à la syntaxe. » (2014)

« Afin d’économiser des mots sans rogner sur la qualité, les candidats devraient éviter les formules de style indirect (nous nous demanderons si…), les formules impersonnelles (il faut constater que…). » (2015)

 

On révisera

  • Le droit du travail et des contrats : formation, rupture, conditions de validités…
  • La veille juridique : les sujets possibles sont toujours peu nombreux, revoyez ceux traités en cours et apprenez-les pour la boucler en 20 minutes
  • L’économie : découvrir les concepts abordés dans la synthèse vous fera perdre du temps et vous risquez de faire des contre-sens.

 

Conseils pour cartonner le jour J 

  • Faire une bonne introduction : accroche chiffrée, phrase de transition, problématique, annonce du plan
  • Attention à l’écriture, la propreté, la syntaxe et l’orthographe
  • Gérer son temps : respectez les temps conseillés
  • Apprendre l’intro de la VJ par cœur : cela fera gagner énormément de temps

Mehdi Cornilliet Fondateur

22 ans, étudiant à HEC Paris, ancien étudiant en prépa ECS au Lycée La Bruyère (Versailles) et fondateur de Major-Prépa.

No comments so far.

Be first to leave comment below.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *