Les questions fréquentes d’économie au QCM Ecricome Les questions fréquentes d’économie au QCM Ecricome
La partie économie de l’épreuve d’Économie et Droit à Ecricome comprend deux exercices à traiter en 2 h 30 environ : un questionnaire à... Les questions fréquentes d’économie au QCM Ecricome

La partie économie de l’épreuve d’Économie et Droit à Ecricome comprend deux exercices à traiter en 2 h 30 environ : un questionnaire à choix multiple et une question de réflexion argumentée. Aujourd’hui, nous allons nous concentrer sur le QCM, et plus précisément sur les questions fréquentes d’économie de cette épreuve.

Il faut tout d’abord savoir que cette épreuve vise à vérifier la maîtrise des notions économiques et des lois/théories économiques ou concepts qui leur sont rattachés, ainsi que la connaissance de l’actualité économique. Voici donc une liste, non exhaustive, de concepts, notions et chiffres clés à connaître absolument, car ils ont de très grandes chances d’être à l’origine d’une question à choix multiple.

 

Les données chiffrées

Le PIB de l’Union européenne : 16 400 milliards d’euros en 2019 ➜ soit 24 % du PIB mondial.

Le PIB de la France : 2 400 milliards d’euros en 2019.

L’Union européenne représente 15,6 % du commerce mondial en 2019.

Le budget de l’Union européenne est de 153 milliards d’euros en 2020 ➜ soit 1 % de son PIB.

Le taux de chômage en France est de 9,5 % en 2020, dans l’Union européenne il est de 7,2 % et aux États-Unis il est de 14,7 % (⚠️ il était de 3,6 % en 2019) ➜ chiffres impactés par la Covid-19.

Taux d’emploi en France en 2019 : 65,5 %.

Le taux de pauvreté en France : 14,7 % en 2018.

Le taux de pauvreté dans l’Union européenne : 17 % en 2018.

L’objectif DIRD (dépense intérieure de recherche et développement) pour 2010 en France : 3 % (il n’est toujours pas atteint aujourd’hui ⇒ 2,2 %).

L’objectif de diminution des gaz à effet de serre en Europe pour 2030 : 55 % (par rapport à 1990).

L’indice de Gini en France en 2018 : 0,3.

 

Les institutions et accords

Le CETA (Comprehensive Economic and Trade Agreement) est un accord de libre-échange économique et commercial global entre le Canada et l’Union européenne.

L’Acte unique européen ⇒ un marché unique qui repose sur trois principes : la libre circulation des Hommes, la libre circulation des capitaux et la libre circulation des marchandises.

Les différentes institutions de l’Union européenne et leurs présidents :                                                   

– le Conseil de l’UE ⇒ Charles Michel ;                                                                                                         

– le Parlement européen ⇒ David Maria Sassoli ;                                                                                  

– la Commission européenne ⇒ Ursula von der Leyen ;                                                                     

– la BCE (Banque centrale européenne) ⇒ Christine Lagarde.

 

Les notions et théories

Une économie d’endettement – J. R. Hicks : c’est un système financier dans lequel prédominent les financements intermédiés.

La dette publique : c’est l’ensemble des emprunts des APU (administrations publiques).

Le déficit public : c’est la différence entre les recettes et les dépenses des APU.

Les lois d’Engel : une augmentation des revenus engendre toujours une baisse de la part des dépenses en alimentation, une stagnation de la part des dépenses en vêtements et une hausse de la part des dépenses en loisirs.

Le dilemme du prisonnier – Albert W. Tucker : situation où deux joueurs auraient intérêt à coopérer, mais où, en l’absence de communication entre les deux joueurs, chacun choisira de trahir l’autre si le jeu n’est joué qu’une fois.

Un produit dérivé sur un marché financier : c’est un instrument financier qui peut faire l’objet de spéculation, sa valeur fluctue en fonction de l’évolution d’un autre produit.

La déflation : baisse durable et continue du niveau général des prix.

 

Mes tips

Pour finir, pour ceux qui ont lu cet article jusqu’au bout , je vous fais part de mes petits conseils :
1. Répondez à toutes les questions, il n’y a pas de points négatifs en cas de mauvaise réponse !
2. Ça ne sert à rien de justifier vos réponses, les justifications ne rapportent pas de points.
3. Il n’y a aucun piège dans les questions et réponses, elles sont posées de la manière la plus simple possible, donc ne vous triturez pas les méninges à trouver des pièges qui n’existent pas.
4. Si vous ne savez pas, vous ne savez pas ! Passez à la question suivante sans perdre de temps (mais mettez quand même une réponse aléatoire ➜ conseil n° 1).
5. Relisez-vous une fois que vous avez fini le QCM, ça vous évitera une faute d’inattention.

 

Maintenant, c’est à vous de jouer !

Valentin Laugeois

Etudiant à Skema Lille après une prépa ECT au lycée Jean Perrin (Marseille).