Qu’est-ce qui a changé à ICN ces deux dernières années ? Qu’est-ce qui a changé à ICN ces deux dernières années ?
Il existe une multitude de critères à prendre en compte au moment de choisir son école après deux ou trois ans de classe préparatoire.... Qu’est-ce qui a changé à ICN ces deux dernières années ?

Il existe une multitude de critères à prendre en compte au moment de choisir son école après deux ou trois ans de classe préparatoire. On peut bien sûr penser au classement (SIGEM ou autres), au réseau des alumni de l’école, à son offre de spécialisation, sa ou ses localisation(s), l’atmosphère perçu pendant l’accueil admissible…

Si on prend un peu de hauteur sur ces critères, il faut de manière plus générale regarder ce qu’est l’école aujourd’hui (sa position), et ce vers quoi elle tend à court ou moyen terme (sa dynamique). Il faut en effet garder à l’esprit que si l’expérience étudiante que tu vivras dépendra essentiellement de l’école « aujourd’hui », la valeur de ton diplôme une fois sur le marché du travail est elle liée en grande partie de la trajectoire de ton école.

Voilà pourquoi la dynamique dans laquelle une école s’inscrit a toute son importance : lorsque celle-ci est positive, elle permet de créer un cercle vertueux qui renforce l’école dans toutes ses composantes.

Dans cet article, nous allons donc nous intéresser à celle d’ICN Business School, qui s’est beaucoup distinguée (positivement) ces deux dernières années. Petit tour d’horizon du passé et du futur proche de la business school !

 

L’obtention de la triple accréditation internationale

Il y a tout juste un an, ICN a obtenu l’accréditation AACSB, qui avec EQUIS et AMBA (qu’ICN possédait déjà) constituent le triptyque qu’on appelle communément la « triple couronne ».

Depuis 2020 donc, ICN fait partie de la quinzaine d’écoles en France à détenir ce précieux sésame, qui distingue le top 1% des écoles de commerce au niveau mondial. Concrètement, la triple accréditation atteste de la qualité globale de l’école (pédagogie, corps professoral, campus, débouchés de l’école, etc.) et constitue par ailleurs un atout majeur pour la dimension internationale de l’école. En effet, une école triple accréditée parvient beaucoup plus facilement à nouer des partenariats avec des universités étrangères : ICN en propose plus d’une centaine à travers le monde à ses étudiants du PGE !

 

Une hausse spectaculaire du nombre de candidats aux écrits 2021

Même si le nombre d’inscrits n’est qu’un facteur parmi d’autres qui dénote l’attractivité d’une école, force est de reconnaître qu’ICN a crevé l’écran en janvier dernier ! Dans un contexte globalement morose (-1,6% de candidatures par rapport à 2020), l’école nancéenne a enregistré une hausse de 23,1% de ses candidats en 2021. Elle est ainsi la seule école à avoir vu ce chiffre augmenter de plus de 5%.

Ces résultats partiels corroborent la hausse d’attractivité de l’école que nous avions observée l’année dernière à l’issue des concours, mais qui n’avait pas pu être confirmée (les résultats SIGEM complets n’ont pas été diffusés en 2020).

 

Un choix de campus attractif

Nancy, Paris, Berlin : telles sont les trois villes dans lesquelles les étudiants d’ICN peuvent suivre leur cursus. En s’implantant dans deux des villes les plus attractives d’Europe et en renforçant sa logique « ARTEM » sur son campus historique de Nancy, ICN a indéniablement gagné en attractivité auprès des candidats de prépa.

Un double-diplôme pour tous les étudiants du PGE

A partir de la rentrée prochaine, tous les étudiants d’ICN pourront sortir double-diplômés du PGE et d’une spécialisation, incarnée par un MSc (Master of Science). Cette nouvelle modalité va ainsi permettre aux étudiants de faire reconnaître davantage leur expertise à la sortie de l’école, notamment auprès des employeurs internationaux pour qui le MSc est une norme :

 

Le développement spectaculaire de l’alternance

Dans un contexte de refonte globale de son PGE, ICN permet désormais de suivre la quasi-totalité de ses spécialisations (M1 et M2) en alternance, que ce soit sur le campus de Nancy, de Paris et Berlin ! Outre l’expérience professionnelle significative qu’elle suppose, le rythme alterné permet de décrocher un contrat d’apprentissage. À la clé, des frais de scolarité intégralement pris en charge par l’employeur, tout en touchant un salaire proche de celui du SMIC… de quoi bien profiter de sa vie étudiante !

Pour en savoir plus sur le PGE d’ICN, c’est par ici !

Dimitri Des Cognets

Rédacteur en chef de Major-Prépa