Dissertation – Une puissance européenne ou des puissances en Europe ? Dissertation – Une puissance européenne ou des puissances en Europe ?
Selon Pierre Buhler le terme puissance peut se définir comme la capacité à agir sur le monde qui nous entoure. De ce fait, en... Dissertation – Une puissance européenne ou des puissances en Europe ?

Selon Pierre Buhler le terme puissance peut se définir comme la capacité à agir sur le monde qui nous entoure. De ce fait, en géopolitique, le terme puissance désigne généralement les États qui du fait de leur économie, de leur politique étrangère et de leur force militaire ont un rayonnement et une influence au niveau mondial. Dans le contexte présent, le terme « européenne » fait référence à l’Union Européenne des 28. De plus le terme puissance se révèle être polysémique. En effet, s’il est employé sans le « s » il désigne l’UE des 28 et se comprend comme la définition donnée précédemment. Néanmoins, s’il est employé au pluriel, le terme sous entend chaque État membre de l’UE de manière indépendante et leur poids au niveau mondial. De ce fait, dans le sujet « Une puissance européenne ou des puissances en Europe ? », il s’agit de se demander si l’UE peut être considérée comme influente à l’échelle mondiale ou si ce sont uniquement certains des États membres qui participent activement à son influence mondiale. Le terme « ou » est aussi ambivalent car il sous entend un choix, en d’autres termes soit l’UE a un rayonnement mondial, soit ce sont certains pays uniquement qui possèdent ce rayonnement. Ainsi, comment est perçue l’UE l’échelle mondiale ? Dans un premier temps, l’étude portera sur le fait que l’UE a un rayonnement mondial, puis sur le fait que certains pays ont une influence à l’échelle mondiale plus prépondérante que d’autres et enfin sur le fait qu’il s’avère être en réalité de converser avec l’UE.

 

 

I- L’UE un rayonnement mondial

 

A) Un pôle majeur de la mondialisation économique

a) La place de l’UE dans le commerce des biens et des services

La part l’UE dans les exportations mondiale est de 31,5% ce qui en fait un géant commercial. Cela est dû à l’extraversion des PECOs depuis l’ouverture du mur en 1989. De plus cette place de choix est en partie due à l’importance du commerce intra-régional, en effet depuis 1986 et la signature de l’Acte Unique le marché commun créé en 1957 est devenu un marché unique. Les élargissement successifs,notamment ceux de 2004, 2007 et 2013, ont considérablement augmenté le nombre d’États au sein de l’UE et donc la capacité de pouvoir commercer avec eux.
De plus, l’UE est la première puissance mondiale pour le commerce de services.

 

b) L’UE dans la mondialisation financière

L’UE est le premier émetteur mondial d’IDE, en effet les entreprises européennes investissent massivement à l’extérieur de leur pays. Selon le classement réalisée par la CNUCED, les firmes européennes sont plus nombreuses que celles américaines (58 vs 22 dans le top 100 des entreprises émettrices d’IDE)
Néanmoins, les flux intracommunautaires contribuent à 59% du stock sortant d’IDE en 2013.
D’autre part, l’UE reste très attractive pour les investisseurs étrangers.
Enfin, les banques et les bourses de l’UE sont des acteurs importants (Deustche Bank, Bourses Européennes)

 

c) L’UE, au cœur du réseau de transports et de communication

Elle possède 4 des plus grands aéroports mondiaux (Paris, Berlin, Amsterdam, Francfort). Depuis 1996 l’Union européenne a mis en place un programme de développement des infrastructures de transport (réseau transeuropéen de transport ou RTE-T). En avril 2004, une liste de 30 projets prioritaires a été arrêtée. Ces projets représentent un investissement global de 225 milliards d’euros à l’horizon 2020. Ils peuvent bénéficier de financements européens à hauteur maximale de 20 %.

 

B) Le rayonnement commercial de l’UE

a) L’UE et les États-Unis

Les États-Unis et l’UE forment un vieux couple. En effet, l’UE des 28 détient près de 28% de son stock d’IDE extracommunautaires aux États-Unis. Inversement, les Sociétés Transnationales américaines restent les plus gros investisseurs dans l’UE. Il y a donc des relations privilégiées entre l’UE et les États-Unis. De plus, la part de l’UE dans le commerce extérieur des USA est de 22% pour les importations et 18% pour les exportations.

Bien que la PAC soit entrée en vigueur en 1962 afin de soutenir l’agriculture et l’élevage européen, l’UE se situe derrière les USA pour l’exportation de produits agricoles.

 

b) l’UE et l’Asie

L’UE destine à l’Asie près de 27% de ses exportations extracommunautaires alors qu’un tiers de ses importations viennent d’Asie. Cela a pour corollaire un déficit commercial croissant de l’UE envers cette région. Il y a la prégnance du Japon dans les échanges de l’UE, même si au début ce pays était perçu comme un partenaire très lointain.

 

c) l’UE et l’Amérique Latine

L’UE ne réalise que 6,5% de son commerce extracommunautaire avec l’Amérique Latine. Pour celle-ci, l’UE est un partenaire plus important et recherché pour diversifier ses échanges par rapport aux poids dominant des USA.

L’UE a conclu en 2002 un accord d’association avec le Chili comprenant également un traité de libre-échange. Deux accords signés en 2010 ont pour but de favoriser les exportations des produits manufacturés et services européens.

Le poids du Brésil dans les importations de l’UE : 24% des exportations agricoles brésiliennes sont destinées à l’UE pour une valeur proche des exportations agricoles de toute l’Afrique vers l’UE. Ainsi l’UE a réussi à imposer ses tarifs aux pays du monde.

 

C) Un poids dans la gouvernance mondiale

a) La place de la monnaie (Euro)

L’Euro a un rôle international, en effet c’est devenu une monnaie internationale parce qu’elle est utilisée par les non-résidents pour des transactions commerciales et financières. 30% des transactions du commerce mondial sont payées en euro et cette part ne cesse d’augmenter. En 2015 la BCE chiffrait le nombre (en valeur) de billets circulant hors zone-euro à 25% (pour au moins 177 milliards d’euros).

La part de l’Euro est également élevée dans les réserves des États Unis, des pays de l’Europe non membre de l’UE et de la Russie.

 

b) Son rôle dans l’OMC

Au sein de l’OMC, il y a un organe de règlement des différends (ORD) dans lequel l’UE est représentée de manière unique.

 

c) Son rôle dans le FMI

Le FMI ou Fond Monétaire International est traditionnellement dirigé par un Européen et plus particulièrement par un pays de l’UE.
2004 : Rodrigo Rato (espagnol)
2007 : Dominique Strauss-Kahn (français)
2011 : Christine Lagarde (française)
De plus l’UE représente 30% des fonds du FMI.

 

II- Néanmoins, l’UE ne serait pas une puissance unique car seuls certains États arrivent à s’imposer

 

A) Analyse du texte de Zaki Laïdi

a) UE et puissance sont-ils compatibles ?

L’UE ne sera jamais une grande puissance car il lui manque un demos et de plus, l’UE n’a pas la volonté d’être le garant ultime de sa sécurité et ce depuis la signature du TAN en 1949 et la mise en place de l’OTAN en 1950.

 

b) L’UE quel numéro de téléphone ?

Il est difficile pour n’importe quel interlocuteur extérieur à l’UE de savoir exactement à qui s’adresser quand il veut converser/marchander avec l’UE du fait de la démultiplication des instances européennes (Commission européenne, Présidence tournante etc…). De ce fait, les interlocuteurs préfèrent se tourner directement vers les pays qui leur apparaissent comme les plus forts dans l’UE pour commercer. Ils s’adressent ainsi à Angela Merkel qui apparait comme la femme la plus puissante d’Europe.

 

B) L’UE confronté à la puissance Russe

a) la volonté d’extension de la Russie

Depuis les débuts de l’élargissement, l’Union Européenne n’a cessé de voir ses frontières s’étendre vers l’Est, ce qui va à l’encontre des intentions de Poutine qui lui souhaite préserver l’étranger proche.

Il considère les extensions de l’Union Européenne comme une véritable agression.

 

b) les exportations de gaz obligent à l’apaisement des tensions.

Les Occidentaux sont assez dépendants des exportations de gaz russe, notamment l’Allemagne et l’Italie qui importent plus de 50 milliards de m3 par an à eux deux.

 

c) cependant, une dégradation des relations s’est récemment faite sentir.

En 2004, le bouclier anti-missile est instauré par Bush en République-Tchèque et en Bulgarie. Ce programme provoque des vives réactions de Vladimir Poutine qui menace alors d’installer une base militaire dans le Kaliningrad. Bien que l’élection de Barack Obama ait permis un apaisement des tensions, l’annexion récente de la Crimée et l’affaire Nordstream 2 les a ravivées.

 

C) La domination du couple franco-allemand

a) L’Allemagne et l’UE

L’UE s’étend de l’Atlantique à la mer Noire. La République Fédérale est au cœur géographique d’une union d’états qui compte plus de 500 millions d’habitants. Vu de Pékin, on a l’impression que la capitale de l’UE n’est pas à Bruxelles, mais à Berlin. Ce fait montre la reconnaissance que la Chine marque envers la prééminence économique de la République Fédérale dans l’UE. Pour les Chinois mais aussi pour un bon nombre de pays, l’UE est aujourd’hui une « Europe allemande » où chaque résolution surtout dans le domaine des finances publiques apparaît comme un “diktat” allemand.

 

b) L’Allemagne et la France dans les institutions européennes

96 députés au Parlement Européen, 29 voix au Conseil Européen et au Conseil des ministres, 20% du budget européen financé par l’Allemagne…
France : 29 voix au Conseil Européen et au Conseil des ministres, Parlement européen à Strasbourg, utilisation du Français dans les instances européennes.

 

c) Deux pays à vocation internationale

Deux membres fondateurs de l’ONU, membres du G20.
Importance de la place de la France en Afrique
Allemagne : partenaire commercial important (industrie automobile allemande)

 

 

III- « L’UE doit agir comme un acteur global »

A) Quels sont les principaux défis de l’UE ?

Une démographie vieillissante donc un rétrécissement physique de l’UE. En 2030 la population européenne augmentera de 2% tandis que celle de l’Afrique augmentera de plus de 30%.
Une dépendance accrue au niveau des régions instables comme la Russie, le Moyen Orient et l’Afrique.

 

B) De la souveraineté nationale à la souveraineté européenne ?

Aucun problème de la planète ne peut être traité par un État tout seul. Le cadre de l’UE est multiplicateur en termes de moyens et de légitimités pour les États membres qui préfèrent agir avec l’UE.

Il y a de plus en plus de politiques extérieures communes qu’il s’agisse de l’environnement ou du réchauffement climatique…
De plus, il y a des régions où le niveau européen s’impose comme les Balkans, la Corne de l’Afrique ou l’Amérique Latine.

 

C) Y-a-t-il un objectif stratégique ?

L’UE doit avoir comme objectif un monde régulé qui ne soit ni le droit du plus fort, ni l’anarchie mais fondé sur un droit international politique et économique en confortant les institutions multilatérales.
En conclusion, l’Union Européenne est bien une puissance mondiale. Elle se démarque en effet grâce à son poids commercial, à ses relations avec les autres continents, et à une monnaie forte : l’Euro. Cependant, certains États comme l’Allemagne ont une plus grande influence, que ce soit au niveau mondial et au sein des institutions européennes. L’Union Européenne doit alors agir comme un acteur global, en répondant aux nouvelles problématiques causées par l’élargissement, les zones de conflit, la crise de l’Euro et la mondialisation.

 

Noémie Moreau

Ancienne élève au lycée Dupuy de Lôme (Lorient) voie S. Actuellement étudiante en deuxième année à SKEMA et à l'université Jean Moulin (Lyon) en relations internationales et diplomatie.