La prépa ECT – Matières, Concours et Débouchés La prépa ECT – Matières, Concours et Débouchés
La prépa ECT est l’une des trois options de la filière économique et commerciale des Classes Préparatoires aux Grandes Ecoles (CPGE), composée également des... La prépa ECT – Matières, Concours et Débouchés

La prépa ECT est l’une des trois options de la filière économique et commerciale des Classes Préparatoires aux Grandes Ecoles (CPGE), composée également des ECS et des ECE. Les prépas EC, appelées parfois prépa HEC, ont vocation à aider leurs étudiants à intégrer l’une des 26 écoles de commerce accessibles via le concours prépa.

La prépa ECT s’adresse donc en priorité aux étudiants titulaires d’un bac STMG. Elle dure deux années, à l’issue desquelles les étudiants passent généralement deux concours :

  • Le concours BCE, pour Banque centrale d’épreuves, qui regroupe 24 des 26 écoles de commerce post-prépa.
  • Le concours Ecricome, qui permet de présenter deux écoles que sont NEOMA Business School et KEDGE Business School. A partir de de 2020, Rennes School of Business et l’EM Strasbourg seront également accessibles depuis Ecricome.

 

Qui peut faire une prépa ECT ?

La prépa ECT est exclusivement réservée aux étudiants titulaires d’un bac STMG, (ou, pour les Marocains, aux bacheliers économiques).

A ce titre, la BCE et Ecricome demandent les diplômes du bac des candidats, notamment pour vérifier que les étudiants qui passent le concours de la voie ECT sont effectivement légitimes pour le faire. En effet, certaines prépas privées avaient pris pour habitude de présenter des candidats titulaires de bac S ou ES.

Les profils recherchés par les classes préparatoires sont ceux d’étudiants sérieux, qui apprécient les matières enseignées au lycée car l’apprentissage en classe préparatoire ressemble beaucoup à celui du secondaire, même si les notions sont plus poussées.

Il y a des prépas pour tous les niveaux, il est donc possible d’entrer en classe prépa avec une moyenne générale au lycée relativement faible (10 ou 11 par exemple). Néanmoins, la majorité des prépas exige 12 ou 13 de moyenne, et les plus sélectives peuvent refuser des candidats qui avaient 15 ou 16 de moyenne générale au lycée.

 

Les matières enseignées en prépa ECT

Les matières enseignées ressemblent fortement dans le contenu à ceux du lycée. Les coefficients alloués à chacune d’elles sont relativement homogènes, il faut donc être solide partout pour espérer les meilleures écoles.

 

Matière Volume horaire Pondération aux concours
Mathématiques + Informatique  6 heures 15,3%
Management et Gestion 7 heures 25,5%
Langue vivante 1 5 heures 11,2%
Langue vivante 2 4 heures 7,9%
Culture Générale – Philosophie 3 heures 12,2%
Résumé et synthèse de textes 3 heures 9,5%
Économie-droit 5 heures 18,4%

 

Quel rythme de travail ?

Encore une fois, le rythme et la répartition du travail ressemble à celui d’un lycéen en filière STMG. Néanmoins, comme les étudiants de prépa s’entrainent dans l’optique de passer un concours, l’exigence est bien supérieure à celle du bac pour ceux qui veulent intégrer les meilleures école : tout dépend donc de la motivation et des ambitions de chaque étudiant.

Quoi qu’il en soit, les cours se tiennent souvent de 8h à 17h, avec une à trois interrogations orales (les fameuses “colles”) et un DS sur table par semaine. Évidemment, même s’il n’y a pas de “devoirs” à proprement parler, il est fondamental de travailler après les cours pour revoir les notions abordées en classe.

Par ailleurs, il faut garder à l’esprit que c’est un processus long, qui engage l’étudiant pour deux ans avec pour seule véritable échéance celle des concours : cela demande beaucoup de discipline. Heureusement, les enseignants de cette filière essayent au maximum d’inculquer cette logique à leurs étudiants afin de maximiser leurs chances au bout du chemin.

 

Les partiels et examens

Si les interrogations orales et écrites sont donc régulières, elles ne sont donc que des indications pour les étudiants quant à leur niveau pour chaque matière. La seule chose qui compte, ce sont les notes aux concours ! Néanmoins, il faut tout de même assurer des notes minimales, au risque de ne pas passer en seconde année. Si le travail est régulier, même sans se focaliser sur le DS de chaque semaine, cela devrait bien se passer.

Chaque année, les classes préparatoires organisent un à deux concours blancs, afin de permettre aux étudiants de s’acclimater aux exigences des vrais concours et d’avoir une vision claire de leur niveau à un instant T.

Enfin, comme au lycée, des conseils de classes sont tenus chaque trimestre, à l’issue desquels un bulletin est publié et adressé à chaque étudiant. Il est important également de noter que des crédits ECTS sont attribués par année, comme pour une L1 et une L2 classique.

 

Comment savoir si la prépa ECT est faite pour moi ?

Il ne faut d’abord pas se censurer ! La prépa est gratuite, certes exigeantes mais toujours synonyme de réussite : il y a plus de places dans les écoles que de candidats aux concours : faire une prépa et parvenir jusqu’au bout constitue donc l’assurance d’intégrer le programme grande école d’une business school d’un excellent niveau.

L’important donc est d’avoir le mental, de ne pas se décourager face aux premières difficultés et de toujours chercher à s’améliorer durant les deux ans de préparation aux concours !

De même, si la prépa requiert beaucoup de travail personnel, il ne faut pas pour autant faire un trait sur ses amis et ses activités : il est important de se sentir bien physiquement et mentalement pour exceller.

 

Comment se déroulent les concours ECT ?

A l’issue des deux années, les étudiants passent donc les fameux concours : entre Ecricome et la BCE, les épreuves durent environ trois semaines, à raison de deux épreuves par jour.

Toutes ces épreuves permettent d’obtenir une moyenne par étudiant, selon laquelle celui-ci est déclarée admissible ou non-admissible à chacune des écoles. Chaque école possède ainsi ses propres coefficients et sa propre barre admissibilité. Commence alors le Tour de France des écoles, durant lequel les candidats admissibles tentent de convertir leur admission. Les épreuves orales sont généralement les deux langues étrangères présentées au concours ainsi que l’entretien de personnalité.

Enfin, les étudiants rentrent leurs vœux d’intégration sur le Système d’Intégration aux Grandes Ecoles de Management (SIGEM). Les résultats finaux leur sont données vers mi-juillet.

Dimitri Des Cognets

Rédacteur en chef de Major-Prépa