Réussir ses concours : de l’importance du mental (1/2) Réussir ses concours : de l’importance du mental (1/2)
Se préparer aux concours consiste, au-delà des révisions, à s’y préparer psychologiquement, et à s’atteler à transformer son stress en force. A l’exception de... Réussir ses concours : de l’importance du mental (1/2)

Se préparer aux concours consiste, au-delà des révisions, à s’y préparer psychologiquement, et à s’atteler à transformer son stress en force. A l’exception de quelques personnes très confiantes, vous ne pourrez réchapper au stress qui accompagne les concours : vous avez travaillé durement pendant 2 ou 3 ans, et vous avez un peu l’impression de jouer votre vie, c’est normal. Toutefois, vous pouvez composer avec ce stress et en faire un élément stimulant, facteur de réussite. Considérez les concours comme un défi lancé à vous-mêmes, l’occasion de vous dépasser.

Pour commencer, il faut comprendre d’où vient ce stress : il est lié à la fois à la perception que l’on a de l’importance d’une situation, et de l’idée qu’on a de ses capacités à y faire face. C’est ce deuxième point qui nous amène à un facteur clé de réussite : la confiance en soi. Loin d’être innée, elle peut toutefois être « simulée », au moins pour ces deux semaines. Ce n’est plus le moment de vous rabaisser. Après des dizaines de DS et khôlles, des soirées de révisions intenses et toutes les joies que la prépa peut apporter, il est temps d’aller s’attaquer à ces fameuses épreuves ! Même dans vos matières « faibles », mettez-vous dans l’optique de vous dépasser. Cet état d’esprit tient à des détails idiots : mettez votre tenue préférée, écoutez une musique qui vous motive et vous donne envie de gravir des montagnes… Construisez cette confiance, même si elle n’est que temporaire.

Le stress provient aussi du sentiment d’être dépassé par les concours et l’ampleur du programme qu’on vous demande d’avoir assimilé. Il est tout naturel, car le jour J, il est très probable que vous oubliiez des détails répétés des centaines de fois par vos professeurs : des méthodes, des règles de présentation, des astuces… Or, ce n’est pas le moment de mal gérer votre temps ou de reproduire des erreurs communes qui vont vous faire perdre des points inutilement. Pour éviter ces désagréments et avoir l’impression de maîtriser davantage la situation, adoptez une préparation millimétrée : elle vous permettra d’aborder plus sereinement les concours.

Cet article vise, entre autres, à proposer LA solution, toute bête mais extrêmement utile, pour être plus performant lors des concours : les « conseils de moi à moi » par épreuve, soit un document créé par vous et pour vous dans lequel vous résumez, selon le planning du concours et pour chaque épreuve, les principales règles de présentation, astuces, façons d’aborder l’épreuve… Ces conseils sont applicables pour le concours Ecricome, qui dure 3 jours, mais sont surtout essentiels pour le concours BCE qui s’étale sur deux semaines et au cours duquel il faut tenir sur la longueur.

Ci-dessous un exemple de ce planning de conseils élaboré la semaine précédant le concours BCE 2017 en filière ECS :

Il ne vous reste plus qu’une chose à faire : établir votre propre plan d’attaque pour arriver aux épreuves 2018 avec un mental d’acier et exploiter au maximum vos capacités, qui sont souvent bien plus importantes que vous ne l’imaginez !

 

Réussir ses concours : de l’importance du mental (2/2)

 

Camille Beguin

18 ans et étudiante en 1ère année à HEC. Je suis là pour vous conseiller en termes de méthodologie, et je rédige aussi des articles de géopo ou autres !