La prépa ENS Cachan D2 : voie royale et parcours du combattant La prépa ENS Cachan D2 : voie royale et parcours du combattant
Les Classes Préparatoires à l’Ecole Normale Supérieure de Paris-Saclay (ex-ENS Cachan), section Économie et Gestion (D2), ou plus communément appelées “Prépa ENS Cachan D2”... La prépa ENS Cachan D2 : voie royale et parcours du combattant

Les Classes Préparatoires à l’Ecole Normale Supérieure de Paris-Saclay (ex-ENS Cachan), section Économie et Gestion (D2), ou plus communément appelées “Prépa ENS Cachan D2” ou encore “Prépa ENS Paris-Saclay D2”, sont encore aujourd’hui (avec leurs homologues juristes D1) assez méconnues dans le paysage de l’enseignement supérieur français et même dans le milieu médiatique.

Pourtant, ce cursus mériterait une plus grande attention : constituant un véritable double cursus entre Classe Préparatoire et Université, cet enseignement atypique est souvent considéré comme une “voie royale” afin d’accéder à l’une des meilleures écoles de France.

 

Un parcours atypique

La prépa ENS Cachan D2, ou prépa ENS Paris-Saclay D2, a pour principale particularité tout d’abord de proposer une forme de double cursus.

En effet, durant toute la durée de leur parcours, les élèves bénéficient à la fois de cours dans une Classe préparatoire au sein d’un Lycée, et de cours dans l’une des universités partenaires (parfois au choix de l’élève entre Fac de management ou d’Economie).

Ce parcours, singulier par rapport aux autres classes préparatoires, a pour véritable avantage de proposer aux élèves une forme de complémentarité, disposant par exemple de deux approches différentes pour une même matière.

Très enrichissant, il est toutefois synonyme de beaucoup de travail. Il sera donc nécessaire pour le Cachanais de savoir s’adapter à deux environnements différents, mais aussi de devenir un excellent gestionnaire de son temps : les élèves doivent à la fois gérer, en plus des nombreux trajets entre les instituts, concours blancs et colles de la Prépa, mais également périodes de partielles à l’Université.

D’autre part, la validation des semestres universitaires et l’obtention de bons résultats sont des éléments essentiels pour pouvoir poursuivre en classe prépa mais surtout pouvoir prétendre à de nombreux concours donnant accès aux Masters en Sciences Économiques et de Gestion et aux Écoles de Commerces.

La priorisation et la polyvalence deviennent donc des compétences déterminantes !

 

 L’admission à l’ENS Cachan, le graal du jeune économiste

L’École Normale Supérieure (ENS) est aujourd’hui l’une des plus grandes écoles de France, au même rang que l’illustre École Polytechnique (l’X) ou encore l’École des Hautes Études Commerciales de Paris (HEC Paris).

Ayant formé de grands professeurs, politiques et chercheurs, réussir les concours de l’ENS permet d’entrer dans le club très privé de l’élite intellectuelle française avec tous les avantages qui en découlent.

Toutefois, derrière ce nom se cache plusieurs instituts : l’ENS de Ulm, l’ENS de Paris-Saclay (ex-Cachan), l’ENS de Lyon ou encore de Rennes … Et mécaniquement plusieurs concours pour des formations très différentes (Physique, Mathématiques, Économie, Droit, Sociologie, Design, …).

 

La prépa ENS Cachan D2 prépare, sans grande surprise, au concours du département d’économie et de Gestion de l’École Normale Supérieure de Paris-Saclay (ex-Cachan).

Concrètement, il s’agit d’accéder à l’une des meilleures formations en économie de France, très valorisante sur un CV, avec toute la palette de métiers affiliés à ce domaine d’étude (économiste, enseignant-chercheur, haut-fonctionnaire, financier, …) à la fois dans le secteur public et privé.

Réussir ce concours donne accès au statut de “Normalien”, qui présente des avantages financiers et statutaires non sans intérêt. De fait, les élèves admis par concours à l’ENS de Cachan deviennent dès lors fonctionnaire d’Etat et signent un engagement décennal (engagement à travailler pendant 10 ans pour l’Etat français) . Par conséquent, ils reçoivent durant toute la durée de leur formation une rémunération de 1.494,30€ brut par mois (à rembourser au prorata si engagement décennal rompu) et un emploi quasi garanti à leur sortie d’études.

Ils peuvent aussi accéder à des concours parallèles et à formations dans d’autres grandes écoles (Polytechnique, HEC, Massachusetts Institute of Technology …), l’assurance d’un CV bien garni !

 

A juste titre, l’ENS Cachan apparaît donc être la formation rêvée pour un jeune économiste. Toutefois, même si l’admission constitue le Graal, il s’obtient au prix d’un dur labeur et d’une importante sélectivité (30 places à l’échelle nationale).

 

Nature du concours de l’ENS Cachan D2

Le concours de l’ENS Cachan D2 s’articule en deux parties principales : le concours écrit (admissibilité) et le concours oral (admission).

Le premier est composé de 4 épreuves de 4H : Mathématiques, Microéconomie, Macroéconomie et Option (Histoire des faits économiques ou Gestion au choix de l’élève). Ce dernier exige un travail assidu durant deux années et demande un important esprit d’analyse notamment en mathématiques.

Sa réussite autorise à concourir aux épreuves orales, réalisées dans les locaux de l’ENS Cachan.

Celles-ci sont au nombre de quatre, et se réalisent devant un jury composé d’une ou deux personnes : Mathématiques, Économie, Méthodologie et Langue (au choix).

Chaque épreuve exige une bonne aisance orale, des connaissances importantes et une certaine finesse d’esprit.

Ce n’est qu’après avoir obtenu de bons résultats aux oraux et avoir été sélectionné par les différents jurés que vous serez accepté en tant que futur normalien.

Mais pour tous ceux qui échouent et qui se découragent face à l’ampleur du travail qui les attend, de nombreuses portes restent ouvertes !

 

Préparer l’ENS Cachan, une passerelle pour l’EM Lyon, l’ENSAI ou l’EDHEC

Après plusieurs mois, il est courant que de nombreux cachanais, se découragent, abandonnent l’ambition de prétendre à l’admission à l’ENS de Cachan par son exigence, ou comprennent que l’économie n’est simplement par leur voie.

Toutefois, rien n’est perdu !

En effet, il est important de souligner qu’outre ce « Graal » que représente Cachan, il existe d’autres opportunités non négligeables !

Prétendre simplement l’admissibilité à l’ENS de Cachan constitue une passerelle à d’autres écoles tout aussi intéressantes.

Premièrement, elle permet de prétendre à l’admission à emlyon, quatrième école de commerce de France.

Cette passerelle est particulièrement intéressante, sachant que comparativement, la sélectivité pour intégrer cette école via les prépas économiques et commerciales est plus féroce !

Secondement, elle donne accès aux oraux de l’École Nationale de la Statistique et de l’Analyse de l’Information (ENSAI), une formation de qualité qui forme de grands statisticiens.

Enfin, il est important de souligner que préparer l’admissibilité à l’ENS Cachan constitue un moyen détourné de préparer le concours écrit de l’EDHEC composé d’une épreuve de mathématiques, de langue ainsi que d’une synthèse de documents.

Ainsi, certains élèves qui se donnent les moyens de préparer ce concours, parviennent quelquefois à le réussir bien qu’ils soient en concurrence avec les étudiants issus des prépas scientifiques.

 

Une prépa qui offre d’autres possibilités de débouchés, mais au prix d’une plus grande prise d’autonomie

Enfin, il est important de savoir qu’une majorité d’élèves de ces prépas n’optent pas pour ces options qui restent très complexes à obtenir ! Il est tout à fait possible de prétendre à une multitudes d’autres concours ou cursus en s’en donnant les moyens !

Même si les prépas ENS Cachan D2 cherchent de nos jours à écarter ce type d’élèves dits « décrocheurs », en analysant leur détermination et en les encourageant à partir au plus tôt de l’école, il est possible d’accéder à une multitude de concours pour lesquels vous serez plus ou moins (voire pas du tout) préparés par vos professeurs : Concours des IEP, Concours des école de commerce (Passerelles, Tremplin, EDHEC, et pour certaines prépas le concours HEC), …

 

Des concours avec lesquels vos principaux concurrents seront des élèves issus de Facultés ou autre équivalent Licence 2, qui ne posséderont pas forcement la rigueur à laquelle vous êtes soumis en tant qu’élève de prépa.

De plus, vous posséderez l’autonomie et le niveau nécessaire pour vous démarquer (en anglais, ou en économie par exemple), et en vous préparant un peu sérieusement (souvent au détriment d’un bon dossier de prépa) vous devriez réussir sans souci (pour décrocher Grenoble Ecole de Management, Audencia ou Toulouse Business School par exemple).

 

Enfin, et là tout l’avantage du double cursus avec l’Université, les cachanais peuvent prétendre sur dossier et/ou concours à des formations sélectives en Université :

  • Magistères (Magistère Economie du Développement du CERDI, Magistère Ingénieur Economiste de l’Université Aix-Marseille II, Magistère Finance de l’Université Paris-Sorbonne, …)
  • Licences sélectives.

 

Un parcours du combattant

Néanmoins, avant de vous engager dans cette voie, il est important de bien comprendre l’exigence d’une telle formation.

La prépa ENS Cachan D2 exige de ses étudiants un certain nombre de compétences.

 

Premièrement, des compétences intellectuelles.

Proposant des matières axées majoritairement sur l’économie, avec la possibilité de se spécialiser en gestion ou en histoire des faits économiques, la rigueur d’esprit est essentielle.

L’outil mathématique reste un élément prédominant, ce qui déroute beaucoup d’élèves et qui peut devenir décourageant pour ceux n’ayant que peu d’affinités avec cette matière. Y compris pour de très bons élèves de filière Economique et Sociale.

Ainsi, nous noterons que les bacheliers issus de la filière scientifique sont souvent ceux qui réussissent le mieux dans le parcours pourtant économique de ces prépas.

 
Deuxièmement, des compétences personnelles.
En effet, la prépa ENS Cachan, comme de nombreuses prépas par ailleurs, exige une grande quantité de travail personnel. Les cachanais alternent constamment concours blancs, colles, cours et partiels. Ils doivent, pour pouvoir atteindre leurs objectifs, s’investir personnellement dans leur formation, et ne pas avoir peur de faire quelques sacrifices.

Il est déterminant de se montrer combatif, quand bien même le fruit de votre travail n’est pas toujours au rendez-vous. Il faut savoir mettre sa fierté de côté et avancer lorsque les notes, qui durant les années de terminale étaient très satisfaisantes, deviennent médiocres voire décevantes.

 

Un parcours qui peut créer des déceptions

Bien que les prépas et notamment la Prepa ENS Cachan D2, jouissent d’une bonne réputation et apparaissent comme l’assurance d’un bel avenir, cette image n’est que partielle.

Si beaucoup d’élèves parviennent à rentrer à l’ENS Cachan, ENSAIE, Magistères ou Ecoles de Commerces, une partie d’entre eux peuvent également connaître un certain sentiment de déception.

Il est important de noter que s’investir et travailler âprement est essentiel pour poursuivre en classe préparatoire, mais n’est parfois pas suffisant pour obtenir un dossier convenable ou réussir les concours. Il arrive que certains étudiants (pourtant très travailleurs) se retrouvent dos au mur à la fin des deux années en classe préparatoire et doivent continuer à l’université avec un dossier assez médiocre et handicapant pour la suite de leur parcours (les concours pour postuler en Master s’axant souvent sur ce dossier).

De plus, les élèves ayant souhaité continuer en prépa et préparant des concours pour des écoles de commerce finissent par faire face à un programme difficile, car obligés de travailler des matières qui ne sont parfois pas utiles à un rythme intensif, ce qui n’est pas le cas des élèves uniquement en université ou en IUT par exemple.

Aussi, intégrer le Top 5 des Ecoles de Commerce française est très complexe en Prépa Cachan D2, le concours pour l’EDHEC Admission Sur Titre étant plutôt destiné à des élèves en prépa maths (au vu de la difficulté des épreuves), et certaines prépas ne préparant pas à HEC.

Il est donc très important de savoir où l’on va, et d’évaluer ses capacités et objectifs sans se décourager face à la difficulté.

Malgré ces défauts, les prépas ENS Cachan restent des classes où le travail de groupe est toujours favorisé, ce qui permet en général d’instaurer une bonne ambiance et de travailler dans un contexte agréable en profitant de cours certes complexes mais aussi très enrichissants pour le reste de votre parcours peu importe la voie que vous choisissez !

 

Note cet article

Clique sur la note que tu souhaites donner !

Note moyenne / 5. Nombre de votes

Pierre-Emmanuel Bretagnolle

Etudiant en M1 à Toulouse Business School. Issu d'une prépa ENS Cachan D2 à Montpellier. Grand passionné d'informatique, du marketing digital et des pugs.