La Chine, superpuissance du XXIe siècle ? La Chine, superpuissance du XXIe siècle ?
« Observer avec attention, assurer notre position, traiter les affaires avec calme, dissimuler nos capacités et prendre notre temps, savoir user de discrétion et... La Chine, superpuissance du XXIe siècle ?

« Observer avec attention, assurer notre position, traiter les affaires avec calme, dissimuler nos capacités et prendre notre temps, savoir user de discrétion et ne jamais revendiquer la prééminence. » Voici quelques-uns des conseils qu’aurait tenu à laisser Deng Xiaoping à son pays avant sa mort en 1997. Plus de 20 ans après, la Chine est une puissance toujours plus complète et unique. Pour l’illustrer, référons-nous aux critères de la puissance selon Gérard Dorel : « Un État qui se distingue non seulement par son poids territorial, démographique et économique, mais aussi par les moyens dont il dispose pour s’assurer d’une influence durable sur toute la planète en termes économiques, culturels et diplomatiques. » La Chine sera-t-il la superpuissance de ce XXIe siècle ?

 

« Poids territorial, démographique et économique »

La population chinoise est la plus nombreuse au monde (1,4 milliard) et jouit de la 4e plus large superficie de la planète (9,6 millions de km2). Incontestablement, le pays a un poids territorial et démographique colossal. Premier PIB mondial depuis quelques années et avec une croissance qui, malgré une baisse, reste au-dessus de 6 %, la Chine est également un géant économique. Ses infrastructures le démontrent et les villes chinoises créent énormément de richesses. L’ensemble Beijing-Tianjin génère, par exemple, un PIB égal à celui de l’Australie. La mégalopole du Delta de la Rivière des perles a un PIB équivalant à celui de la Corée du Sud. Symboles de sa puissance exportatrice, les ports chinois dominent les classements mondiaux en volume. Dans le top 10, sept sont chinois dont le premier, celui de Shanghai (37 millions d’EVP en 2016).

Concernant cette première partie des critères, l’Empire du Milieu est sans contestation possible une très grande puissance.

 

« Influence durable en termes économiques, culturels et diplomatiques »

Malgré sa politique de non-ingérence, la Chine possède une influence diplomatique croissante. Son budget militaire est le deuxième mondial (255 milliards de dollars), certes, loin derrière les États-Unis (655 milliards), mais près de quatre fois supérieur à l’Arabie Saoudite, troisième budget (67 milliards). De plus, son siège permanent au conseil de sécurité de l’ONU lui octroie un droit de veto, et la Chine gagne de l’influence au sein de cette institution, notamment via des investissements massifs sur le continent africain.

L’empire du Milieu est le premier partenaire commercial du continent africain et leurs échanges sont passés de 12 à 300 milliards de dollars entre 2000 et 2015. Gérard Dorel parle d’une influence « sur toute la planète » comme critère. La Chine s’attaque également à l’Europe et au Moyen-Orient via son projet des nouvelles routes de la soie. L’objectif est double : commercer plus facilement avec l’Europe et sécuriser l’approvisionnement en hydrocarbures depuis le Moyen-Orient. L’Amérique du Sud n’échappe pas à la règle, sur les 15 dernières années, les investissements chinois ont été multipliés par 20 sur le continent. La Chine est notamment le premier partenaire commercial du Brésil, première puissance économique sud-américaine.

Au niveau culturel, les nombreux instituts Confucius (525) contribuent à la diffusion de la culture chinoise dans le monde. Les géants de la tech permettent également à Xi Jinping de revendiquer une influence numérique et économique de premier ordre. Les BATX (Baidu, Alibaba, Tencent, Xiaomi) concurrencent les GAFAM américains, et Huawei se positionne en leader sur le futur marché de la 5G.

En s’attaquant à tous les continents, la Chine élargit donc son influence géographiquement, mais elle la diversifie également, en appuyant sur la diplomatie, la culture et l’économie.

 

La Chine, superpuissance du XXIe siècle ?

Si la Chine monte incontestablement en puissance sur tous les points, elle reste confrontée à un nombre important de défis, en premier lieu sur son territoire, avec une autorité mise à mal. En effet, la répression à Hong Kong ou bien les camps d’Ouïghours au Xinjiang vont être des sujets décisifs concernant l’image du régime auprès de la communauté internationale. De plus, la population chinoise est encore en partie pauvre (170 millions de personnes) avec des inégalités qui se creusent de plus en plus. Comme au Japon, la population chinoise est vieillissante et le nombre d’actifs par retraité devrait passer de 3 à environ 1,3 en 2050.

Les défis sont également externes. La guerre économique avec les États-Unis est au cœur des enjeux internationaux. La Chine peut-elle privilégier une alliance avec son voisin russe ? En 2016, Vladimir Poutine et Xi Jinping ont signé un gigantesque accord gazier (sur 30 ans, 38 milliards de dollars/an). En Asie, le concurrent indien va prendre de l’ampleur, dépassant la Chine en nombre d’habitants d’ici à 2050. Et les conséquences des revendications de l’empire du Milieu en mer de Chine restent un point d’interrogation majeur dans la région.

 

Cartographie de la (super)puissance de la Chine

 

Conclusion

Ce sujet est très large. À vrai dire, on pourrait quasiment faire un sujet sur chacune des trois parties ici présentes. Par conséquent, ce plan ne se veut pas exhaustif. La Chine possède d’autres atouts de puissance (financiers, commerciaux) et son influence en Asie peut également être analysée. Enfin, les défis sont nombreux pour Xi Jinping : gouvernance mondiale, réchauffement climatique, transitions énergétiques… Et à l’évocation de superpuissance, on peut aussi se questionner sur le fait que la Chine prétende réellement à ce statut. « Ne jamais revendiquer la prééminence », l’objectif chinois a toujours été d’assurer une bonne situation pour son territoire et ses habitants. Il est par exemple peu probable de voir Xi Jinping reprendre le rôle de gendarme du monde autrefois exercé par les États-Unis.

 

Lire aussi : Etats-Unis et Chine : puissance et rivalité.

 

Sources :

https://podcasts.apple.com/fr/podcast/la-chine-communiste-f%C3%AAte-ses-70-ans-entre-autosatisfaction/id115156820?i=1000451866114

https://fr.statista.com/statistiques/1050659/plus-grands-pays-monde/

https://fr.statista.com/infographie/18700/pays-les-plus-peuples-du-monde-en-fonction-de-la-part-de-la-population-mondiale/

https://fr.statista.com/infographie/10192/les-pays-les-plus-peuples-en-2050/

https://www.statista.com/chart/16382/busiest-container-ports-in-the-world/

https://fr.statista.com/infographie/19533/classement-economies-mondiales-pib/

https://www.lemonde.fr/international/article/2019/04/29/les-depenses-mondiales-d-armement-approchent-des-2-000-milliards-de-dollars_5456047_3210.html

https://www.lemonde.fr/afrique/article/2017/09/18/la-chine-nouvelle-destination-phare-des-etudiants-africains_5187402_3212.html

https://www.visualcapitalist.com/31-chinese-cities-economies-big-countries/

Samuel Durand

21 ans, étudiant en deuxième année à GEM après deux années de classe préparatoire ECS au lycée Camille Vernet de Valence.