Grammaire espagnole #1 – Les obligations personnelles Grammaire espagnole #1 – Les obligations personnelles
Petites questions : sais-tu faire la différence entre une obligation personnelle et une obligation impersonnelle ? Te sens-tu capable de dire si “il faut... Grammaire espagnole #1 – Les obligations personnelles

Petites questions : sais-tu faire la différence entre une obligation personnelle et une obligation impersonnelle ? Te sens-tu capable de dire si “il faut que j’aille travailler” est une obligation personnelle ou pas ? Peux-tu la traduire ? Non ? Alors lis-bien cet article. Aujourd’hui nous allons t’aider avec les obligations personnelles.

 

 

Les obligations personnelles

 

Qu’est-ce qu’une obligation personnelle ?

Il s’agit d’une obligation dans laquelle il y a un sujet, c’est-à-dire qu’une (ou plusieurs) personne est obligée de faire quelque chose. Par exemple : dans la phrase “nous devons la rattraper” le sujet est “nous”. De même dans la phrase “il faut qu’elle mange plus”, c’est bien “elle” qui est obligé. Il s’agit donc bien d’une obligation personnelle !

Pour faire encore plus simple, dans une obligation personnelle tu retrouves forcément une des 6 personnes : je – tu – il (en dehors du “il” de “il faut”) – nous – vous – ils. Toutes les obligations personnelles peuvent s’écrire sous deux formes : l’une très personnelle “je dois partir” et l’autre moins personnelle “il faut que je parte”. Si jamais tu hésites et que tu ne sais pas si c’est une obligation personnelle ou impersonnelle, essayes de la reformuler en mettant le sujet devant. Par exemple, “il faut que tu manges” donne “tu dois manger”, donc c’est une obligation personnelle. Mais “il faut manger” ne peut pas se reformuler, donc c’est une obligation impersonnelle.

Si tu as compris ça, tu as déjà fait un gros bout de chemin.

 

Comment les traduire ?

Il existe différentes façons de traduire les obligations personnelles. Rappelle-toi que tu es maître des outils. Si tu ne connais pas bien ton subjonctif, utilise une autre traduction dans laquelle tu es plus à l’aise.

 

En utilisant l’infinitif

Tener que + infinitif est le plus utilisé. Dans la traduction, on conjugue “tener” à la même personne que le sujet et au même temps que la phrase. Par exemple, “je dois lui parler” se traduit “tengo que hablarle”. “Tengo” nous informe que le sujet est bien “je” et que le temps est bien le présent. De même, la phrase “nous devions courir” se dit “teníamos que correr”.

Deber + infinitif est aussi l’un des plus populaires. Il fonctionne de la même façon que “tener que”. Ainsi, “il faut que vous l’appeliez” se traduit “debéis llamarle”. Si tu doutes du temps de la traduction, tu peux procéder par étapes. D’abord, tu as la phrase “il faut que vous l’appeliez”, ensuite tu la reformules avec le sujet en premier “vous devez l’appeler”. A partir de ce moment-là, tu sais s’il s’agit d’un présent ou d’un passé.

Haber de + infinitif n’est pas très utilisé mais il peut être pratique. Il fonctionne comme “tener que” et “deber”. Donc, comme tu peux le deviner maintenant, “il faut que nous trouvions une solution”, qui peut aussi s’écrire “nous devons trouver une solution” se traduit “hemos de encontrar una solución”. Juste pour te donner un exemple d’une obligation au passé, “nous devions partir à 7 heure” se traduit “habíamos de irnos a las siete”.

 

En utilisant le subjonctif

Hacer falta que + subjonctif est la plus utilisée des formes avec “tener que”. Dans le cas où tu utilises cette forme, “hacer” remplace “falloir” et se conjugue donc au même temps et à la même personne que dans la phrase française. Le piège est dans la deuxième partie de la phrase puisque le verbe doit être au subjonctif. Par exemple, ” il faut que tu viennes pour mon anniversaire” se traduit “hace falta que vengas para mi cumpleaños”.

Ser necesario que + subjonctif est plutôt classique. De la même façon que les autres formes, “ser” remplace “falloir” et donc se conjugue à la même personne et au même temps, et encore une fois le verbe d’après doit être au subjonctif. Ainsi, “il doit dire la vérité”, qui équivaut à “il faut qu’il dise la vérité”, se traduit “es necesario que diga la verdad”.

Ser menester que + subjonctif n’est pas beaucoup employé. Il fonctionne de la même façon que “ser necesario que”. Donc “il fallait qu’il vienne le voir” s’écrit “fue menester que viniera a verme”. Eh bien oui, il ne faut pas oublier de décaler les temps ! Si “falloir” est au passé alors “venir” va aussi l’être. “Venir” doit donc se conjuguer au subjonctif imparfait.

Ser preciso que + subjonctif est aussi un classique. Il fonctionne comme “ser necesario que”. Pour donner un exemple, “tu devras avoir de bonnes notes” se traduit “será preciso que saques (ou tengas) buenas notas”.

 

 

Voila pour ce qui est des obligations personnelles. Les plus gros pièges sont les modes qui suivent les différentes formules. Il ne faut pas se tromper en mettant un infinitif après “hacer falta que” et les autres ! La deuxième information essentielle est de bien reconnaître s’il s’agit d’une obligation personnelle ou impersonnelle. Les formules idiomatiques ne sont pas les mêmes ! Connaître la concordance des temps est aussi nécessaire. Si la phrase est au passé, tous les temps sont décalés au passé ce qui peut donner du subjonctif passé. Voila aussi pourquoi une bonne connaissance de la conjugaison est indispensable.

Eloïse Palix