Réussir les épreuves de langues IENA 2016 Réussir les épreuves de langues IENA 2016
Chaque année, elles clôturent les concours pour de très nombreux candidats. Les épreuves de langues IENA ont, cette année, été regroupées en ce lundi 9... Réussir les épreuves de langues IENA 2016

Chaque année, elles clôturent les concours pour de très nombreux candidats. Les épreuves de langues IENA ont, cette année, été regroupées en ce lundi 9 mai, pour permettre aux candidats qui ne les passent pas de bénéficier d’un week-end de vacances supplémentaire. Alors, comment réussir cette journée pour s’assurer l’admissibilité aux écoles de la banque IENA ?

 

Les épreuves

Les épreuves de LV1 IENA et de LV2 IENA durent 4 heures et 3 heures respectivement. Chaque épreuve met en avant un thème, illustré par un article. On décompte 4 sous-épreuves :

Version : notée sur 20 points, elle consiste en la traduction d’une partie de l’article et du titre

Thème : noté sur 20, il est suivi en LV1 et grammatical en LV2

2 questions de compréhension du texte : chacune notée sur 10, toutes deux se présentent sous la forme « Explain what the following sentence means: » pour l’anglais et d’autres formulations similaires dans les autres langues

Essai : noté sur 20, autour de la thématique de l’article

Sachez tout d’abord que quelque soit la sous-épreuve considérée, la moyenne nationale se situe entre 10 et 11. Vous savez donc quelle note minimale obtenir pour se démarquer de vos concurrents.

 

 

Comment aborder l’épreuve ?

Les épreuves de langue IENA sont indéniablement plus faciles que celles de CCIP, et ce pour plusieurs raisons :

– Vous avez 4 heures en Lv1 et 3 heures en LV2 pour rendre ce travail. Et honnêtement, c’est très généreux au vu de la charge de travail à fournir.

– La version est issue du texte support proposé par les concepteurs du sujet. Ce n’est donc pas un texte obscur qui sort d’un contexte inconnu mais bien une partie d’un ensemble sur lequel vous allez plancher pendant trois ou quatre heures.

– Les questions de compréhension demandent « seulement » une compréhension précise du texte et une capacité de reformulation dans la langue étrangère. Vous ne risquez donc pas trop d’être pris au dépourvu par un sujet que vous me maitrisez pas : ces questions ne vous demandent aucun apport de connaissances personnelles, contrairement à l’essai qui achève l’épreuve.

– Le sujet d’essai a nécessairement un lien avec le texte support de l’épreuve, vous aurez donc réfléchi deux ou trois heures sur les problématiques qui en découlent auparavant : de quoi vous donner une multitude d’idées à développer avant même d’aborder l’exercice !

 

En somme, les conseils que l’on peut vous donner suite à ces observations sont les suivants :

1) PRENEZ VOTRE TEMPS ! Pour ceux qui ont gratté de toutes leurs forces les derniers quarts d’heure en langue CCIP, tranquillisez-vous. Prenez soin de relire attentivement chaque phrase après écriture, vous pouvez vous le permettre. A titre indicatif, nous vous conseillons : 1H30 pour le thème/ version et 2h30 pour les questions/essai en LV1. 1h15 pour le thème/version et 1H45 pour la question/essai en LV2.

2) N’oubliez pas de traduire le titre en version. Il est probable que vous ayez à traduire le début du texte. Dans ce cas, il serait bête de commettre un oubli aussi fâcheux.

3) Les questions de texte visent à évaluer votre compréhension d’une assertion au sein d’un contexte général (le texte dans son ensemble). Les préparationnaires sont généralement peu rodés à l’exercice alors pas de boulette : on ne paraphrase pas, on ne recopie surtout pas la phrase. A l’inverse, évitez d’extrapoler en apportant des éléments extérieurs au texte. Veillez à être concis : vous n’avez que 100 mots par question pour vous exprimer.

4) Rappelez-vous que les « essay » à l’anglo-saxone ont horreur des compositions qui énoncent tout et son contraire. Les plans binaires sont absolument à éviter. Au lieu de cela, privilégiez les plans où la seconde partie est certes en rupture avec la première, mais ne la contredit pas. Au contraire, elle doit idéalement prolonger la réflexion déjà amorcée.

 

Bon courage pour ces dernières épreuves, prenez le temps de vous reposer par la suite avant de préparer les oraux !

Pour préparer les questions d’expressions et l’essai dans la langue de Shakespeare, n’hésitez pas à faire ou refaire notre quiz de vocabulaire d’essay.

 

A retrouver également, le quiz d’actu pour trouver des exemples récents : https://major-prepa.com/actualite/quiz-dactu-1er-8-mai-2016/

Dimitri Des Cognets

Rédacteur en chef de Major-Prépa