Alibaba, le nouveau géant de l’e-commerce? Alibaba, le nouveau géant de l’e-commerce?
Si le 11 novembre, la France célébrait l’armistice, en Chine, on fêtait la journée des célibataires. Et c’est à cette occasion qu’Alibaba, le géant... Alibaba, le nouveau géant de l’e-commerce?

Si le 11 novembre, la France célébrait l’armistice, en Chine, on fêtait la journée des célibataires. Et c’est à cette occasion qu’Alibaba, le géant du commerce en ligne en Asie a réalisé un record. En un jour, Alibaba a enregistré plus de 657 millions de commandes pour une valeur totale de 17.8milliards de dollars.

Mais Alibaba, c’est quoi ?

Alibaba (ou Alibaba Group) est un groupe chinois de commerce en ligne, dont le capital est en partie détenu par Yahoo. Ma Yun (ou Jack Ma), un businessman chinois aujourd’hui milliardaire, en est le fondateur et le président. Il possède également Aliexpress, un site de commerce en ligne spécialisé dans la vente de produits à prix de gros.

Le groupe est spécialement connu pour ses très bons choix marketing. Ainsi, il avait préparé avec soin cette journée du 11 Novembre : de nombreuses promotions et un gala d’ouverture étaient au rendez-vous pour en mettre plein la vue aux acheteurs. C’est en effet un record qu’ils ont effectué, mais ce n’est pas la première fois que le site enregistre plusieurs centaines de milliers de commandes par secondes…

A noter que ce groupe chinois, côté en bourse depuis fin 2014, pèse déjà plus de 180 millions de $.

 

Comment / pourquoi un tel succès ?

Il faut dire que, clichés mis à part, sûrement nombreux d’entre vous se demandent encore comment est possible un tel succès alors que le site fabrique et exporte les produits qu’elle vend en Chine. Cependant, il faut tenir en compte plusieurs éléments :

  • Le marché chinois et, plus largement, régional est vraiment non négligeable (1.4 milliards de consommateurs rien qu’en Chine).
  • De plus, les consommateurs internationaux sont de moins en moins frileux à l’importation de produits depuis la Chine (ou à l’importation en général)

Pourtant, Alibaba repose sur un modèle économique complètement différent de celui d’Amazon. Voici les trois piliers sur lesquelles ils diffèrent :

  • Amazon se caractérise par la faiblesse des marges réalisées, comme ne manque de souligner son PDG Jeff Bezos dans presque chaque interview. Le problème est qu’Alibaba ne fait presque aucune marge. Il tire son chiffre d’affaires et ses bénéfices non des ventes de produits mais de la publicité et des services premium. Et ce modèle fait ses preuves !
  • Amazon investit des sommes considérables pour avoir une visibilité accrue auprès des clients. Au contraire, comme le modèle de revenus d’Alibaba est basé sur la publicité, il est fermé aux moteurs de recherche (les consommateurs ne peuvent rechercher des produits qu’à l’intérieur du site Alibaba). Finalement, il s’agit non seulement d’une activité très rentable, mais cela empêche aussi que les clients potentiels d’Alibaba soient attirés par des concurrents.
  • Enfin, Amazon développe une palette de service orientés client (Amazon Premium, etc) pour encourager la fréquence de leurs achats. Quant à Alibaba, il gagne de l’argent quel que soit le profil du consommateur naviguant sur son site !

 

Sent-on le tsunami Alibaba en France ?

L’Oréal, Michelin, Axa ou encore La Poste sont venus mercredi 28 septembre écouter le numéro un de l’e-commerce en Chine, le géant Alibaba, leur expliquer comment aborder les spécificités des consommateurs chinois. Alibaba a créé un petit bureau à Paris au début de l’année et veut inciter les entreprises françaises à utiliser sa plate-forme de vente pour des particuliers chinois.

groupe-alibabapng

Plus généralement, le géant Alibaba a promis de poursuivre son expansion internationale, notamment en Europe. Michael Evans, le nouveau président du groupe depuis 2014, a annoncé qu’Alibaba entend ouvrir trois bureaux en France, Allemagne et en Italie. Ce n’est pas la première fois que le groupe fait part de ses intérêts pour l’hexagone : en 2013, Jack Ma avait été reçu à l’Elysée par François Hollande. Il s’était alors avancé sur l’ouverture d’une « ambassade » dans le pays. Un an plus tôt Laurent Fabius, le ministre des Affaires Etrangères, avait même visité les locaux d’Alibaba lors de sa visite en Chine… L’idée était alors de favoriser la visibilité des produits des entreprises françaises sur les différents sites du groupe.

 

Que peut-on en retenir ?

Plutôt que de retenir le chiffre d’affaires ou le pourcentage des ventes du groupe, intéressons-nous à son fondateur. Ma Yun est un modèle à suivre pour plein de jeunes autoentrepreneurs et donne régulièrement des petits « speechs » en utilisant des anecdotes personnelles pour transmettre des leçons de vie.

C’est ce petit personnage qui a créé un empire dans l’e-commerce de 370 millions d’acheteurs !

Si vous êtes curieux et que vous n’avez toujours jamais vu ce fameux site, en voici le lien pour aller en jeter un petit coup d’œil !

https://www.alibaba.com/

 

Violeta Campos

étudiante à HEC Paris. J'ai passé toute ma scolarité au Lycée Français de Madrid, puis j'ai intégré Janson de Sailly (Paris) en prépa ECE. Mon amour pour les maths, l'éco (un peu) et les langues me poussent à écrire pour vous aujourd'hui !