Le dumping économique Le dumping économique
En économie, le terme de dumping désigne les pratiques qui font obstacle à la concurrence ; ce sont donc des pratiques anticoncurrentielles. On parle... Le dumping économique

En économie, le terme de dumping désigne les pratiques qui font obstacle à la concurrence ; ce sont donc des pratiques anticoncurrentielles. On parle aussi souvent de concurrence déloyale.

 

Comment peut s’illustrer le dumping économique et quel est son intérêt ?

En termes de commerce international, le dumping peut s’illustrer par l’action d’exporter sur un territoire étranger un produit à un prix inférieur à celui donné sur le marché intérieur. Ainsi, le produit exporté est plus compétitif, et représente une concurrence déloyale pour les produits locaux. Cependant, attention, ce n’est pas forcément parce qu’une entreprise va proposer un produit moins cher que c’est une forme de dumping (par exemple, le faible prix de vente peut être expliqué par le fait que le coût de production soit plus faible dans le pays qui exporte). Il ne s’agit de dumping que si il y a un écart considérable entre le prix de vente sur le territoire de production et le prix de vente à l’exportation.

L’intérêt de pratiquer cette forme de dumping économique est de favoriser les exportations, sans pour autant diminuer le prix du produit sur le marché local. Cela permet aussi de gagner des parts de marché sur un nouveau territoire, de fidéliser de nouveaux clients, etc. Ainsi, l’entreprise peut peu à peu augmenter ses marges.

Ensuite, le dumping peut également s’exercer au sein même d’un unique territoire. C’est par exemple le cas de la vente à perte, qui comme toute pratique de dumping porte met en péril la condition de concurrence. La vente à perte, c’est le fait de vendre un produit en dessous son prix d’achat en cas de redistribution, ou bien en dessous de son prix de production en cas de vente directe.

L’intérêt de la vente à perte pour les producteurs et d’attirer des clients, et donc gagner de nouvelles parts de marché, en espérant les conserver à long terme. Les ventes à pertes (ou bien avec une marge très faible, voire nulle) se font donc bien évidemment à court terme. En général, le dumping s’effectue sur de nouveaux produits, ou bien sur des produits dont la vente n’est pas déterminante pour le bénéfice de l’entreprise : ce sont donc souvent les grandes entreprises qui vont pratiquer cette forme de dumping, compensant les pertes par leur activité principale.
Cependant, il est nécessaire de souligner que toutes les ventes à pertes ne correspondent pas à une forme de dumping économique, et ne sont donc pas illégales. C’est pas exemple le cas lors des périodes de soldes, en fin de saison, en cas de changement d’activité de l’entreprise, en cas de denrées périssables, de produits démodés ou techniquement dépassés…

 

Pourquoi lutter contre le dumping économique ?

Le dumping est interdit par les règles internationales. Pourtant, il reste pratiqué car il est difficile à prouver (cela demande une étude complexe sur le coût de production unitaire du produit, etc). Bien que le dumping puisse être bénéfique pour les entreprises qui le pratiquent, il représente une concurrence déloyale pour ses concurrents, et notamment pour les petites entreprises…
Il est donc nécessaire de lutter contre toutes le dumping. Par exemple, la lutte contre la vente à perte permet d’éviter les abus de position dominante, car les petits commerçants ont en général moins de marge de manoeuvre pour pratiquer des ventes à pertes, contrairement aux grands commerces ou à la grande distribution qui eux peuvent facilement vendre à perte pour attirer les clients (c’est le principe du prix d’appel).
Il est aussi important de lutter contre le dumping au niveau fédéral, car cela permet aux entreprises sur le marché intérieur de devenir plus innovantes, plus productives, de les pousser vers des restructurations, etc.

 

Comment lutter contre le dumping économique ?

Comme nous l’avons vu précédemment, le dumping est extrêmement difficile à détecter. Par exemple, ce n’est souvent que grâce aux plaintes de concurrents auprès de la DGCCRF (Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes) que le dumping sous forme de vente à perte est détecté.
Il existe donc des mesures anti-dumping. D’après l’OMC, tout pays a le droit d’appliquer un droit de douane sur ces produits, afin d’éviter le dumping, de défendre leur production nationale et d’éviter la concurrence déloyale des autres pays.
Il faut aussi remarquer que les Etats décident de plus en plus de mesures antidumping, ce qui leur permet de renforcer leurs barrières commerciales, contrairement à ce que l’on pourrait penser. Ainsi, si les tarifs douaniers ont considérablement baissé durant les deux dernières décennies, cela ne signifie pas que le protectionnisme a totalement disparu.
On peut donc relever un inconvénient aux mesures anti-dumping : étant des mesures non tarifaires, il est de plus en plus difficile d’évaluer à quel point un état est protectionniste.

 

Il est également nécessaire de souligner qu’il n’existe pas que le dumping économique ! Une multitude d’autres formes de dumping existent : le dumping social, le dumping fiscal, le dumping écologique…

 

Révise efficacement ton ESH avec nos autres articles 🙂

Clara Steinmetz

Etudiante en 1A à GEM, ancienne étudiante au lycée Clemenceau (Reims) en ECE.