Type to search

Economie

Copie d’ESH Ecricome 2018 20/20 – Analyse et conseils

Share

Pour l’épreuve d’ESH du concours Ecricome 2018, les candidats avaient comme d’habitude le choix entre deux sujets. Ici, le sujet traité est le sujet 1, dont l’intitulé est le suivant :

L’industrialisation est-elle la clé du développement économique ?

 

Structure de la copie

Quand on peut faire simple, autant en profiter. Ici, le candidat a opté pour un plan didactique. Les deux premières parties sont très faciles à trouver et sont donc en contradiction : chacune s’oppose à l’autre. Quant au troisième axe, il faut souvent faire preuve de plus d’imagination pour le trouver. Le dernier axe de cette copie est très classique pour une copie structurée en trois parties : il s’intéresse au rôle qu’ont joué et que peuvent jouer les institutions et les pouvoirs publics pour améliorer la situation et résoudre le problème posé.

En bref, il n’y a rien de très original dans cette copie. Ce n’est pas la simplicité du plan qui fait qu’il s’agit d’une bonne copie, mais plutôt la solidité des arguments (grâce à des auteurs, des chiffres, des mécanismes et des faits historiques).

 

Problématique : Le développement économique d’un pays passe-t-il nécessairement par un processus d’industrialisation ?

I – Si l’industrialisation a été historiquement un facteur essentiel de développement économique…
A) Non seulement l’industrialisation permet de faire décoller la croissance des pays qui la connaissent…
B) … Mais elle est également un moyen de s’insérer dans un commerce international qui est lui aussi favorable au développement économique.

 

II – … Il serait toutefois réducteur de penser que l’industrialisation est l’unique clé pouvant ouvrir la porte du développement économique pour les pays
A) Non seulement l’industrialisation fait face à des limites qui freinent son rôle moteur pour le développement économique…
B) … Mais d’autres facteurs que l’industrialisation semblent pouvoir expliquer le développement des pays.

 

III – Il semblerait enfin que les pouvoirs publics et les institutions aient un rôle central à jouer pour stimuler une industrialisation favorable au développement économique
A) Si l’État et les institutions doivent permettre une industrialisation permettant le développement économique…
B) Ils doivent aussi faire de leur mieux pour trouver des solutions pertinentes à la désindustrialisation actuelle.

 

Conseils pour améliorer la forme de sa copie

Comment faire la différence le jour du concours par rapport aux autres candidats ? En travaillant dur, c’est certain, mais aussi en suivant ces quelques conseils…

 

L’introduction

Comme on le répète toujours, l’introduction est la première chose que le correcteur lit de vous. Il faut donc qu’elle soit bien réalisée et d’une longueur qui s’approche de préférence des deux pages. En lisant seulement votre introduction, le correcteur a souvent déjà une fourchette de notes dans laquelle votre copie va se situer. C’est la suite de la copie qui déterminera votre note exacte.

L’introduction doit nécessairement commencer par une accroche. Le but de l’accroche est de donner du sens au sujet, de le « justifier ». En lisant l’accroche, le correcteur doit se dire que la question posée est intéressante, ce qui doit lui donner envie de lire la suite. Cette accroche doit être plutôt courte et peut être très simple, comme c’est le cas ici. Il est quand même préférable de sortir du lot en partant d’une citation ou d’un chiffre bien choisi.

À la fin de cette accroche, un retour à la ligne doit indiquer que le candidat commence à définir avec précision les termes du sujet. Dans cette partie de l’introduction, il est important de ne pas rédiger un catalogue de définitions sans fil directeur. Par exemple, il est désagréable de lire : « L’industrialisation est… », « Le développement économique est… » Il faut savoir amener les définitions en essayant de lier les termes du sujet, comme c’est le cas dans cette copie.

Après avoir bien défini les termes du sujet, il faut poser clairement la problématique et annoncer le plan en pensant à mettre entre parenthèses le numéro de chaque partie pour faciliter la compréhension du correcteur : (I), (II), (III). Avoir quelque chose de facile à lire, les correcteurs ne demandent que cela.

 

Le développement

Chaque grande partie doit débuter par un chapeau qui annonce les sous-parties avec des (A), (B), (C). En général, il est bien de privilégier un total de six sous-parties dans la copie : deux sous-parties pour des plans en trois parties, et trois sous-parties pour des plans en deux parties. Si chaque sous-partie fait à peu près une page, la dissertation dépassera logiquement huit pages, ce qui est souvent recommandé pour obtenir une très bonne note.

Maintenant que les sous-parties sont annoncées, c’est le moment de montrer tout ce qu’on a ! Au début de chaque paragraphe, on donne l’idée principale de la sous-partie. Puis seulement après cette étape, on peut introduire quelque chose pour argumenter : un auteur, un chiffre, un fait historique ou un mécanisme. On ne commence pas un paragraphe par un exemple, mais toujours par une idée. Les exemples sont un outil pour donner de la pertinence à une idée. Au passage, il est utile d’écrire le nom des auteurs cités en majuscules parce que le nombre d’auteurs, qui peut être un critère de notation, sera facilement visible pour le correcteur. Lisez attentivement la copie et l’organisation de chaque paragraphe pour vous en rendre compte. Après avoir bien argumenté, il est important de finir un paragraphe par une courte synthèse de ce qu’on a voulu montrer. Il ne faut pas hésiter à être lourd, car c’est grâce à cela que le correcteur arrive à vous suivre dans votre raisonnement.

Enfin, il ne faut surtout pas oublier de faire une synthèse générale des différentes sous-parties à la fin d’une grande partie, puis de rédiger une belle transition qui annonce indirectement la partie suivante.

 

La conclusion

Le rôle de la conclusion est de répondre clairement, en quelques phrases, à la problématique. Normalement, il s’agit de reprendre brièvement vos principaux éléments de réponse, et d’y ajouter une approche nouvelle.

Pour terminer, n’oubliez pas la cerise sur le gâteau : l’ouverture. Elle doit ouvrir vers quelque chose de nouveau et nous faire réfléchir sur un thème proche du sujet et tout aussi intéressant. Ici, le candidat ne parle plus de l’industrialisation comme moteur du développement économique, mais il aborde la révolution numérique qui pourrait entretenir ce développement.

 

Cliquez ici pour lire la copie d’ESH Ecricome 2018 qui a obtenu 20/20 :
ESH Ecricome 2018 noté 20

Tags:
Octave Kleynjans

Etudiant en 1ère année à l'emlyon business school, je suis passé par une prépa ECE à Sainte-Croix de Neuilly. Je m'intéresse principalement à l'économie.

  • 1