Derniers conseils pour l’épreuve d’ESH ESSEC 2021 Derniers conseils pour l’épreuve d’ESH ESSEC 2021
Après plusieurs années de prépa, les concours commencent enfin, et pas par la moindre des matières ! La tant redoutée épreuve d’ESH ESSEC 2021... Derniers conseils pour l’épreuve d’ESH ESSEC 2021

Après plusieurs années de prépa, les concours commencent enfin, et pas par la moindre des matières ! La tant redoutée épreuve d’ESH ESSEC 2021 arrive bientôt, et on te livre nos derniers conseils pour réussir cette épreuve.

Afin de préparer au mieux les épreuves, Major-Prépa te propose une fiche te permettant d’apprivoiser l’épreuve d’ESH ESSEC BS 2021. Y figurent les sujets des dernières années, un condensé de ce que disent les rapports de jury ainsi que des conseils pour cartonner le jour J ! Bon courage !

Retrouve toutes les informations des concours sur notre page dédiée Inside Concours BCE 2021. Après l’épreuve, retrouve ici le sujet, et ici l’analyse. Plus que jamais, Major-Prépa t’accompagne tout au long des concours. Retrouve le Live Inside Concours à midi et à 18h30 tout au long des concours BCE. Le lien de l’Inside Concours de ce jour :

 

Sujets d’ESH ESSEC des dernières années

2020 : Le modèle social français est-il à bout de souffle ?

2019 : Les prélèvements obligatoires nuisent-ils à la croissance et à la compétitivité ?

2018 : La mondialisation est-elle irréversible ?

2017 : « Gagnant en extension, l’Europe perd en intensité. » Que pensez-vous de cette affirmation de François Perroux ?

2016 : La guerre des monnaies.

2015 : Croissance et inégalités.

2014 : Le protectionnisme a-t-il de l’avenir dans une économie de plus en plus internationalisée ?

2013 : La France face aux mondialisations.

2012 : « L’Europe sera monétaire ou ne sera pas. » Que pensez-vous de cette affirmation ?

2011 : Faut-il combattre les monopoles ?

 

Ce que disent les rapports de jury d’ESH ESSEC

Alors que la sociologie est le plus souvent correctement mentionnée, trop de candidats ne mobilisent pas avec rigueur l’analyse économique. Il faut insister sur le fait qui si un intitulé peut, au premier abord, paraître plus « social » ou « sociologique » que d’habitude, il ne faut pas négliger l’analyse économique qui devient donc très discriminante d’une copie à l’autre, surtout sur ce sujet qui regorge d’économistes comme de données empiriques pertinentes à mobiliser. (2020) Trouve ici le rapport du jury de l’année dernière.

Les meilleures copies sont celles qui arrivent à proposer un plan sur mesure. (2018)

Il est préférable que les candidats utilisent peu de références mais bien employées. Il en est de même des exemples à développer, des mécanismes à maîtriser, … Les graphiques doivent être réalisés avec rigueur et précision. (2018)

Au plan de la forme, l’orthographe n’est pas devenue, comme pourraient le croire certains, « négociable ». Pour le jury, cela reste discriminant quand, aux fautes, s’ajoute une syntaxe approximative.

Le jury insiste également sur le respect du nombre de pages à ne pas dépasser. Cette année, trop de copies ont dépassé douze pages. Afin d’éviter ce verbiage, ou de réciter un cours sur la crise de l’Europe, sans réfléchir au sujet, tout excès de ce type sera dans l’avenir sanctionné.  (2017)

Autre point à relever : les candidats ne développent pas de thèse ou n’osent pas le faire. Ainsi, on ne devrait pas trouver, comme dans la majorité des copies, qu’à la fois Kuznets et Piketty ont raison. Alors que l’on sait que le second conteste la thèse du premier. (2015)

Finalement, le principal problème du traitement de ce sujet concerne l’absence de structuration claire. La grande majorité des copies sont des « patchworks » mal organisés où les idées s’enchaînent sans fil conducteur ni cohérence. Le second problème, sans doute plus grave, concerne la faiblesse des connaissances théoriques. La plupart des candidats ont de graves lacunes et ne maîtrisent pas correctement les concepts importants.  (2015)

Les dérives concernent aussi l’introduction, le plus souvent trop longue et la conclusion, fréquemment trop courte, bâclée, sans ouverture du devoir. Trop de devoirs, parfois de bon niveau, ne sont pas construits en paragraphes.  (2014)

Il y a souvent une nette corrélation entre les grosses erreurs de fond et les plus graves lacunes orthographiques et syntaxiques. (2012)

Les candidats doivent absolument dégager un temps de relecture. Outre la correction de l’orthographe, ce temps devrait permettre d’éliminer certaines aberrations notamment relatives à la datation des événements. (2010)

 

On révisera

  • Justice sociale et politiques sociales
  • Inflation et déflation
  • Croissance et fluctuations depuis le XIXe siècle
  • Les transformations de l’entreprise depuis le XIXe siècle
  • Les théories de la croissance
  • Stratégies de développement

 

Conseils pour cartonner le jour J

  • Être efficace au brouillon pour citer des auteurs : citer des auteurs est important en ESH. Une partie de la notation consiste à  « valider » si tu as mentionné les références attendues pour la dissertation. Major-Prépa t’as donc préparé une fiche sur les auteurs incontournables en ESH. Idéalement, il faut bien équilibrer les exemples empiriques et les réflexions théoriques, les auteurs fondamentaux et hétérodoxes. Pour ne perdre aucune idée, il est alors utile de faire un brainstorming organisé : réserve une partie de ton brouillon aux chiffres que tu trouves pertinents pour le sujet et fais de même pour les auteurs et la chronologie. Une fois ton plan détaillé terminé, tu n’auras plus qu’à rédiger en gardant cette fiche près de toi et en checkant une fois que tu as casé la référence voulue.
  • S’interroger sur ordinateur pour apprendre les données chiffrées : Apprendre des chiffres peut être rebutant, mais cela ne doit pas te conduire à les laisser de côté. Il existe des logiciels tels que Provoc sur Mac et Quizlet pour les PC qui te permettent de te poser des questions afin de vérifier tes connaissances. Tu dois déjà les connaître par le biais des langues. Mais ils servent aussi pour l’ESH ! Personnellement, j’utilisais Provoc au départ pour apprendre les dates des ouvrages des auteurs, mais j’ai bien vite étendu les questions posées à tous les chiffres du programme, puis en période de révision pré-concours à toutes les données importantes du cours. Finalement cela a donné un fichier tentaculaire qui recoupait toutes les connaissances importantes d’ESH, que ce soit les exemples, auteurs, dates ou concepts. Cela permet d’apprendre de manière active et ça marche !

Maxence Delespaul

Étudiant à HEC après deux années de classe préparatoire ECS.