Analyse d’une copie management HEC notée 18/20 Analyse d’une copie management HEC notée 18/20
Le concours BCE approchant à grand pas, l’analyse de ma copie de management qui a obtenu la modique note de 18/20, tombe à pic !... Analyse d’une copie management HEC notée 18/20

Le concours BCE approchant à grand pas, l’analyse de ma copie de management qui a obtenu la modique note de 18/20, tombe à pic ! Copie d’autant plus intéressante que j’ai cubé et ai pu expérimenter une seconde fois les concours et leurs pièges (bon, j’avais eu 18,5 l’an dernier, comme quoi). Cependant, cette copie est l’occasion de recenser ce qui peut vous distinguer au concours ou, au contraire, vous défavoriser. La copie est disponible en cliquant ici.

 

Le point fort de cette copie : la présentation

Il est vrai que l’importance accordée à la présentation semble plutôt scolaire, mais néanmoins important. Les étudiants qui ont une écriture difficile à déchiffrer ont déjà dû recevoir des remarques de leurs professeurs… le jury, lui, n’aura pas le temps de faire des remarques. Sans pour autant avoir une écriture remarquable, il est facile de bien présenter sa copie afin d’en faciliter la lecture et mettre le jury dans une bonne position. Le seul bémol est le fait que certaines réponses soient longues, il aurait fallu les aérer davantage pour que ce soit encore plus agréable à lire.

Ici, les réponses sont structurées : il y a des tirets, des paragraphes, les termes à mettre en valeur sont soulignés, des définitions. Parfois, il y a même une intro voire une petite conclusion pour certaines questions. Les calculs sont dans des tableaux où le correcteur comprend l’enchaînement et la logique : de ce fait, si l’étudiante se trompe, le correcteur sait exactement où est l’erreur, si c’est juste une erreur de calcul par exemple, et est plus clément. Tous les points ne seront pas accordés en cas d’erreur, mais cela permet d’en grapiller quelques-uns. Il n’y a rien de plus énervant pour un correcteur de lire un chiffre sorti d’on ne sait où, surtout s’il est faux : comment accorder des points à l’étudiant dans ce contexte ?

 

L’analyse avant la description

Vos professeurs ont dû suffisamment pour le répéter : il ne faut pas reformuler les annexes, mais les interpréter, les expliquer d’un point de vue managérial afin d’apporter de la valeur ajoutée à votre copie. Même s’il est impossible d’être totalement exhaustif (et cette copie en est la preuve, les réponses auraient toujours pu être complétées davantage), vous devez donner le maximum et répondre correctement à la question. On vous demande quelle est la stratégie de l’entreprise ? Ne vous contentez pas d’énoncer : expliquer pourquoi ce choix-là, qu’est-ce que ça apporte à l’entreprise. On vous demande quels sont les avantages concurrentiels ? Ne les citez pas simplement, expliquez concrètement en quoi ils diffèrent l’entreprise de ses concurrents, qu’est-ce que l’entreprise apporte pour le client.

Cependant, analyser ne veut pas dire rédiger un roman. Pensez aux termes managériaux qui peuvent vous faire économiser une phrase entière, par exemple. Les réponses efficaces, concises et pertinentes sauront vous assurer la bienveillance du jury et vous rapporter des points.

 

Il ne faut pas rester focalisé sur des questions perturbantes ou des annexes qu’on ne comprend pas

Un de mes erreurs a été de me focaliser sur l’annexe 4 qui parlait de Simon. Déjà, parce que premièrement avec le stress du concours, je n’avais rien compris, mais aussi parce que je tenais absolument à le caser dans mes réponses, sans être sûre de la pertinence et de la justesse de mes propos. Pas une très bonne idée.

Il est important de prendre conscience qu’au concours, vous aurez sans doute des petits moments de stress, où vous ne serez pas sûrs de vous, que vous tenterez d’écrire deux-trois phrases sans savoir si vous dites n’importe quoi ou non. Ça peut arriver. Il est important de savoir gérer son stress et reconnaître ses failles ; vouloir caser à tout prix un auteur qu’on ne maîtrise pas n’est pas une idée très brillante, et cela peut parfois faire croire au correcteur que vous essayez de le baratiner un peu s’il s’en rend compte. Fiez-vous à VOS connaissances, vous n’avez pas besoin de vous enfoncer dans un pavé explicatif auquel vous-mêmes vous ne comprenez rien.

 

Faire le lien avec l’entreprise pour chaque question

S’il y a bien une chose que vous devez garder en tête tout au long de l’épreuve, c’est que vous êtes sur un cas pratique portant sur une entreprise. Ce qui semble une évidence pour tous ne l’a pas été pour moi à la question 2 du dossier 2 portant sur l’innovation en temps que facteur clé de succès. À aucun moment je n’ai fait le lien avec l’entreprise, ai cité les innovations de cette dernière. J’ai fait ce qu’il ne fallait pas faire : écrire un gros pavé indigeste sur l’innovation qui n’apporte rien de concret et ne fait pas le lien avec l’entreprise. Le pire, c’est qu’au moment d’écrire tout ça, j’avais conscience que j’écrivais un peu n’importe quoi (cf le point au-dessus). Bref, ne faites vraiment pas comme moi.

 

Accepter vos défauts sans en faire trop

Si j’ai précisé en introduction que j’avais cubé, et ai donc repassé une seconde fois les concours, ce n’est pas pour rien. J’avais l’habitude, avant, d’être très synthétique et très concise. C’est une grande qualité mais parfois un défaut, notamment lors des questions de management. Mon professeur me faisait souvent la remarque que mes propos étaient pertinents et que j’allais toujours à l’essentiel, mais du coup mes réponses n’étaient pas assez exhaustives parfois.

Pour l’année 2017, j’ai donc décidé d’être un peu moins directe et de prendre le temps de développer mes questions. Un peu trop sans doute pour certaines questions. C’est seulement une fois ma copie entre les mains que j’ai compris pourquoi je n’avais pas eu une meilleure note que l’année précédente. Écrire des gros pavés, c’était clairement pas dans ma nature. Je me suis forcée à développer (ce qui peut vite être redondant) et ait fait 16 pages (12 l’an dernier) pour au final faire une prestation équivalente. Était-ce une bonne idée ? Pas du tout. Est-ce que je vous le recommande ? Encore moins.

On peut vouloir corriger ses défauts, mais alors juste : ne le faites pas le jour du concours sans vous être entraînés avant.

 

Ayez en tête TOUTES les notions du cours qui y sont rattachées à la question

Un autre point faible de ma copie qui m’a empêché d’augmenter ma note, c’est que j’ai oublié de nombreux détails et éléments importants. Par exemple, dans la question sur les stratégies, je n’ai pas du tout évoqué la stratégie de niche, alors que c’était ESSENTIEL. Lorsque vous lisez une question, vous devez réfléchir à plusieurs choses : quelle est la partie du cours concernée ? Qu’est-ce qu’on dit de l’entreprise à ce sujet ? En ayant cela en tête, vous évitez d’oublier des notions importantes qui vous permettent d’obtenir des points et mettre en avant votre copie.

 

Attention aux calculs !

Ce qui est bien dans cette copie, c’est que le bilan fonctionnel et ce qui s’en suit sont exacts et permettent de gagner des points. Cependant, les calculs de la VAN, du TIR et du remboursement sont faux. C’est un chapitre du cours qui est parfois compliqué, mais comme vous le constatez, il est indispensable. On ne vous le dira jamais assez : avoir un profil polyvalent est nécessaire. La partie financière est celle que les candidats réussissent généralement le moins ; soit parce qu’elle est en dernière et qu’ils manquent de temps, soit parce que les cours ne sont pas assez maîtrisés, soit les deux à la fois.

 

Au final, pourquoi 18/20 ?

Globalement, c’est une bonne copie. Les réponses sont quand même développées, il y a des connaissances, c’est lisible, bien présenté, le cours est globalement compris et appris. Si cette copie n’a pas 20/20, c’est parce que certaines réponses manquaient d’éléments essentiels et qu’il y a des erreurs. On peut tout à fait obtenir 20/20 même sans avoir tout juste, mais ici, il manquait des informations primordiales qui m’ont pénalisée.

Audrey Hoarau

Étudiante à l'emlyon business school après avoir fait une classe préparatoire ECT au lycée Henri Moissan à Meaux

No comments so far.

Be first to leave comment below.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *