Les matières en prépa ECT Les matières en prépa ECT
Anciens élèves de STMG et futurs préparationnaires, voici pour vous une présentation brève et générale des matières en prépa ECT qui vous attendent. Pour... Les matières en prépa ECT

Anciens élèves de STMG et futurs préparationnaires, voici pour vous une présentation brève et générale des matières en prépa ECT qui vous attendent. Pour chacune d’entre elles, vous trouverez ici le nombre d’heures de cours par semaine (à savoir qu’il faut rajouter à cela les heures de khôlles dans chaque matière, mais la quantité diffère selon les lycées), le programme et le contenu des cours, ce qui vous attend aux concours (même si c’est encore loin, c’est toujours bon de savoir), et surtout la différence avec la classe de terminale.

 

Les matières en prépa ECT communes avec les voies ECS et ECE

En prépa commerciale, les élèves sont séparés en fonction de leur baccalauréat d’origine. De fait, il y a des matières que certains ont étudié ou beaucoup plus approfondi en terminale et qui constitueront les matières propres à leur voie. Mais il y a également des matières communes à toutes les voies et donc tous les élèves présenteront les mêmes épreuves aux concours.

 

Culture générale (6h) :

En réalité, cette matière peut être divisée en deux matières, la philosophie (3h) et le cours de culture générale (3h). En ce qui concerne la philosophie, il n’y aura pas de grandes différences par rapport à la terminale dans la façon d’aborder la matière en première année, mise à part la quantité de travail à fournir pour pouvoir réaliser une dissertation digne d’un élève de prépa. Vous devrez maîtriser la méthode de la dissertation, votre cours, et surtout un bon nombre d’œuvres littéraires et philosophiques (d’où la nécessité du cours de culture générale, mais on va y revenir). En deuxième année, vous aurez exclusivement des cours sur le thème de l’année. Par exemple, le thème de l’année dernière était “La Nature” et celui de cette année “La Parole”. Toutes les dissertations proposées aux concours mettront ce thème en relation avec une autre notion.

Pour ce qui est de la culture générale, vous allez, d’une part, étudier et analyser des œuvres, que ce soit des textes, des livres, des peintures, des sculptures, des films.. en rapport avec ce que vous êtes en train de voir en philosophie. D’autre part, vous aller découvrir l’épreuve de “la contraction de texte” qui consiste à restituer les idées et la pensée de l’auteur d’un texte en respectant la logique et l’organisation de son œuvre en un nombre limité de mots (entre 380 mots et 420 mots).

NB : bien que les épreuves de philosophie et de contraction de texte soient communes à toutes les voies, les ECT n’ont pas de contraction pour la banque Ecricome mais ont un résumé de texte pour certaines écoles. Il n’y a que les plus grandes écoles (top 10) qui utilisent la contraction de texte HEC. De même pour la philosophie, une autre dissertation est prévue en ECT pour les “petites écoles” et qui s’ajoute aux dissertations HEC, ESSEC/EDHEC, EM Lyon et Ecricome.

 

Les langues (anglais 4h / deuxième langue au choix 5h en 1ere année, 4h en deuxième année) :

En choisissant de faire une école de commerce, vous vous destinez à des études et, sûrement, aussi à un métier où le contact avec l’international sera omniprésent. De fait, le niveau exigé en anglais, et plus généralement, en langues, est très élevé, beaucoup plus qu’au lycée, et c’est dans cette matière que l’on trouve généralement des notes soit excellente, soit médiocre, mais rarement moyenne. C’est pourquoi l’anglais représentera soit un moyen aisé de majorer dans au moins une matière, soit un carton qu’il faudra nécessairement compenser ailleurs, surtout pour nous, élèves de ECT qui sommes assez souvent moins bons en langues que les filières générales. La LV2, souvent délaissée, représentera elle un moyen accessible de marquer des points là où beaucoup en perdent par manque de travail.

Les cours consisteront à acquérir de solides connaissances concernant la civilisation du monde anglo-saxon, hispanique, arabe, russe… à maîtriser parfaitement la grammaire de la langue, diversifier un maximum le vocabulaire et les idiomes utilisés et, bien évidemment, à préparer les divers exercices du concours.

La banque d’épreuve ELVI (HEC, ESSEC, ESCP…) propose un exercice de traduction de la langue concernée en français (version) et du français en la langue (thème) d’œuvres littéraires qui sont souvent des romans. A cela s’ajoute un article de journal qui peut porter sur des sujets économiques, sociales, politiques, des sujets de sociétés… sur lequel une question de compréhension sera posée ainsi qu’une question d’expression en lien avec le thème de l’article. Pour la banque IENA (les autres ESC) ce seront les mêmes exercices sauf que la version concernera un extrait de l’article de journal et que le thème sera lui aussi un article de journal mais français pour la LV1 et de dix phrases visant à vérifier la maîtrise de points grammaticaux particuliers de la langue en LV2. Il sera également demandé d’expliquer certains passages soulignés du texte.

NB: Le choix de la LV1 et de la LV2 est libre. Cependant, il faut savoir que la plupart des élèves prenant une autre langue qu’anglais en LV1 sont généralement des natifs du pays ou des bilingues. Réfléchissez donc bien avant de choisir car c’est un concours et vous serez noté par rapport aux autres.

 

Les matières spécifiques à la prépa ECT :

Nous allons enfin aborder ce qui nous intéresse particulièrement, les matières technologiques. Ces matières sont vraiment une aubaine pour nous et représente, pour l’élève qui sera s’en donner la peine, un moyen abordable de taper d’excellentes notes et ainsi décrocher l’admissibilité à l’école de ses rêves.

 

Management et science de gestion (5h) :

Assurément la matière phare de notre filière, c’est sûrement elle qui vous permettra de vous envoler vers les sommets ou qui vous mettra K.O. Au cours des deux années, vous allez en fait approfondir tous ce que vous avez déjà fait en management en terminal (les stratégies, diagnostic interne et externe…) et aborder les diverses spécialités de terminale (mercatique, comptabilité, gestion-finance, système d’information, ressources humaines).

Dans les faits, la partie stratégie et tout ce qui rapporte à la gestion (bilan fonctionnel, CAF, calcul des coûts..) monopoliseront l’attention et seront des éléments indispensables à maîtriser, le reste déterminera surtout si votre copie frise la perfection ou si elle est juste correcte. Vous alternerez entre cours théoriques et des TD pour mettre en pratique sur des cas d’entreprises précis. Clairement, les notions abordées ne seront pas très compliqués et peu, voire moins approfondies qu’en terminale (surtout pour la merca ou la RH). Ce qui sera réellement difficile, c’est d’être bon partout, et pas juste en stratégie, en compta ou en marketing.

Aux concours, vous aurez une épreuve ESC très technique, avec de nombreux calculs, qui aura pour but de vérifier si vous maîtrisez les différents outils que l’on vous a donné pendant deux ans et une épreuve HEC beaucoup plus “littéraire”, où la compréhension générale de l’environnement de l’entreprise, les problématiques rencontrées et les solutions pouvant être apportées visent à évaluer votre capacité d’analyse et de réflexion à partir de vos connaissances. Dans les deux cas, vous aurez une épreuve séparée en plusieurs dossiers, le premier étant toujours la partie stratégie afin de découvrir l’entreprise et poser le contexte, et les autres ( généralement trois pour HEC, 5-6 pour ESC) portant sur les autres domaines du programme.

 

Economie-Droit (6h, 3h pour chaque matière) :

L’autre grande matière de la filière, c’est sans aucun doute celle-ci. Et contrairement au management, la difficulté est bien plus grande qu’au lycée, notamment parce que vous aurez à acquérir une masse d’information très importante dans les deux domaines, mais aussi car les exercices sont nouveaux et il n’est possible d’en venir à bout qu’en respectant une méthodologie rigoureuse combinée avec une connaissance parfaite du cours.

En économie, le cours consistera à aborder les grands thèmes économiques, hier et aujourd’hui (le chômage, la croissance, le commerce international, l’inflation, les agents économiques…) et découvrir les théories des plus grands économistes (Keynes, Smith, Ricardo, Samuelson…). Vous devrez donc maîtriser les principaux concepts, les théories des différents auteurs et des chiffres pour donner un aspect pragmatique à ce que vous allez affirmer dans vos épreuves.

En droit, l’épreuve de concours reposant sur une situation juridique impliquant une entreprise, les cours porteront principalement sur tout ce qui peut toucher juridiquement, de près ou de loin, une organisation (droit des contrats, responsabilité civile délictuelle, droit de la concurrence, droit de la propriété industrielle, droit du travail, droit de la concurrence…) même si, au début, vous découvrirez les fondamentaux. A cela s’ajoute une activité de veille juridique autour d’un thème (l’année dernière, la liberté d’entreprendre, cette année, la RSE) dans laquelle vous devrez chercher des situations juridiques (une nouvelle loi, un cas de jurisprudence, une décision de justice) qui ont eu lieu durant l’année et qui vous permettront d’organiser une réflexion autour du sujet proposé lors de l’épreuve.

Aux concours, vous aurez une épreuve ESC dans laquelle la partie économie comportera une synthèse de documents en un nombre limité de mots (entre 450 et 550) tandis que le droit comportera des cas pratiques sur une situation juridique donnée où il faudra restituer la règle (donc le cours) puis appliquer au cas, puis un sujet de réflexion sur la veille juridique où il faudra mobiliser les évènements juridiques de l’année en rapport avec le thème (attention, ce n’est pas non plus une dissertation, la réflexion doit être courte, claire, structurée et pertinente). Vous aurez également l’épreuve ESSEC qui ajoute dans la partie économie une “question de réflexion argumentée” (et non encore une fois, une dissertation, même s’il y a beaucoup plus de points sur la QRA que sur la veille juridique). C’est dans cet exercice que vous devrez montrer que vous maîtriser bien les concepts, les théories et que vous connaissez des chiffres pertinents sur un sujet donné.

 

Maths (6h) :

Alors oui je sais, toutes les filières font des maths, mais chacune à son programme. S’il y a bien une matière où il y a un gouffre entre la terminale et la prépa, c’est celle-là. Soyons honnêtes, le niveau en maths en terminale STMG est ridiculement bas et, en entrant en prépa, la plupart d’entre nous prennent une claque au premier DS. C’est clairement l’épreuve la plus discriminante et pourtant, avec beaucoup de travail et de persévérance, peut-être la plus facile pour majorer car les sujets sont chaque année à peu près les mêmes. Tout l’enjeu sera donc de ne pas se décourager, les efforts paieront tôt ou tard.

En cours, vous découvrirez tout ce qui est étude de fonction, les intégrales, les probabilités, les matrices, les suites, les lois discrètes et continues… Depuis peu, le programme prévoit également de l’informatique. Ce sera des séances de TD que vous aurez en khôlles qui consisteront à écrire des programmes sur le logiciel Scilab pour mettre en applications les exercices rencontrés en cours. Cela vous paraîtra certainement incompréhensible, mais ne vous inquiéter pas, ce qui a été demandé aux concours 2016 en informatique était plutôt aberrant et ne demandait presque pas de connaissances sur Scilab.

Comme je vous l’ai déjà dis, les sujets de concours, que ce soit le sujet ESC ou ESCP, se ressemblent chaque année et certaines questions retombent systématiquement et la réponse peut être ressortie sans réfléchir. De fait, même en étant faible en maths, il est largement possible, surtout pour le sujet ESC, d’avoir 20 sans trop forcé. Pour les maths ESCP c’est quand même une autre histoire mais c’est également faisable.

 

Pour conclure :

Je ne vous ai fait ici qu’une présentation rapide de ce qui vous attend pendant deux ans, afin que vous n’arriviez pas dans le flou total à la rentrée. Mais ne vous inquiétez pas, de nombreux autres articles vont arriver (ou existent déjà pour les matières générales) pour vous expliquer précisément comment travailler chaque matière, des conseils, des outils de méthodo et surtout, comment réussir les épreuves aux concours. Enfin, sachez que ce qui est ou pourra être raconté dans les articles ne vise pas à faire des généralités, ce sont justes des ressenties, des expériences subjectives qui sont majoritairement partagées mais la votre par rapport à une matière peut s’avérer totalement différente.

Jean-Loup Osella

étudiant en prépa ECT à La Martinière Duchère à Lyon.