Le désir – Plan de travail sur l’année Le désir – Plan de travail sur l’année
Comme chaque année sur Major Prépa, notre équipe vous accompagnera dans vos révisions sur le thème CG de l’année. Nous vous proposons donc dès... Le désir – Plan de travail sur l’année

Comme chaque année sur Major Prépa, notre équipe vous accompagnera dans vos révisions sur le thème CG de l’année. Nous vous proposons donc dès maintenant le plan de travail que nous allons suivre cette année sur le thème du désir. Chacune des références qui vont suivre sera disponible sur le site d’ici mars 2020 ! Dès qu’un article sera publié, il suffira de cliquer sur le titre pour y accéder.

N’hésitez pas à nous suggérer une référence qui vous intéresse ! Et si vous avez envie de rédiger un article parmi l’ensemble des références proposées ou si vous avez d’autres idées, contactez-nous, ce serait avec grand plaisir !

Base de travail : Le Désir, GF corpus de David Rabouin

Le corpus GF de Rabouin présente une sélection de textes relatifs au thème du désir. C’est une excellente base de travail : si vous fichez tous les textes, vous vous assurez une maîtrise de presque tous les sujets de dissertation susceptibles de tomber. Nous vous proposerons quelques analyses de texte à partir des extraits présents dans ce petit livre. Chacune d’entre elles constituera un article sur le site. Nous étudierons également d’autres textes.

Point méthode : Il faudra pour chacun d’entre eux déterminer la problématique, la thèse défendue par l’auteur et la manière dont il argumente pour défendre cette thèse ; il faudra ensuite expliquer en quoi ce texte est important, comment il est mobilisable en dissertation et, éventuellement, évoquer les auteurs auxquels il répond.

N’hésitez pas à consulter cet article de méthodologie : Ficher un texte du GF Corpus

ET cet article d’introduction au thème : Comprendre le thème de culture générale 2020 – Le désir

 

PARTIE I : Désirer pour être heureux

A/ Le désir douloureux

SCHOPENHAUER – Le cycle infernal du désir

Schopenhauer propose une conception très pessimiste du désir : celui-ci non seulement est par définition une souffrance, mais c’est, en outre, une souffrance dont il est impossible de se libérer.

SCHOPENHAUER – le bonheur entre le désir et l’ennui

Il est possible de réduire à son minimum la souffrance inhérente au désir : c’est dans cet article qu’on explique comment.

B/ La positivité du désir

ROUSSEAU – le désir dans l’imagination

Rousseau propose une conception à la fois positive et très paradoxale du désir : grâce au puissant pouvoir de l’imagination, le désir lui-même, plus que sa satisfaction, devient une source de bonheur.

C/ L’art du désir

EPICURE – L’art du désir

Dans cet article, on se penche sur l’art de vivre selon Epicure : c’est le moment de de dissiper les contresens habituels sur l’épicurisme.

 

LES STOÏCIENS – La maîtrise des désirs

Les stoïciens préconisent une maîtrise rationnelle des désirs. Nous verrons dans cet article en quoi elle consiste.

 

SEXTUS EMPIRICUS – Il n’y a pas d’art du désir

Sextus Empiricus, philosophe sceptique, bat en brèche l’idée selon laquelle il y aurait un « art de vivre » consistant à maîtriser ses désirs.

BRASSENS – Le désir modeste

Georges Brassens, bon vivant, chante les plaisirs simples de la vie en rejetant les désirs trop forts ou trop ambitieux. Nous analysons ici quelques chansons emblématiques de ce rapport au désir.

PARTIE II : Le désir aux frontières de la morale

A/ Dualité du désir

THOMAS D’AQUIN – Désire-t-on les choses spirituelles comme on désire les choses terrestres ?

Dans la perspective du christianisme, Thomas d’Aquin distingue les désirs issus du complexe âme-corps et les désirs issus de l’âme seule, qui sont ontologiquement supérieurs et plus purs.

B/ Le désir en dehors de la morale

KANT – L’amoralité du désir

Kant rejette le désir en dehors de la sphère de la moralité : les désirs, qu’ils soient corporels ou spirituels, visent dans tous les cas à satisfaire un intérêt égoïste.

SADE (2) – Le désir contre la morale

Sade fait de la Nature la norme suprême de nos comportements : tous nos désirs, même les plus criminels ou les plus pervers, sont licites, car ils nous viennent de la nature.

PASOLINI – Le fascisme du désir

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, le film Salo de Pasolini ne constitue pas une dénonciation du fascisme, mais bien de la logique capitaliste qui mène à réduire les hommes eux-mêmes à l’état de marchandises destinées à satisfaire les désirs des consommateurs.

PARTIE III : Le désir dans la cité

A/ Désir et hiérarchie politique

SADE (1) – Le désir contre la religion

Pour Sade, l’émancipation de l’homme passe par le rejet de la religion chrétienne et de la domination du tandem prêtre-roi : il faut détruire les interdits religieux pour libérer le désir.

PLATON – Remettre le désir à sa place 1

Platon appelle « homme démocratique » l’individu qui s’adonne à tous les désirs qui lui viennent sans les hiérarchiser. Cet article explique pourquoi une telle « démocratie du désir » est mauvaise.

PLATON – Remettre le désir à sa place 2

Chez Platon, de même que la partie désirante de l’âme doit être gouvernée par la partie rationnelle, de même les travailleurs, dominés par leurs désirs, doivent être gouvernés par les philosophes-rois.

ARENDT – L’invasion du désir

Pour Arendt, La société de consommation naît quand le désir sort de la sphère privée et envahit la sphère publique : c’est selon elle le mouvement caractéristique de l’époque moderne.

B/ La coexistence des êtres désirants

HOBBES – L’arbitre des désirs

Les désirs sont relatifs à chacun. Comment faire coexister des êtres aux désirs divergents, voire contradictoires ? Hobbes montre que c’est en instaurant, par convention, un arbitre du désirable et du non désirable que la multiplicité humaine peut être fédérée.

FREUD – Société et répression du désir

Freud, dans la perspective psychanalytique, explique ici que la répression de nos désirs est nécessaire à la formation de la société.

PARTIE IV : Le désir et l’essence du monde

SCHOPENHAUER – Le monde comme volonté

Dans la philosophie de Schopenhauer, la volonté n’est pas qu’une faculté des êtres conscients : elle est l’essence du monde dans sa totalité.

NIETZSCHE – Le chaos des volontés de puissance

Nietzsche, comme Schopenhauer, voit dans l’affect le tissu de toute réalité. Mais l’on a affaire, chez lui, à des volontés multiples qui cherchent non pas leur conservation, mais l’accroissement de leur puissance.

EMPEDOCLE – Cosmogonie de l’Amour et de la Haine

Empédocle montre que deux forces antagonistes règnent sur le monde : l’Amour et la Haine.

Bruno Bonnefoy